Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    El Othmani chez les députés jeudi prochain    Samir: La capacité de stockage louée à l'Onhym    L'APD se penche sur la résilience des entreprises post-Covid    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Evolution de la pandémie: Les modèles prédictifs risqués    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Les principaux secteurs de l'économie nationale accusent le coup de la pandémie    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    Casablanca-Settat: Ce qu'il faut retenir de la 1ère réunion du comité régional de vigilance économique    Coronavirus: 56 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 6866 guérisons    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    Le roman de Saeida Rouass adapté à l'écran par un producteur hollywoodien    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Réflexions sur quel Maroc de l'après covid-19?    ONU: les ambassadeurs de Suisse et du Maroc à New York lancent le processus    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Trois millions de personnes affiliées à la CNSS    Naples pense à Oussama Idrissi    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Madrid ne jouera plus à Bernabeu cette saison    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous
Publié dans L'Economiste le 19 - 07 - 2019

Apparition surprise de Nelson Mandela lors d'un concert de Johnny Clegg à Francfort en 1997 (Ph. DR)
Pendant les pires heures du régime raciste en Afrique du Sud, un artiste blanc défie les lois sur la ségrégation raciale et fonde, avec le musicien zoulou Sipho Mchunu, Juluka, un groupe de musique mixte provoquant la colère du gouvernement raciste blanc qui ne pouvait tolérer qu'un des siens puise son inspiration dans l'histoire et la culture noire zoulou.
Johnny Clegg, disparu le mardi 16 juillet, suite à un cancer, s'est vu tout de suite interdire ses chansons. Pour contourner la censure, le groupe se produit dans des universités, des églises, des foyers de migrants ou encore chez des particuliers. «Nous devions faire preuve de mille et une astuces pour contourner la myriade de lois qui empêchaient tout rapprochement interracial», racontait-il à l'Afp en 2017.
Malgré cela, l'intraitable police de l'apartheid a interdit certains de ses concerts et le chanteur a été à plusieurs reprises arrêté, accusé de violer les lois de l'apartheid. C'est avec le titre «Asimbonanga» que Johnny Clegg rentre dans l'histoire, avec son nouveau groupe Savuka (formé en 1986).
Signifiant «nous ne l'avons pas vu», en langue zoulou, le titre est un tube planétaire dédié à Nelson Mandela, le héros de la lutte anti-apartheid alors emprisonné à Robben Island, depuis 24 ans. La seule évocation du chef du Congrès national africain (ANC) est alors strictement interdite.
Le régime de Prétoria bannit le titre. Quelques années après la fin de l'apartheid (en 1994), Mandela, désormais libre, avait tenu à rendre hommage au «Zoulou blanc» en montant sur scène, d'une manière inattendue, lors d'un concert à Francfort (Allemagne). Alors que Johnny Clegg chantait Asimbonanga, le public s'était levé comme un seul homme.
«J'ai aperçu du coin de l'œil quelqu'un derrière moi qui était en train de monter sur la scène, en dansant (...). C'était Mandela! Ça a été un choc. Je ne savais même pas qu'il était là», avait raconté Johnny Clegg à l'hebdomadaire français Le Nouvel Observateur. A la fin de la chanson, Mandela avait lancé de sa voix posée, au micro: «C'est la musique et la danse qui me mettent en paix avec le monde».
Né en 1953 au Royaume-Uni d'un père britannique et d'une mère zimbabwéenne, chanteuse de jazz de cabaret, Johnny Clegg débarque à l'âge de 7 ans dans une Afrique du Sud où la minorité blanche règne en maître sur la majorité noire. Initié aux cultures locales par son beau-père journaliste, il se glisse dès 15 ans dans les foyers de travailleurs noirs, au mépris des interdits.
Là, il découvre les danses et les mélodies zoulous et s'invite secrètement pour danser avec les troupes traditionnelles. Après une rémission d'un cancer du pancréas diagnostiqué en 2015, il se lance deux ans plus tard dans une tournée mondiale d'adieu dont il réussira à honorer toutes les dates, les dernières en 2018.
A.Bo


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.