Casa-Settat: plus de 1100 cas de Covid en 24h    Chambre des conseillers : création d'un groupe de travail thématique provisoire chargé de la Couverture sociale    Malgré le Covid, les exportations agricoles du Maroc devraient connaître une hausse    La CGEM dévoile un guide de bonnes pratiques sur la cybersécurité en entreprise    Etats-Unis: TikTok et WeChat interdites à partir de dimanche    Scandale de Radès: le TAS a rendu son verdict final    Vaccin anti-coronavirus: le Maroc signe un nouvel accord    Coronavirus : le Maroc signe un accord pour l'acquisition de vaccins    Casablanca: arrêté pour avoir menacé le directeur d'un média    Casablanca: prolongation des mesures mises en place    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Rabat: les professionnels de la Santé seront récompensés    Dislog lance une fondation pour l'entrepreneuriat en partenariat avec Endeavor    Mostra de Venise. L'actrice marocaine Mila Suarez crée le buzz avec un baiser « hot »    Maître Gims membre d'une secte islamiste ?    Rabat : fermeture temporaire des bureaux du siège de l'ONMT après la détection de huit cas asymptomatiques    Où sont passés les 1,9 MMDH alloués à la Santé ? Ait Taleb s'explique    Projet de loi sur la grève: Moukhariq fustige «un gouvernement au service du patronat»    Promotion immobilière : voici les trois principaux chantiers des opérateurs pour relancer l'activité    Le gouvernement adopte un projet de décret relatif à la simplification des procédures et formalités administratives    Algérie : deux ans de réclusion pour un ancien policier devenu une figure du «Hirak»    Le Trésor place 1 MMDH d'excédents de trésorerie    Port de Safi : fort rebond des importations du charbon    Rehamna: « Act4Community » aux côtés des écoliers pour une rentrée scolaire sans risques face à la Covid-19    Officiel: Gonzalo Higuain quitte la Juventus    Mise à jour de la 23ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad revient à un point du leader    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    Chic Intemporel : La dimension humaine d'une marketplace solidaire    Permis de conduire et certifications d'immatriculation : Prorogation de la validité jusqu'au 31 décembre 2020    Marchés publics et gouvernance des tribunaux : Le ministère de la justice trace son plan d'action    Le Maroc élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    RDC : des groupes armés tendent à conclure un cessez-le-feu    Soudan du Sud : progrès très lents du processus de paix et nouveau risque de famine    En Libye, Faïez Sarraj quittera ses fonctions d'ici à fin octobre    Le Roi Mohammed VI envoie un message de condoléances à la famille de l'artiste Anouar Al Joundi    Message de condoléances et de compassion de S.M le Roi à la famille de l' artiste Anouar Al Joundi    Enfin, un carton plein du Wydad    Examen de la convention d'objectifs pour le développement du football féminin    La LFP va enquêter sur les allégations de racisme visant Neymar    Scorsese s 'inquiète que le cinéma soit " relégué au second plan " pendant la pandémie    JO de Tokyo : Les taekwondoïstes marocains reprennent la préparation    Les Lions de l'Atlas conservent leur place au classement FIFA    Une ONG sahraouie interpelle le CDH sur les pratiques esclavagistes à l'égard des femmes    Le BCIJ découvre à Témara un véhicule frigorifique contenant des substances explosives    Face à la Chine, l'Union Européenne change son fusil d'épaule    L'association Espace les Oudayas salue les travaux de restauration    On ne peut pas écrire, sans lire    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Concurrence: Comment s'adapter aux mutations du marché
Publié dans L'Economiste le 15 - 11 - 2019

Comment adapter la politique et le droit de la concurrence aux mutations que connaissent l'économie et les échanges commerciaux au niveau national et international. C'est l'une des questions auxquelles ont tenté de répondre les participants au séminaire organisé par le Conseil de la concurrence, hier à Rabat.
Une rencontre qui intervient près d'un an après l'installation de la nouvelle composition de cette instance, désormais munie de pouvoirs élargis. Après l'adoption des deux nouvelles lois sur le Conseil et sur la concurrence et la liberté des prix, cet organisme dispose d'un «pouvoir réel, avec des attributions décisionnelles, et doté de l'autonomie, en conformité avec les pratiques internationales», a souligné son président, Driss Guerraoui.
Lors de cette rencontre, il a dressé le bilan des activités du Conseil depuis son installation en novembre 2018. Guerraoui a précisé que «tous les dossiers en suspens ont été traités». Il s'agit notamment de 105 saisines, en plus de 2 avis consultatifs, dont celui relatif aux marges de gain dans le secteur des hydrocarbures, et celui sur les délais de paiement dans le secteur du transport routier des marchandises.
A cela s'ajoutent 42 décisions relatives aux cas de concentration économique. Le président du Conseil a également rappelé l'envoi de remarques aux sociétés pétrolières concernées par rapport aux potentielles pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des hydrocarbures.
Guerraoui a également mis l'accent sur la programmation de 4 études sectorielles en vue d'analyser la situation de la concurrence au niveau des marchés. Cela concerne les secteurs du commerce électronique, des prix des médicaments, des cliniques privées et des marchés de gros.
Au-delà des dispositions juridiques, plusieurs intervenants ont insisté sur l'importance de la volonté politique pour assurer l'efficacité des instruments de contrôle de la concurrence. Intervenant lors de cette rencontre, Saâdeddine El Othmani s'est engagé à «appuyer l'action du Conseil en tant que garant de la libre concurrence».
De son côté, Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, a insisté sur le rôle décisif du Conseil, grâce à sa mission transversale. Les nouvelles exigences en matière de régulation de la concurrence interviennent dans un contexte marqué par de grandes évolutions économiques, sociales et technologiques. Ce qui met «la pertinence et la validité de nos lois et de nos réglementations à rude épreuve», selon le wali de BAM.
D'où l'importance de la coordination menée avec les régulateurs sectoriels tels que la banque centrale. Les deux instances sont liées par une convention signée il y a quelques années, et qui est en cours d'actualisation, comme l'a souligné Jouahri. L'objectif est de prendre en compte les dernières évolutions, a-t-il indiqué.
Le renforcement des règles assurant le respect de la libre concurrence est incontournable pour l'amélioration de l'environnement des affaires, selon plusieurs intervenants. Surtout que cela permet d'attirer de nouveaux investisseurs et de relancer de la dynamique économique. «L'état des lieux des pratiques concurrentielles est important pour l'entrée des entreprises dans certains marchés», a noté, pour sa part, Farid Belhaj, vice-président de la région Mena de la Banque mondiale.
Il a mis l'accent sur deux points qui caractérisent plusieurs pays de la région. Il s'agit notamment de la persistance de positions monopolistiques dans certains secteurs, notamment avec la présence de grands groupes. Idem pour la justice commerciale, qui devra être renforcée, à cause de son caractère décisif dans l'attraction des investissements.
Quid de la concurrence internationale?
Au moment où des conventions et des agendas mondiaux sont remis en cause par certains Etats, le renforcement des mécanismes de garantie de la concurrence au niveau international constitue une véritable urgence. C'est ce qui ressort des interventions lors du séminaire organisé par le Conseil de la concurrence. «La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation», a expliqué Abdellatif Jouahri. Par exemple, «l'essor que connaissent la production des données et leur utilisation pour créer de la valeur ajoutée pose de nombreux défis en termes de concurrence, de protection des informations à caractère personnel, et parfois même d'ordre politique, comme l'illustre le cas de Facebook-Cambridge analytica», a-t-il affirmé. Parallèlement, les cas de concentration économique sont devenus de plus en plus transnationaux, comme l'a souligné Driss Guerraoui. Leur valeur a dépassé en 2018 plus de 3.440 milliards d'euros, indique le président du Conseil de la concurrence, citant une étude de l'institut britannique Dealogic. D'où l'importance, selon lui, de lancer la réflexion autour de la nécessité d'une autorité internationale de la concurrence, ayant le pouvoir d'intervenir dans les affaires concurrentielles à caractère transnational.
Les décisions du Conseil de la concurrence depuis novembre 2018
* 105 saisines traitées
* 2 avis consultatifs formulés
* 42 décisions relatives aux cas de concentration économique
* 4 études sectorielles programmées
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.