Accord de Paris: Bon point pour le Maroc    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    Quelles sont les causes de violence conjugale au Maroc?    L'AMMC publie un recueil des textes législatifs et réglementaires    Agadir, sur un plat chaud!    Le roi appelle à l'amélioration de la qualité de vie dans les pays musulmans    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    La relation Maroc-Jamaïque passe au niveau supérieur    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Ligue des champions : Liverpool au rendez-vous des 8èmes, l'Ajax de Ziyach à la trappe    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    PLF-2020 : Le projet adopté en deuxième lecture par la chambre des représentants    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Le déficit budgétaire revient à 39,57 milliards DH    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    L'amazighité sans hypocrisie    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Inédite et rejetée    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sommet des BRICS La guerre commerciale fait encore parler d'elle
Publié dans L'Economiste le 15 - 11 - 2019

Le 11e sommet des BRICS est prévu les 13 et 14 novembre 2019 au Brésil (Brasilia) en pleine négociation sur la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. La rencontre réunit les dirigeants des cinq pays: l'Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l'Inde et la Russie. Le sommet sera le premier grand test diplomatique du président brésilien Jair Bolsonaro soucieux d'entretenir les relations commerciales avec la Chine sans froisser son allié américain.
Pour ce rendez-vous des grands pays émergents, le président d'extrême droite reçoit des poids lourds de la scène internationale, comme ses homologues chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine, ainsi que le Sud-Africain Cyril Ramaphosa et le Premier ministre indien Narendra Modi. C'est surtout sa rencontre bilatérale avec Xi Jinping, à qui il a rendu visite il y a trois semaines à Pékin, qui représente un exercice délicat.
Fervent admirateur du président américain Donald Trump, Bolsonaro doit cependant ménager le géant asiatique, premier partenaire commercial du Brésil. L'an dernier, alors qu'il n'était qu'un simple député en campagne pour la présidentielle, il s'était attiré les foudres de Pékin en accusant la Chine «d'acheter le Brésil».
Sa visite à Taïwan avait été vue comme une provocation. Depuis son arrivée au pouvoir en janvier, son équipe diplomatique a tout fait pour rectifier le tir. Le but est d'éviter de plomber les secteurs miniers et agricoles qui dépendent de la Chine pour acheter leur fer, leur viande et leur soja.
Lors de sa visite à Pékin en octobre, le président brésilien a montré à quel point les liens économiques avec la Chine étaient importants pour lui en la qualifiant de pays capitaliste (même si elle est sous régime communiste depuis 70 ans).
Les fortes disparités économiques entre les membres des BRICS et leurs différends sur des sujets comme le réchauffement de la planète ou la crise vénézuélienne ont remis en cause la pertinence et la cohérence du bloc. A tel point que l'agence S&P Global Ratings a affirmé récemment que les BRICS «pourraient ne plus avoir de sens».
La tradition aurait voulu que le Brésil organise le «BRICS Plus», une sorte de sommet parallèle avec des pays voisins. Mais l'idée a été abandonnée en raison de divergences au sujet du Venezuela.
Le sommet pourrait cependant être important pour le gouvernement brésilien, à un an de la présidentielle américaine. En cas de défaite de Donald Trump, Bolsonaro risquerait de se retrouver isolé sur la scène internationale.
Les pays du BRIC représentent une population de 3 milliards d'habitants, soit 41% de la population mondiale. En termes géopolitiques, ce chiffre peut être comparé à la population totale des pays membres de l'OTAN: 992 millions d'habitants, soit 14% de la population mondiale.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.