Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat
Publié dans L'Economiste le 14 - 11 - 2019

Le mémorandum du CNDH sur la réforme du Code pénal a jeté un pavé dans la mare, en proposant une série de mesures défendues par les ONG, mais qui font face au rejet de certains partis, particulièrement du PJD (Ph. L'Economiste)
A deux semaines du délai de dépôt des amendements relatifs au projet de Code pénal, le débat se poursuit concernant les sujets polémiques, comme l'interruption volontaire de la grossesse ou les relations consenties entre adultes. Le mémorandum du CNDH, soumis aux présidents des deux Chambres du Parlement et aux groupes parlementaires, a jeté un pavé dans la mare. Surtout qu'il a introduit une série de propositions défendues depuis quelques années par les ONG.
En face, les partis ont montré peu d'enthousiasme vis-à-vis des dispositions introduites par le CNDH. Le PJD a opté pour une position on ne peut plus claire: ses dirigeants s'accrochent à la même position refusant de relancer le débat autour des questions des libertés individuelles ou de la dépénalisation de l'avortement.
Pour les membres de ce parti, le seuil a été fixé par le débat qui s'est soldé par l'arbitrage royal. De son côté, le PPS s'est montré favorable à relancer les discussions autour de ces questions, et a même introduit une proposition de loi sur l'avortement qui prend en compte les recommandations des ONG.
Face à la position intransigeante de certains dirigeants du PJD, qui conduit le gouvernement, la société civile a mis en garde contre «les dérapages du pouvoir exécutif qui tente d'influencer les députés, notamment à travers des déclarations qui risquent d'orienter les débats au sein du Parlement». Les ONG insistent sur «l'importance du respect de l'indépendance du pouvoir législatif, dont l'une des principales missions est de répondre aux attentes de la société, notamment à travers la réforme de certains textes en déphasage avec la réalité».
Dans les détails, un collectif d'ONG a précisé que les dispositions proposées par le CNDH répondent à certaines attentes. En matière d'avortement, ces associations estiment que le recours à l'interruption volontaire ne doit pas être limité à certains cas, afin d'éviter des pratiques malsaines. Elles proposent de transférer les dispositions relatives à ces cas du Code pénal vers un Code de la santé. Une recommandation également défendue par le PPS.
Pour ce qui est des articles 489 à 493, prévoyant des sanctions contre les relations consenties entre adultes, leur abrogation a été clairement proposée par le CNDH. Pour les ONG, cette mesure constitue une réponse aux engagements internationaux du Maroc. Elle est aussi «décisive pour être en phase avec les transformations qu'a connues la société marocaine».
Au-delà des revendications, d'autres ONG veulent passer à l'action. C'est le cas notamment de Bayt Al Hikma, qui vient de lancer un comité de suivi pour les libertés individuelles. L'une des actions prévues: l'élaboration de propositions d'amendements aux textes relatifs aux libertés individuelles, qui devront être soumis au Parlement dans le cadre des motions de législation, prévues par l'article 14 de la Constitution et encadrées par la loi organique 64-14.
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.