Coronavirus: nouveau record d'infections, la répartition géographique    Tanger-Med : Saisie de plus 190 kg de chira    Le Rwanda nomme une nouvelle ambassadrice au Maroc    Pourquoi Mike Pompeo est en Pologne    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, samedi 15 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.776 nouveaux cas, 41.017 cas cumulés au samedi 15 août à 18 heures    Pourquoi les Marocains se tournent de plus en plus vers le Canada ?    Barça: Bartomeu prépare le grand ménage    Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Casablanca se barricade peu à peu !    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aide au développement: Alerte sur les dérives
Publié dans L'Economiste le 28 - 11 - 2019

En 2018, l'aide publique au développement des 30 membres du Comité d'aide de l'OCDE s'est élevée à 153 milliards de dollars. Ceci, sur la base de la méthode «équivalent-don». Selon la méthode fondée sur les flux financiers, l'aide se serait élevée à 149,3 milliards, soit 2,7% de moins qu'en 2017
Grande mutation de l'aide publique au développement. D'abord, elle échappe de plus en plus au contrôle des pays pauvres. Elle devient ensuite le fait de fondations philanthropiques et s'érige enfin en mécanisme de surendettement des pays les moins avancés (PMA).
D'où le tout récent appel de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement aux pays donateurs pour «qu'ils recentrent davantage leur soutien sur les secteurs productifs». Surtout en ce qui concerne les pays pauvres dont la grande majorité se situe en Afrique.
Selon le dernier rapport de la Cnuced, le paysage de l'aide publique au développement s'est transformé au cours des dernières années. Il a vu l'émergence de fondations philanthropiques, comme la Fondation Bill & Melinda Gates, de fonds thématiques consacrés à la lutte contre le changement climatique ou à l'éradication du paludisme ou du secteur privé. L'aide, qui ne dépend plus seulement des agences étatiques ou des banques de développement, s'est dispersée et devenue opaque.
«Les capacités institutionnelles des PMA se heurtent à la complexité de plus en plus croissante de l'écosystème du financement», s'inquiète la Cnuced.Si l'aide extérieure continue d'augmenter, son rythme de croissance s'est ralenti. Elle a progressé en moyenne de 2% par an entre 2010 et 2018 contre 7% au cours de la décennie précédente.
La plupart des membres du Comité d'aide au développement (CAD) de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n'ont toujours pas tenu leurs promesses d'allouer l'équivalent de 0,15% à 0,20% de leurs revenus nationaux à l'aide aux pays pauvres.
Parallèlement, la part des aides dans le PIB des pays les moins avancés ne cesse de diminuer, passant de 16% en 1990 à 7%, en 2017, ce qui témoigne d'une réduction de leur dépendance, mais elle représente toujours pour eux la première source de financement extérieur. Et puis la Cnuced constate que «la hausse de l'aide octroyée aux PMA depuis 2011 s'est traduite principalement par une augmentation des prêts, alors que le volume des dons a surtout stagné, voire reculer». Au risque de mener au surendettement des bénéficiaires.
Même analyse du côté de l'OCDE. En 2018, l'aide extérieure consentie par les donateurs du secteur public a baissé de 2,7% par rapport à l'année précédente, et la part allouée aux pays qui en ont le plus besoin s'inscrit également en recul. Ce repli s'explique en grande partie par une diminution de l'aide affectée à l'accueil des réfugiés, du fait du reflux du nombre d'arrivées et du durcissement des règles permettant de défalquer des budgets d'aide publique certaines des dépenses relatives aux réfugiés.
Les chiffres calculés sur la base des flux financiers de façon à pouvoir comparer les données de 2018 à celles de 2017 montrent que l'aide consentie en faveur des pays les moins avancés a baissé de 3% en termes réels. Celle destinée à l'Afrique de 4%, et l'aide humanitaire de 8%. Les dépenses d'APD ont augmenté dans 17 pays donneurs, la Hongrie, l'Islande et la Nouvelle-Zélande enregistrant les hausses les plus marquées. L'APD a en revanche enregistré un recul dans 12 pays, imputable dans certains cas à une baisse du nombre d'arrivées de réfugiés, les replis les plus marqués ayant été observés en Autriche, en Finlande, en Grèce, en Italie, au Japon et au Portugal.
«Cet affaissement de l'aide publique est particulièrement inquiétant car il fait suite à des données montrant que les apports privés en faveur du développement diminuent également», relève l'OCDE. La contraction résulte du fait que les pays riches «ne tiennent pas leur engagement pris en 2015, ce qui remet en question les Objectifs de développement durable à l'horizon 2030».
Ainsi «l'investissement privé est devenu une composante essentielle du partenariat mondial pour le développement durable», note la Cnuced, qui doute, cependant, que les intérêts des entreprises privées étrangères coïncident avec ceux des pays pauvres. D'abord, parce que ces capitaux se concentrent dans une poignée de pays: 10 des 47 Etats les moins avancés ont absorbé environ 70% de l'ensemble du financement privé. Ils risquent aussi de favoriser les grandes entreprises au détriment des PME et d'accroître les inégalités à l'intérieur des pays destinataires entre villes développées et zones rurales.
Par ailleurs, l'aide extérieure est de plus en plus difficile à tracer tellement les frontières entre financements publics et privés sont floues. En pensant que «les milliards allaient attirer les milliers de milliards», les agences de développement ont commencé à investir des fonds dans le secteur privé des pays pauvres, espérant attirer les financements d'entreprises, comme l'a fait l'Agence française de développement (AFD) avec sa filiale Proparco.
A.G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.