Données médicales: Comment la CNDP s'organise face à l'état d'urgence    Catastrophes et colère divine, un fantasme à la peau dure    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Chambre des représentants : l'ouverture de la 2ème session législative est prévue pour le 10 avril prochain    El Otmani : « Le gouvernement est déterminé à prendre toutes les mesures à même de protéger les citoyens contre la propagation du coronavirus»    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Le Policy Center for the New South analyse la pandémie de coronavirus sous diverses perspectives    Chez le Crédit Agricole du Maroc : Aucune perception d'échéances des crédits habitat et à la consommation pour 4 mois    Coronavirus : 534 cas confirmés au Maroc, ce lundi à 18H    Covid-19/Maroc: enquête après la diffusion d'une liste sur les réseaux sociaux    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Neymar respecte les règles du confinement    Report des JO : Le CNOM informera les fédérations et les sportifs de toutes les mises à jour    Chelsea intéressé par les services d'Achraf Hakimi    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    Les soldats de l'ombre du confinement    Les grossistes tablent sur une stabilité des effectifs employés au premier trimestre    Groupe Bank of Africa : les bénéfices en hausse de 5% en 2019    Activités physiques intenses et épidémie virale ne font pas bon ménage    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    Le Royaume-Uni pourrait ne pas retrouver une vie normale avant six mois    Opération de soutien provisoire : les demandes se font uniquement via le numéro vert "1212"    Maroc: les prix de certains légumes ont baissé    L'IMA lance une programmation culturelle en ligne    Les ventes de "La Peste" d'Albert Camus en hausse en raison du coronavirus    La Chine referme ses cinémas    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Souss-Massa affecte 20,2 millions de DH pour lutter contre le Covid-19    Coronavirus : le CCM diffuse des films en ligne    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Après avoir échangé des lettres de reproches : La CGEM et le GPBM en froid    Le coronavirus baisse la valeur des joueurs    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    L'examen cyclique de l'humanité!    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un Monde Fou
Publié dans L'Economiste le 21 - 10 - 2019


■ Un homme fait ses adieux depuis son cercueil!
C'est une blague des plus insolites à laquelle ont assisté les proches de Shay Bradley le samedi 12 octobre. Lors de ses propres funérailles, l'ancien combattant des forces de défense irlandaises s'est mis à parler, prétendant se débattre dans son cercueil. Selon le journal américain Metro News, Shay Bradley est décédé le 8 octobre des suites d'une maladie. Mais il n'a pas pu résister à l'idée de faire une dernière plaisanterie à sa famille. En plein enterrement, ses proches ont eu la surprise de l'entendre crier: "Bonjour, bonjour? Laissez-moi sortir». On pouvait entendre aussi des coups sur le cercueil en bois pendant qu'il continuait: «Où suis-je? Laissez-moi sortir. Il fait sombre ici. C'est le prêtre que j'entends? C'est Shay, je suis dans la boîte. Non, je me fous de ta gueule. Je suis mort». Cette dernière blague, ou plutôt ce dernier adieu, a rendu le sourire à ses proches, provoquant un fou rire général. La fille de Shay avait caché un haut parleur près du cercueil, avec l'ultime message audio que le plaisantin avait pris soin d'enregistrer avant son décès.
■ Une épée high-tech à l'Académie française
Barbara Cassin est la neuvième femme à faire son entrée à l'Académie française. La philosophe et philologue, passionnée par la richesse des langues, a fait entrer sous la Coupole, jeudi 17 octobre, l'esprit de résistance contre le formatage de la globalisation. Et comme un symbole, son épée n'a rien de traditionnel. Mardi, la directrice de recherche du CNRS avait rassemblé ses amis dans la salle des Caryatides du musée du Louvre à Paris pour la cérémonie de l'épée, un des symboles des Immortels avec le fameux habit vert, que la nouvelle académicienne a jugé «un peu sexy» par ailleurs. Assurée «non létale», cette épée est un véritable bijou high-tech. Pesant environ un kilo, sa lame est en cuir souple percé de petits trous où transparaît, grâce à un tissu en fibre optique, une phrase de Jacques Derrida, un des maîtres de Barbara Cassin. Cette phrase, «plus d'une langue», résume toute sa pensée. La garde de son épée pas comme les autres est un petit écran souple ressemblant à une montre connectée. Il permet, sourit la philosophe, de lire virtuellement «tous les textes du monde». Le pommeau est la reproduction d'une statuette hittite, déesse de la fertilité, trouvée en Anatolie. «C'est une barbare, comme mon prénom Barbara», sourit la philosophe. Pour finir, et comme l'impose la tradition de l'Académie, Barbara Cassin s'est vu attribuer un mot choisi à son image: ce mot est «vigueur» dont la définition dans le dictionnaire de l'Académie est «force dans sa plénitude, énergie intacte». Née le 24 octobre 1947 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), Barbara Cassin a suivi des études de philosophie à la Sorbonne. Elle entre au CNRS en 1984. Elle en a reçu la médaille d'or (la plus haute distinction scientifique française) en septembre 2018 pour l'ensemble de son «œuvre traversée par la question du pouvoir des mots et du langage». Elle est l'auteure, entre autres, d'«Eloge de la traduction. Compliquer l'universel» (Fayard, 2016) et a dirigé le «Vocabulaire européen des philosophies» (Seuil-Le Robert, 2004), plus connu par son sous-titre, le «Dictionnaire des intraduisibles».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.