Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La France se prépare à accueillir le G7
Publié dans L'Economiste le 19 - 08 - 2019

Du 24 au 26 août, ce sont plus de 5.000 personnes (dirigeants, délégués, journalistes et forces de l'ordre) qui voisineront avec habitants et touristes de l'élégante cité des Pyrénées-Atlantiques, placée sous très haute sécurité en pleine saison estivale
La sécurité sera maximale autour du G7 (24-26 août) à Biarritz en France sur lequel pèsent plusieurs menaces, notamment de «groupes violents». Zone bleue, zone rouge, c'est ainsi que l'on désigne les deux périmètres de sécurité établis pour le sommet des chefs d'Etat. Malgré l'interdiction de manifester dans les communes limitrophes de Biarritz, les anti-G7 ont déjà annoncé une prochaine mobilisation.
■ Divergences au menu: Le sommet tombe à pic pour échanger sur les grands dossiers de l'actualité qui fâchent. La liste est longue: la taxation des géants du numérique (dite taxe GAFA), sur laquelle s'opposent le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron, la guerre commerciale entre Washington et Pékin, qui inquiète capitales et marchés (les Bourses mondiales sont à la peine depuis des mois face à la crainte de la récession, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne) ou les tensions américano-iraniennes menaçant d'enflammer le Golfe... Pour tenter de déminer une partie d'entre eux, le chef de l'Etat français doit recevoir le 19 août son homologue russe Vladimir Poutine. Le retour de la Russie au sein du G7, dont elle a été exclue en 2014, est conditionné par les Occidentaux à des avancées de Moscou en vue de régler le conflit ukrainien.
■ Bras de fer sur le Brexit: Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson sera au centre des attentions. Les Européens veulent discuter avec lui du Brexit, qu'il a promis de mettre en œuvre au 31 octobre, y compris au prix d'un divorce sans accord avec l'UE. Très attendu aussi, le tête-à-tête avec Donald Trump, qui s'est dit impatient de rencontrer Boris Johnson, qu'il voit comme un allié sur la scène internationale. Tous deux partagent l'ambition de conclure au plus vite un accord commercial ambitieux, une fois le Royaume-Uni ayant quitté l'UE.
■ G7, new look: A l'issue du dernier G7, au Canada fin 2018, Emmanuel Macron a pris plusieurs décisions notamment celle de supprimer la déclaration finale et de favoriser l'émergence de coalitions de pays acteurs désireux de proposer des solutions concrètes sur les grands défis comme la lutte contre les inégalités, la lutte contre le réchauffement climatique ou la coopération avec l'Afrique. Pour lancer le débat, le président français organisera, le 23 août à l'Elysée, une journée de dialogue sur ces thèmes avec la société civile (experts, ONG, associations...).
■ Une mobilisation exceptionnelle: Pour ce premier G7 organisé en France depuis 2011, les autorités ont prévu une mobilisation exceptionnelle des forces de l'ordre, selon le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. A Biarritz, où une zone rouge ultra-sécurisée sanctuarisera les lieux de rendez-vous, mais aussi dans les villes voisines de Bayonne et Anglet et jusqu'à la frontière espagnole, «on se prépare à l'hypothèse (de) contre-manifestations. Si elles sont violentes, nous les neutraliserons», a averti Castaner, qui a effectué une visite à la station balnéaire le 4 juillet dernier. Plusieurs dizaines de groupes opposés au sommet ont prévu de mener des actions de «désobéissance civile pacifique», notamment durant un contre-sommet du 19 au 23 août à Hendaye et Irun (Espagne), à une trentaine de km de Biarritz.
En tête d'affiche
Au total, 24 délégations étrangères sont attendues, avec en tête d'affiche les dirigeants du G7: l'Américain Donald Trump, l'Allemande Angela Merkel, le Japonais Shinzo Abe, le Canadien Justin Trudeau, le Britannique Boris Johnson et l'Italien Giuseppe Conte. Ils seront accueillis par Emmanuel Macron le samedi 24 août pour un dîner informel dans un majestueux palace qui domine l'Atlantique. Ils devraient ensuite être rejoints par leurs collègues des pays invités, comme l'Indien Narendra Modi, l'Australien Scott Morrison, le Chilien Sebastian Pinera, l'Espagnol Pedro Sanchez et six homologues africains: Abdel Fattah al-Sissi (Egypte), Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud), Macky Sall (Sénégal), Paul Kagame (Rwanda) et Roch Marc Christian Kaboré (Burkina Faso). Participeront aussi aux débats les représentants de l'Union européenne et des grandes organisations internationales, comme l'ONU, le FMI ou l'OMC.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.