Reprise de l'activité des cafés et restaurants    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Le tabagisme tue!    Maroc : allègement du déficit commercial à fin avril    Est-ce que la Bourse sur-anticipe la reprise?    Un exercice difficile dans des conditions difficiles    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Message de condoléances de SM le Roi à Mme Hélène El-Youssoufi, veuve du défunt    TAS. WAC-EST, Ahmad Ahmad livre sa version des faits    Yunis Abdelhamid nominé pour le Trophée Marc-Vivien Foé    Tunisie: le championnat reprendra le 2 août    Message de condoléances du PPS à l'USFP    Le parcours original du grand combattant    Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    CGEM: Les pertes des industries culturelles et créatives estimées à 2 milliards de dirhams    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    Abderrahmane El Youssoufi a présenté son bilan à la nation    L'OMDH rend hommage à l'un de ses fondateurs    L'homme de l'alternance n'est plus    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Les grands travaux du gouvernement El Youssoufi    Abderrahmane El Youssoufi : Un homme d'Etat au service de la culture    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Abderrahmane Youssoufi personnifiait l'histoire du Maroc    Technocrates, gouvernement d'union nationale…: Le Maroc peut-il se permettre ces changements en plein Covid-19?    Mort de Guy Bedos    Le CNDH lance un appel au respect des droits des travailleurs    L'INDH s'investit dans la formation à distance à Khénifra    Un Casque bleu marocain honoré par les Nations unies    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    Tarik El Malki : Il convient de mettre de côté la doxa libérale pour un temps    Le chef du gouvernement entame ses concertations avec les partis politiques représentés au Parlement    Relaxé, Rafiq Boubker présente ses excuses    L'auteur de la saga Harry Potter met en ligne un conte pour les enfants confinés    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oujda/communes: Discorde autour des subventions
Publié dans L'Economiste le 23 - 08 - 2019

Derrière les débats houleux d'approbation des budgets de la commune d'Oujda se cache une lutte acharnée de positionnement (Ph A.K)
Les subventions octroyées aux associations au terme de l'année 2019 ont provoqué une vague de protestations au niveau de la ville d'Oujda. Plusieurs associations les ont refusées. Certains élus accusent d'autres de favoritisme et de soutiens alléchants aux associations qui gravitent autour de leurs campagnes électorales.
Les reproches ne s'arrêtent pas là et pointent des élus qui ont accordé des subventions aux associations qu'ils président, alors que cela est strictement interdit par la loi. Selon l'article 65 de la loi organique 113.14 relative aux communes qui fixe les conditions d'exécution, il est formellement interdit qu'un élu exploite son appartenance à un conseil pour favoriser l'association dont il est membre.
«C'est ce qui a été toléré par le Conseil communal d'Oujda», indique Mohammed Ben Daoud, trésorier de l'Association Oued Ennachef Sidi Maâfa. Il avance que certains conseillers ont constitué des associations à des fins d'enrichissement personnel ou partisanes.
«Nous avons refusé l'aide financière du Conseil municipal pour des raisons d'éthique. Il est anormal que plusieurs associations perçoivent 3.000 DH alors que d'autres obtiennent 30.000 DH et plus» souligne-t-il sur la base de documents listant les associations bénéficiaires et dont L'Economiste dispose copie.
Cette iniquité dans la distribution des subventions a été précédée par la dissolution des cinq commissions du Conseil communal d'Oujda suite à une entente entre des élus de la majorité et les élus de l'opposition. La nouvelle cohabitation a regroupé 35 élus sur les 65 qui constituent le Conseil et ont fait tomber les anciennes commissions pour se départager les responsabilités.
Toutefois, cette nouvelle mouture a provoqué la colère de la direction générale du PJD qui a dissout toutes les instances locales du parti. Une décision aux conséquences imprévues et qui remet le compteur à zéro pour constituer les nouvelles instances locales, et décider qui peut, ou non, adhérer au parti de la lampe.
Ce crash n'est pas le premier. À Oujda, les choix des alliances de la Direction du parti n'ont pas souvent coïncidé avec celles préconisées par les élus islamistes locaux. Ce qui explique le bras de fer entre les instances locales et nationales. Pour Mohammed Othmani, parlementaire pjdiste, «la direction nationale a commis une erreur en discréditant ses instances locales».
«La déconfiture du PJD n'est pas l'unique cas. Les élus Pamistes sont également logés à la même enseigne et sont divisés en deux clans. Eux aussi, n'arrivent pas à s'entendre pour des raisons de positionnement dans les commissions», explique un responsable communal.
Plusieurs personnes se questionnent sur le rapport entre les subventions octroyées aux associations et les conflits de positionnement au conseil communal. Il suffit de rappeler que le nombre des associations qui ont bénéficié de subventions avoisine les 240 dont 171 culturelles et sociales, 11 associations à besoins spécifiques, 23 associations folkloriques, 41 associations sportives qui couvrent tous les quartiers de la ville. S'y ajoutent 31 clubs sportifs.
«La majorité de ces associations ne sont pas apolitiques et sont exploitées à des fins électorales», ajoute notre source. Ce qui explique pourquoi certaines associations ont refusé ces subventions. «Elles se sentent manipulées et refusent ces rapports de dépendance», confie à L'Economiste Abdallah Antar, président de l'Association Noor pour le sport, la culture et le développement.
Tiraillements aux conséquences néfastes
Pour comprendre les causes de cette mésentente qui perdure et les coups que se portent les uns aux autres, il faut remonter aux tractations, qui ont précédé la constitution du conseil municipal d'Oujda, en septembre 2015.
L'élection du président et des membres du bureau du conseil communal a été reportée, à maintes reprises faute de quorum électoral. Les 65 membres élus (30 du Pam, 28 du Pjd et 7 de l'Istiqlal), ne sont jamais parvenus à travailler sereinement malgré des cohabitations temporaires. D'ailleurs, le budget communal a été refusé à trois reprises et il a fallu des interventions au niveau du ministère de l'Intérieur et des directions centrales de ces trois partis pour débloquer certaines rubriques budgétaires. «Cette situation de méfiance a porté un véritable coup de massue aux programmes de développement qui devaient être lancés au niveau de la capitale de l'Oriental», explique Zahreddine Taybi, professeur universitaire et spécialiste en sciences politiques. Et d'ajouter: «Ce sont les citoyens et la ville qui subissent encore une fois les conséquences d'une lutte politicienne».
De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.