Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    Divers    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Le Raid sur la zone 51 : Une plaisanterie qui ira loin ?    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Rabat: L'UE lance un projet de migration légale circulaire entre le Maroc et l'Espagne    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Insolite : Rivière teinte en vert fluo    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares
Publié dans L'Economiste le 16 - 08 - 2019

Saâdeddine El Othmani, qui devra bientôt rencontrer les patrons des autres partis de la majorité, semble fragilisé par les sorties de son prédécesseur, qui n'hésite pas à attaquer régulièrement certains des principaux alliés de la coalition gouvernementale (Ph. Bziouat)
Saâdeddine El Othmani dispose de quelques semaines pour soumettre au Roi des propositions de nouveaux profils qui devront rejoindre son équipe. Le Souverain a fixé la prochaine rentrée comme délai pour finaliser ce chantier. Pour l'instant, le chef du gouvernement semble encore traîner les pieds.
Des réunions avec les autres patrons des partis de la majorité sont prévues la semaine prochaine. Certains d'entre eux, notamment Mohand Laensar, SG du MP, a appelé, il y a quelques jours, à accélérer la cadence. Ceci est d'autant plus important que la tâche s'annonce ardue. Le long feuilleton des tractations après les élections de 2016 est encore dans les esprits. El Othmani devra certainement faire face à une série de difficultés pour boucler ce dossier.
Les orientations royales sont on ne peut plus claires: l'objectif de ce remaniement est d'insuffler un sang neuf, particulièrement en compétences pointues pour accompagner la mise en œuvre du nouveau modèle de développement et la refonte des stratégies sectorielles.
Le chef du gouvernement en est conscient. C'est ce qui ressort de la note de cadrage du projet de loi de finances 2020. El Othmani a promis que son équipe va «poursuivre son action avec davantage de rigueur et de responsabilité en matière de gestion de la chose publique», en plus de «l'amélioration de l'efficacité des institutions».
Face à l'ampleur des attentes, le patron du PJD risque de faire face à de nombreuses contraintes. Il s'agit notamment d'aboutir à un consensus avec les autres partis de la majorité sur les ministres ou secrétaires d'Etat qui devront quitter le navire, et surtout assurer un bon casting des nouveaux profils qui devront rejoindre l'exécutif.
Une mission délicate vu les frictions ayant marqué les relations du PJD avec les autres formations de la majorité. La fragilité de la cohésion de la coalition gouvernementale est un secret de polichinelle. En témoignent notamment les tensions récurrentes entre le parti d'El Othmani et l'un des principaux partis de la majorité, le RNI. Ce dernier est connu pour être l'un des grands pourvoyeurs en compétences au sein de l'exécutif.
En face, le patron du PJD devra d'abord faire face aux tiraillements dans sa propre formation. En atteste, par exemple, la position des parlementaires Pjdistes à l'occasion du vote de la loi-cadre sur l'enseignement. Plusieurs observateurs estiment qu'il risque d'être fragilisé par les guerres intestines de son parti.
D'autant que son prédécesseur, Abdelilah Benkirane, semble vouloir lui tenir la dragée haute. L'ex-chef du gouvernement continue de jouer au trouble-fête, notamment en soutenant une initiative de coalition contre «la francisation de l'enseignement», suite à l'adoption de la loi-cadre.
L'ex-SG du PJD continue d'avoir des soutiens au sein du parti, lui permettant de peser, officieusement, dans les prochaines négociations relatives au remaniement ministériel. Une situation qui risque de mettre El Othmani mal à l'aise lors des discussions avec les autres membres de la majorité, dont certains ont été attaqués frontalement par Benkirane.
Au-delà des considérations politiciennes, les tractations pour le remplacement de certains ministres devront prendre en compte les exigences du nouveau cahier des charges du gouvernement. La révision de l'architecture gouvernementale devra répondre aux impératifs de cohérence, d'efficacité et d'accélération des réformes.
Dans ce contexte précis, la compétence et la méritocratie devront être les maîtres mots, contrairement aux arbitrages politiciens ayant marqué traditionnellement ce type de négociations.
Le Parlement s'y met aussi
En plus des chantiers pris en charge par le gouvernement, le Parlement s'inscrit également dans la logique de la nouvelle feuille de route royale. La Chambre des représentants a publié un communiqué traçant les prochains chantiers visant le renforcement de la rigueur et de l'efficacité des institutions. Cela devra passer par des réformes internes, portant notamment sur la mise en place d'un mécanisme de contrôle de l'application des lois adoptées par le Parlement. S'y ajoute l'engagement de «moderniser la production législative en vue d'être en phase avec les nouveaux chantiers». Le modèle des questions orales hebdomadaires sera également révisé pour rompre avec la monotonie qui caractérise ces séances.
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.