Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Changements climatiques: De lourdes menaces pour l'agriculture africaine
Publié dans L'Economiste le 08 - 11 - 2019

Ce n'est pas pour rien que l'agriculture en Afrique reste au cœur de toute action en faveur du climat. En effet, pour l'Afrique seule, le coût d'adaptation au changement climatique représente 7 à 15 milliards de dollars par an d'ici 2020 et pourrait atteindre 35 milliards de dollars d'ici 2050 et 200 milliards de dollars d'ici 2070, même en supposant un réchauffement stabilisé en dessous de 2°C.
« Les effets néfastes du changement climatique font peser de lourdes menaces sur la sécurité alimentaire déjà fragile en Afrique, et impactent en particulier la petite agriculture, l'agriculture vivrière et les populations les plus vulnérables», souligne Aziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts.
L'occasion était la 2e Conférence ministérielle annuelle de l'Initiative africaine d'adaptation aux changements climatiques (Initiative AAA) organisé à Benguerir à laquelle ont participé 20 ministres africains. A quelques semaines de la COP25, les ministres africains souhaitent porter les projets d'adaptation de l'agriculture au rang des priorités. Historiquement, l'agriculture n'a pas été assez priorisée dans la mobilisation internationale, souffrant d'un manque de financement considérable.
Pourtant, les conséquences des changements climatiques peuvent être désastreuses pour sa sécurité alimentaire. Le secteur qui emploie 70% de la main-d'œuvre du continent représente plus de 25% du PIB, rappelle Akhannouch. Portée par le Maroc, l'Initiative AAA a été lancée lors de la COP22 pour relever trois défis auxquels doit faire face le continent -le financement, l'augmentation de la productivité agricole et l'augmentation du pouvoir de séquestration du carbone dans les sols africains.
En trois ans d'existence, elle a réussi à inscrire l'agriculture africaine dans les agendas mondiaux des négociations climat. 7 pays (Maroc, Côte d'Ivoire, Mali, Congo, Ghana, Burkina Faso, Cameroun) ont été accompagnés pour la réalisation de plans nationaux d'investissement pour l'identification de portefeuilles de projets bancables d'adaptation de l'agriculture au changement climatique.
Au Maroc, deux projets sont en cours de mise en œuvre. Le premier concerne l'adaptation au changement climatique dans les zones oasiennes au profit de 40.000 bénéficiaires. Le 2e projet cible 26.000 bénéficiaires et porte sur le développement de la filière de l'arganier dans trois régions vulnérables du Maroc (Souss Massa, Marrakech Safi et Guelmim Oued Noun).
Partenariats
Depuis janvier 2019, une Fondation triple A a vu le jour sous les instructions du Roi Mohammed VI. Présidée par Aziz Akhannouch, elle a pour mission, entre autres, de défendre la cause de l'agriculture africaine et de constituer une force de proposition auprès des pouvoirs publics africains. La fondation vient de conclure plusieurs accords de coopération avec différents partenaires. Ainsi, la FAO va aider les pays africains à développer des outils pour l'agriculture digitale climato-intelligente et de la formation sur l'accès aux financements verts. La BAD apportera son assistance technique pour le renforcement des capacités pour élaborer des plans d'investissements sur la période 2020-2025. De son côté, l'Alliance for a Green Revolution in Africa va aider les pays africains à mettre en œuvre leurs contributions déterminées au niveau national. Enfin, l'Université Mohammed VI Polytechnique, les Centres internationaux de recherche agricole dans les zones arides, pour l'amélioration du maïs et du blé et l'Inra vont élaborer un programme de recherche qui atténuera les effets du changement climatique sur le petit agriculteur.
Badra BERRISSOULE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.