Installation des nouveaux membres de la CRDH de Guelmim-Oued Noun    Nasser Bourita s'entretient avec Dmytro Kuleba et Olivier Varhelyi    Nouvelles solutions de Bank of Africa destinées aux étudiants    Décès de Mohamed Talal    Le secteur du livre affaibli par la pandémie    La cérémonie des Emmy Awards, en direct mais 100% virtuelle au temps du coronavirus    La FNM organise des expositions dans l' ensemble de ses musées " pour célébrer la vie "    La Juve en quête d' un 10ème titre de suite    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Algérie : 4 morts et six portes disparus après le chavirement d'une embarcation de fortune    En RDC, les fonctionnaires fictifs rattrapés par la justice    Voici quand débute le mois de Safar au Maroc    Casablanca: le distanciel pour 2 semaines supplémentaires    France: fermeture de 89 établissements scolaires    Les Produits alimentaires agricoles affichent un bilan solide à l'export    Casablanca : La quarantaine prolongée deux semaines à partir de lundi prochain    Le Maroc signe avec les Russes une pré-commande d'un vaccin suédo-britannique    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Cybersécurité : La CGEM établit un guide pour les entreprises    Tramway. Un voyageur blessé    Finale de la ligue des champions CAF 2018-2019 : L'appel du Wydad rejeté par le TAS    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Le Maroc signe un mémorandum d'entente pour l'acquisition de vaccins anti-Covid 19    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Ait Taleb: « la situation au Maroc est préoccupante, mais… »    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    L'Institut CDG organise une série de webinaires    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Football féminin: la LNFF et la DTN ambitionnent la restructuration des clubs    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'administration pénitentiaire tire la sonnette d'alarme
Publié dans L'Economiste le 13 - 11 - 2019

Le nombre de prisonniers grossit d'année en année au point d'atteindre 85.765 à fin septembre dernier. Sur cette population carcérale, il faudra prendre en compte 40,60% qui sont dans ces établissements à cause de la détention provisoire
Le budget d'investissement de la Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) n'a pas bougé depuis 2013. Devant les députés de la Commission de la justice et de la législation, Mohamed Salah Tamek, connu pour son franc-parler, n'a pas dissimulé ses demandes d'augmentation des dotations de son département, adressées au ministre de l'Economie et des Finances.
Le but est d'améliorer les infrastructures de base pour faire face aux sureffectifs dont souffrent les prisons. Pour le patron de la DGAPR, cela passera par la réalisation des projets de construction programmés dans les différentes régions. Il énumère les frustrations engendrées par la faiblesse des dotations budgétaires.
En effet, la délégation ne peut pas par exemple lancer les travaux de construction de la prison locale de Laâyoune. Et du coup, elle ne peut pas procéder à la fermeture de l'actuel établissement. Pourtant, plusieurs associations des droits humains, nationales et internationales, l'avaient critiqué. D'autant que ce bâtiment avait fait l'objet d'un engagement du Royaume du Maroc dans le cadre de son interaction avec les deux rapports des Nations Unies sur la lutte contre la torture en 2012 et 2014.
Dans ce réquisitoire, Mohamed Salah Tamek ne mâche pas ses mots. Après sa réplique au rapport de la Cour des comptes, il met en relief les contraintes susceptibles de menacer la pérennité des acquis. Connues de tous, ces contraintes sont, en majorité, liées au maintien du niveau des ressources financières et humaines consacrées à la délégation générale alors qu'elles devaient augmenter.
Elles sont insuffisantes pour peser sur la progression inquiétante des effectifs de la population carcérale. En effet, à fin septembre dernier, ils étaient 85.767 détenus contre 83.757 en 2018. Cette nouvelle hausse enregistrée impose naturellement une mobilisation de ressources humaines et financières suffisantes.
Le but n'est pas seulement d'éviter de revenir sur les acquis, mais de garantir la sécurité des établissements pénitentiaires et l'intégrité des prisonniers. Surtout, à fin septembre dernier, la détention provisoire représente 40,60% de la population carcérale. Un autre élément assombrit le tableau: la délégation générale n'assure pas la couverture des dépenses liées à la gestion des établissements pénitentiaires. En effet, en matière de restauration des détenus, elle enregistre un déficit de 60 millions de DH. Idem pour le montant des arriérés de la consommation de l'eau et de l'électricité qui a atteint 200 millions de DH.
Pour le patron, le maintien du même niveau de budget ne permet pas à cette administration de réaliser tous ses projets. Elle fait face à des difficultés relatives à la mise à niveau des infrastructures de base et la poursuite des changements des prisons situés dans les centres urbains ou dans les quartiers menaçant ruine. Le déficit en matière de postes budgétaires cause la détérioration des indicateurs d'encadrement de la population carcérale.
Pourtant, le PLF 2020 a consacré à la DGAPR 500 nouveaux postes budgétaires. Le tableau s'assombrit à cause de «l'absence de toute amélioration de la situation matérielle des fonctionnaires. Ce qui impacte négativement leur moral, leur rentabilité et réduit l'attractivité des compétences nécessaires pour se développer», indique le délégué général.
En revenant sur les réalisations de cette année, il a rappelé l'ouverture d'une nouvelle prison à Tan-Tan. Celle de Berkane est programmée avant la fin de cette année. En plus, les travaux sont en cours pour la construction de plusieurs prisons notamment à Oujda, Assilah, Larache et El Jadida 2, avec une capacité globale d'accueil de 5.800 lits. La délégation générale a lancé les travaux de construction d'un établissement pénitentiaire à Dakhla, d'une capacité de 600 lits.
A cela s'ajoute la rénovation des prisons de Taza, Aït Melloul, Toulal 2, Safi, Khénifra, Taounate, Fkih Bensalah, Oued Zem, Atita 2, Azilal, Zaïo, El Jadida, Tiznit et Tanger 1. Ces réalisations ont permis d'améliorer la capacité d'accueil qui est passé de 158.505 mètres carrés en décembre 2018 à 159.505 mètres en septembre de cette année.
Il faut s'attendre à une amélioration de la surface réservée à chaque prisonnier d'ici 2022, après la fin de la construction de plusieurs établissements pénitentiaires pour atteindre 3 mètres carrés. Ce qui réduirait le taux de surpeuplement. Mais son élimination dépendra de la maîtrise du nombre de détenus, particulièrement ceux en détention provisoire. Il faudra rationaliser ce mécanisme et recourir aux peines alternatives, tout en prenant en compte la réalité des établissements pénitentiaires.
Répartition régionale des prisonniers
La répartition des prisonniers à fin septembre dernier fait ressortir une forte implantation à Casablanca et à Rabat. Ces deux régions cumulent en effet 37,52% de la population carcérale. Elles abritent également le plus grand nombre d'établissements pénitentiaires
1 médecin pour 821 détenus
L'encadrement médical s'est également amélioré. En effet, au cours de cette année, la délégation a recruté 12 médecins et 10 chirurgiens dentistes. Ce qui a amélioré le taux d'encadrement qui est passé d'un médecin pour 883 prisonniers et un dentiste pour 1.338 détenus en septembre 2018 à un médecin pour 821 et un dentiste pour 1.180 à fin septembre. La restauration s'est également renouvelée, avec une amélioration en qualité et en quantité des repas. Cela s'explique notamment par la réactualisation des cahiers des charges, avec de nouveaux critères qui obligent les opérateurs à se conformer aux conditions de sécurité sanitaire, particulièrement dans la préparation et la distribution des repas. Les laboratoires accrédités pour effectuer le contrôle ont réalisé près de 200 visites pour procéder à des prélèvements avec examen microbiologique.
Mohamed CHAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.