Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Dar Bouazza : Les autorités locales poursuivent l'abattage des chiens errants    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Destitution de Trump: Démocrates et républicains à couteaux tirés sur l'enquête    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Un élève soupçonné de dénonciation calomnieuse : Une enquête est ouverte à Fès    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Changements climatiques: De lourdes menaces pour l'agriculture africaine
Publié dans L'Economiste le 08 - 11 - 2019

Ce n'est pas pour rien que l'agriculture en Afrique reste au cœur de toute action en faveur du climat. En effet, pour l'Afrique seule, le coût d'adaptation au changement climatique représente 7 à 15 milliards de dollars par an d'ici 2020 et pourrait atteindre 35 milliards de dollars d'ici 2050 et 200 milliards de dollars d'ici 2070, même en supposant un réchauffement stabilisé en dessous de 2°C.
« Les effets néfastes du changement climatique font peser de lourdes menaces sur la sécurité alimentaire déjà fragile en Afrique, et impactent en particulier la petite agriculture, l'agriculture vivrière et les populations les plus vulnérables», souligne Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.
L'occasion était la 2e Conférence ministérielle annuelle de l'Initiative africaine d'adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA) organisé à Benguerir à laquelle ont participé 20 ministres africains. A quelques semaines de la COP25, les ministres africains souhaitent porter les projets d'adaptation de l'agriculture au rang des priorités. Historiquement, l'agriculture n'a pas été assez priorisée dans la mobilisation internationale, souffrant d'un manque de financement considérable.
Pourtant, les conséquences des changements climatiques peuvent être désastreuses pour sa sécurité alimentaire. Le secteur qui emploie 70% de la main-d'œuvre du continent représente plus de 25% du PIB, rappelle Akhannouch. Portée par le Maroc, l'Initiative AAA a été lancée lors de la COP22 pour relever trois défis auxquels doit faire face le continent -le financement, l'augmentation de la productivité agricole et l'augmentation du pouvoir de séquestration du carbone dans les sols africains.
En trois ans d'existence, elle a réussi à inscrire l'agriculture africaine dans les agendas mondiaux des négociations climat. 7 pays (Maroc, Côte d'Ivoire, Mali, Congo, Ghana, Burkina Faso, Cameroun) ont été accompagnés pour la réalisation de plans nationaux d'investissement pour l'identification de portefeuilles de projets bancables d'adaptation de l'agriculture au changement climatique.
Au Maroc, deux projets sont en cours de mise en œuvre. Le premier concerne l'adaptation au changement climatique dans les zones oasiennes au profit de 40.000 bénéficiaires. Le 2e projet cible 26.000 bénéficiaires et porte sur le développement de la filière de l'arganier dans trois régions vulnérables du Maroc (Souss Massa, Marrakech Safi et Guelmim Oued Noun).
Partenariats
Depuis janvier 2019, une Fondation triple A a vu le jour sous les instructions du Roi Mohammed VI. Présidée par Aziz Akhannouch, elle a pour mission, entre autres, de défendre la cause de l'agriculture africaine et de constituer une force de proposition auprès des pouvoirs publics africains. La fondation vient de conclure plusieurs accords de coopération avec différents partenaires. Ainsi, la FAO va aider les pays africains à développer des outils pour l'agriculture digitale climato-intelligente et de la formation sur l'accès aux financements verts. La BAD apportera son assistance technique pour le renforcement des capacités pour élaborer des plans d'investissements sur la période 2020-2025. De son côté, l'Alliance for a Green Revolution in Africa va aider les pays africains à mettre en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national. Enfin, l'Université Mohammed VI Polytechnique, les Centres internationaux de recherche agricole dans les zones arides, pour l'amélioration du maïs et du blé et l'Inra vont élaborer un programme de recherche qui atténuera les effets du changement climatique sur le petit agriculteur.
Badra BERRISSOULE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.