Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    MBS félicite le roi Mohammed VI à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Google fête l'indépendance du Maroc    La prison "Oukacha" dément "les fausses allégations" d'une avocate    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    Nouvelle possibilité d'achat de billets de foot    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Lutte ouvrière!    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: Une nouvelle ère commence
Publié dans L'Economiste le 16 - 10 - 2019

Les Tunisiens ont tranché. Avec un score supérieur à 70% selon les sondages et une participation en nette hausse au second tour de la présidentielle (au moins 57,8%), les résultats officiels devraient consacrer la victoire de l'universitaire Kaïs Saïed.
Son rival Nabil Karoui, fondateur d'une chaîne de télévision et poursuivi, selon la presse, «pour fraude fiscale et blanchiment», a déploré un «déni de justice». Il a estimé «avoir été pénalisé par son incarcération durant 49 jours en pleine campagne élec­torale».
Une fois au poste, Kaïs Saïed, cet ensei­gnant de droit à la retraite quasi inconnu jusque-là sur la scène politique aura pour mission de revitaliser la jeune démocratie. Lors d'une brève apparition devant ses par­tisans et la presse, il a tenu à remercier les jeunes. Environ 90% des électeurs de 18 à 25 ans ont voté pour lui, selon l'Institut de sondage Sigma, contre seulement 49,2% des plus de 60 ans.
Si la sécurité s'est net­tement améliorée ces dernières années, le chômage chez les jeunes est beaucoup plus important. Après une longue campagne de terrain, Kaïs Saïed devra appliquer son programme et défendre ses convictions. Le constitutionnaliste prône l'élection de conseils locaux, désignant des repré­sentants révocables en cours de mandat.
Pour lui, «le mode de scrutin actuel et les arrangements partisans qu'il entraîne sont la source du mal qui a empêché la révolu­tion tunisienne de 2011 de concrétiser ses objectifs».
Interrogé sur la faisabilité d'une telle ré­forme constitutionnelle, Kaïs Saïed a souli­gné qu'il commencerait par faire appliquer la Loi fondamentale actuelle. Dépourvu de parti, il n'aura pas de bloc au Parlement pour relayer ses propositions. Mais il a assuré qu'il comptait utiliser les moyens lé­gaux à sa disposition pour agir et proposer des lois. Plusieurs blocs, dont le principal, celui du parti islamiste Ennahdha, lui ont apporté leur soutien.
Alors que la Constitution de 2014 fait la part belle au Parlement, les regards se tour­neront après ce second tour vers ce parti, chargé de former le nouveau gouverne­ment. «Nous avons commencé nos consul­tations», a indiqué le chef du parti, Rached Ghannouchi, qui devra rallier de nombreux autres blocs pour atteindre la majorité de 109 sièges au Parlement. L'hypothèse d'un gouvernement de technocrates a aussi été évoquée.
D'autre part, Kaïs Saïed a promis de renforcer le rôle social de l'Etat, notamment dans l'éducation et la santé. Parmi ses rares propositions, la création d'un Haut conseil de l'éducation, pour gérer ce domaine. Pour certains observateurs, son «discours poli­tique n'a aucune référence religieuse, pui­sant essentiellement dans le droit». «Nous ne ferons pas marche arrière sur nos ac­quis en matière de libertés et de droits des femmes…», a dit cet universitaire.
Accélérer les réformes
Dans ses études sur le pays, le FMI encourage à opérer des réformes. Sur la liste figure un assainissement des finances publiques propice à la croissance et soucieux de la dimension sociale. Les priorités incluent aussi la stabilisation de la dette publique sous les 73% du PIB d'ici 2020. L'économie tunisienne doit favoriser en même temps l'investissement et les dépenses sociales. Le gouvernement doit mettre en outre l'accent sur l'amélioration de la gouvernance, du climat des affaires, des institutions budgétaires et du secteur financier. L'OCDE avait publié l'année dernière une étude économique sur la Tunisie (cf. notre édition N°5241 du vendredi 30 mars 2018).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.