Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Tourisme national : un secteur d'avenir    Bisazza ouvre sa première vitrine virtuelle au Maroc    Greenvillage.ma : Une plateforme ultra moderne pour le Bio voit le jour    Pacte pour la relance économique et l'emploi : A quoi s'engage l'Etat...    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche à Berkane    Tanger/Covid-19: les mesures de contrôle durcies davantage    Explosions au Liban: l'aide marocaine est arrivée à Beyrouth    HCP: cinq régions concentrent plus de 70% des chômeurs    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Contrat programme tourisme 2022-22 : l'Etat consent à des efforts pour sauver le secteur    La terre a tremblé en Algérie    OMS: Six vaccins en phase III des essais cliniques    OMS: Dr. Tedros prie les Américains de revenir à l'OMS    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    La fondation Mohammed V entame l'envoi d'aides alimentaires au Liban    Casablanca : un dangereux malfrat retrouvé à Ain Harrouda    Météo France: 45 départements placés en vigilance orange canicule    Le bilan s'alourdit au Liban    Foot féminin: Le contrat d'objectifs signé    Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé    Quelle carrure économique pour le football national ?    Le Raja continue sa pression sur le WAC    Saaid Amzazi : Le concours commun d'accès aux Facultés de médecine vise à assurer l'égalité des chances    Tour de Pologne : L'état de Jakobsen stabilisé, coureur placé dans le coma    Une édition virtuelle : Festival International Maroc des Contes    Guéri du Covid, Placido Domingo nie de nouveau tout harcèlement    Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes de soutien    Le patrimoine financier des ménages s'élève à 833 MMDH à fin 2019    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    La convention contre les pires formes de travail des enfants enfin ratifiée    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    Donald Trump salue les réalisations du Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    US Round Up du jeudi 6 août – Eric M. Garcetti, Kodak, Jerry Falwell Jr., Alyssa Milano, Mississippi    Lions de l'Atlas    Soutien aux projets cinémato-graphiques : Le CCM prolonge les délais pour le dépôt des demandes    Cheb Kader revient avec 3 nouvelles chansons en septembre 2020    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Football: L'AS Rome reste propriété américaine    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: Une nouvelle ère commence
Publié dans L'Economiste le 16 - 10 - 2019

Les Tunisiens ont tranché. Avec un score supérieur à 70% selon les sondages et une participation en nette hausse au second tour de la présidentielle (au moins 57,8%), les résultats officiels devraient consacrer la victoire de l'universitaire Kaïs Saïed.
Son rival Nabil Karoui, fondateur d'une chaîne de télévision et poursuivi, selon la presse, «pour fraude fiscale et blanchiment», a déploré un «déni de justice». Il a estimé «avoir été pénalisé par son incarcération durant 49 jours en pleine campagne élec­torale».
Une fois au poste, Kaïs Saïed, cet ensei­gnant de droit à la retraite quasi inconnu jusque-là sur la scène politique aura pour mission de revitaliser la jeune démocratie. Lors d'une brève apparition devant ses par­tisans et la presse, il a tenu à remercier les jeunes. Environ 90% des électeurs de 18 à 25 ans ont voté pour lui, selon l'Institut de sondage Sigma, contre seulement 49,2% des plus de 60 ans.
Si la sécurité s'est net­tement améliorée ces dernières années, le chômage chez les jeunes est beaucoup plus important. Après une longue campagne de terrain, Kaïs Saïed devra appliquer son programme et défendre ses convictions. Le constitutionnaliste prône l'élection de conseils locaux, désignant des repré­sentants révocables en cours de mandat.
Pour lui, «le mode de scrutin actuel et les arrangements partisans qu'il entraîne sont la source du mal qui a empêché la révolu­tion tunisienne de 2011 de concrétiser ses objectifs».
Interrogé sur la faisabilité d'une telle ré­forme constitutionnelle, Kaïs Saïed a souli­gné qu'il commencerait par faire appliquer la Loi fondamentale actuelle. Dépourvu de parti, il n'aura pas de bloc au Parlement pour relayer ses propositions. Mais il a assuré qu'il comptait utiliser les moyens lé­gaux à sa disposition pour agir et proposer des lois. Plusieurs blocs, dont le principal, celui du parti islamiste Ennahdha, lui ont apporté leur soutien.
Alors que la Constitution de 2014 fait la part belle au Parlement, les regards se tour­neront après ce second tour vers ce parti, chargé de former le nouveau gouverne­ment. «Nous avons commencé nos consul­tations», a indiqué le chef du parti, Rached Ghannouchi, qui devra rallier de nombreux autres blocs pour atteindre la majorité de 109 sièges au Parlement. L'hypothèse d'un gouvernement de technocrates a aussi été évoquée.
D'autre part, Kaïs Saïed a promis de renforcer le rôle social de l'Etat, notamment dans l'éducation et la santé. Parmi ses rares propositions, la création d'un Haut conseil de l'éducation, pour gérer ce domaine. Pour certains observateurs, son «discours poli­tique n'a aucune référence religieuse, pui­sant essentiellement dans le droit». «Nous ne ferons pas marche arrière sur nos ac­quis en matière de libertés et de droits des femmes…», a dit cet universitaire.
Accélérer les réformes
Dans ses études sur le pays, le FMI encourage à opérer des réformes. Sur la liste figure un assainissement des finances publiques propice à la croissance et soucieux de la dimension sociale. Les priorités incluent aussi la stabilisation de la dette publique sous les 73% du PIB d'ici 2020. L'économie tunisienne doit favoriser en même temps l'investissement et les dépenses sociales. Le gouvernement doit mettre en outre l'accent sur l'amélioration de la gouvernance, du climat des affaires, des institutions budgétaires et du secteur financier. L'OCDE avait publié l'année dernière une étude économique sur la Tunisie (cf. notre édition N°5241 du vendredi 30 mars 2018).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.