Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France se prépare à accueillir le G7
Publié dans L'Economiste le 19 - 08 - 2019

Du 24 au 26 août, ce sont plus de 5.000 personnes (dirigeants, délégués, journalistes et forces de l'ordre) qui voisineront avec habitants et touristes de l'élégante cité des Pyrénées-Atlantiques, placée sous très haute sécurité en pleine saison estivale
La sécurité sera maximale autour du G7 (24-26 août) à Biarritz en France sur lequel pèsent plusieurs menaces, notamment de «groupes violents». Zone bleue, zone rouge, c'est ainsi que l'on désigne les deux périmètres de sécurité établis pour le sommet des chefs d'Etat. Malgré l'interdiction de manifester dans les communes limitrophes de Biarritz, les anti-G7 ont déjà annoncé une prochaine mobilisation.
■ Divergences au menu: Le sommet tombe à pic pour échanger sur les grands dossiers de l'actualité qui fâchent. La liste est longue: la taxation des géants du numérique (dite taxe GAFA), sur laquelle s'opposent le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron, la guerre commerciale entre Washington et Pékin, qui inquiète capitales et marchés (les Bourses mondiales sont à la peine depuis des mois face à la crainte de la récession, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne) ou les tensions américano-iraniennes menaçant d'enflammer le Golfe... Pour tenter de déminer une partie d'entre eux, le chef de l'Etat français doit recevoir le 19 août son homologue russe Vladimir Poutine. Le retour de la Russie au sein du G7, dont elle a été exclue en 2014, est conditionné par les Occidentaux à des avancées de Moscou en vue de régler le conflit ukrainien.
■ Bras de fer sur le Brexit: Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson sera au centre des attentions. Les Européens veulent discuter avec lui du Brexit, qu'il a promis de mettre en œuvre au 31 octobre, y compris au prix d'un divorce sans accord avec l'UE. Très attendu aussi, le tête-à-tête avec Donald Trump, qui s'est dit impatient de rencontrer Boris Johnson, qu'il voit comme un allié sur la scène internationale. Tous deux partagent l'ambition de conclure au plus vite un accord commercial ambitieux, une fois le Royaume-Uni ayant quitté l'UE.
■ G7, new look: A l'issue du dernier G7, au Canada fin 2018, Emmanuel Macron a pris plusieurs décisions notamment celle de supprimer la déclaration finale et de favoriser l'émergence de coalitions de pays acteurs désireux de proposer des solutions concrètes sur les grands défis comme la lutte contre les inégalités, la lutte contre le réchauffement climatique ou la coopération avec l'Afrique. Pour lancer le débat, le président français organisera, le 23 août à l'Elysée, une journée de dialogue sur ces thèmes avec la société civile (experts, ONG, associations...).
■ Une mobilisation exceptionnelle: Pour ce premier G7 organisé en France depuis 2011, les autorités ont prévu une mobilisation exceptionnelle des forces de l'ordre, selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. A Biarritz, où une zone rouge ultra-sécurisée sanctuarisera les lieux de rendez-vous, mais aussi dans les villes voisines de Bayonne et Anglet et jusqu'à la frontière espagnole, «on se prépare à l'hypothèse (de) contre-manifestations. Si elles sont violentes, nous les neutraliserons», a averti Castaner, qui a effectué une visite à la station balnéaire le 4 juillet dernier. Plusieurs dizaines de groupes opposés au sommet ont prévu de mener des actions de «désobéissance civile pacifique», notamment durant un contre-sommet du 19 au 23 août à Hendaye et Irun (Espagne), à une trentaine de km de Biarritz.
En tête d'affiche
Au total, 24 délégations étrangères sont attendues, avec en tête d'affiche les dirigeants du G7: l'Américain Donald Trump, l'Allemande Angela Merkel, le Japonais Shinzo Abe, le Canadien Justin Trudeau, le Britannique Boris Johnson et l'Italien Giuseppe Conte. Ils seront accueillis par Emmanuel Macron le samedi 24 août pour un dîner informel dans un majestueux palace qui domine l'Atlantique. Ils devraient ensuite être rejoints par leurs collègues des pays invités, comme l'Indien Narendra Modi, l'Australien Scott Morrison, le Chilien Sebastian Pinera, l'Espagnol Pedro Sanchez et six homologues africains: Abdel Fattah al-Sissi (Egypte), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), Macky Sall (Sénégal), Paul Kagame (Rwanda) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso). Participeront aussi aux débats les représentants de l'Union européenne et des grandes organisations internationales, comme l'ONU, le FMI ou l'OMC.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.