Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine réagit    LDC Afrique: Le Raja est qualifié pour les quarts de finale    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    Botola: Le programme de la14 e journée    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Le Maroc instaure le contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    4ème Congrès du PAM : des pamistes toujours en quête d'un candidat rassembleur, proposent Mekki Zizi    Les enseignants contractuels reviennent à la charge    ONEE-TAQA : Prorogation du Contrat d'achat et de fourniture d'électricité de la centrale de Jorf Lasfar    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    CGEM: Passation des pouvoirs entre Mohamed Bachiri et Chakib Alj    L'ambassade du Maroc en Chine met en place une cellule de crise    Le nouvel Ambassadeur du Maroc au Liberia remet ses lettres de créance au Président Weah    Voici le temps qu'il fera ce samedi    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aide au développement: Alerte sur les dérives
Publié dans L'Economiste le 28 - 11 - 2019

En 2018, l'aide publique au développement des 30 membres du Comité d'aide de l'OCDE s'est élevée à 153 milliards de dollars. Ceci, sur la base de la méthode «équivalent-don». Selon la méthode fondée sur les flux financiers, l'aide se serait élevée à 149,3 milliards, soit 2,7% de moins qu'en 2017
Grande mutation de l'aide publique au développement. D'abord, elle échappe de plus en plus au contrôle des pays pauvres. Elle devient ensuite le fait de fondations philanthropiques et s'érige enfin en mécanisme de surendettement des pays les moins avancés (PMA).
D'où le tout récent appel de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement aux pays donateurs pour «qu'ils recentrent davantage leur soutien sur les secteurs productifs». Surtout en ce qui concerne les pays pauvres dont la grande majorité se situe en Afrique.
Selon le dernier rapport de la Cnuced, le paysage de l'aide publique au développement s'est transformé au cours des dernières années. Il a vu l'émergence de fondations philanthropiques, comme la Fondation Bill & Melinda Gates, de fonds thématiques consacrés à la lutte contre le changement climatique ou à l'éradication du paludisme ou du secteur privé. L'aide, qui ne dépend plus seulement des agences étatiques ou des banques de développement, s'est dispersée et devenue opaque.
«Les capacités institutionnelles des PMA se heurtent à la complexité de plus en plus croissante de l'écosystème du financement», s'inquiète la Cnuced.Si l'aide extérieure continue d'augmenter, son rythme de croissance s'est ralenti. Elle a progressé en moyenne de 2% par an entre 2010 et 2018 contre 7% au cours de la décennie précédente.
La plupart des membres du Comité d'aide au développement (CAD) de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n'ont toujours pas tenu leurs promesses d'allouer l'équivalent de 0,15% à 0,20% de leurs revenus nationaux à l'aide aux pays pauvres.
Parallèlement, la part des aides dans le PIB des pays les moins avancés ne cesse de diminuer, passant de 16% en 1990 à 7%, en 2017, ce qui témoigne d'une réduction de leur dépendance, mais elle représente toujours pour eux la première source de financement extérieur. Et puis la Cnuced constate que «la hausse de l'aide octroyée aux PMA depuis 2011 s'est traduite principalement par une augmentation des prêts, alors que le volume des dons a surtout stagné, voire reculer». Au risque de mener au surendettement des bénéficiaires.
Même analyse du côté de l'OCDE. En 2018, l'aide extérieure consentie par les donateurs du secteur public a baissé de 2,7% par rapport à l'année précédente, et la part allouée aux pays qui en ont le plus besoin s'inscrit également en recul. Ce repli s'explique en grande partie par une diminution de l'aide affectée à l'accueil des réfugiés, du fait du reflux du nombre d'arrivées et du durcissement des règles permettant de défalquer des budgets d'aide publique certaines des dépenses relatives aux réfugiés.
Les chiffres calculés sur la base des flux financiers de façon à pouvoir comparer les données de 2018 à celles de 2017 montrent que l'aide consentie en faveur des pays les moins avancés a baissé de 3% en termes réels. Celle destinée à l'Afrique de 4%, et l'aide humanitaire de 8%. Les dépenses d'APD ont augmenté dans 17 pays donneurs, la Hongrie, l'Islande et la Nouvelle-Zélande enregistrant les hausses les plus marquées. L'APD a en revanche enregistré un recul dans 12 pays, imputable dans certains cas à une baisse du nombre d'arrivées de réfugiés, les replis les plus marqués ayant été observés en Autriche, en Finlande, en Grèce, en Italie, au Japon et au Portugal.
«Cet affaissement de l'aide publique est particulièrement inquiétant car il fait suite à des données montrant que les apports privés en faveur du développement diminuent également», relève l'OCDE. La contraction résulte du fait que les pays riches «ne tiennent pas leur engagement pris en 2015, ce qui remet en question les Objectifs de développement durable à l'horizon 2030».
Ainsi «l'investissement privé est devenu une composante essentielle du partenariat mondial pour le développement durable», note la Cnuced, qui doute, cependant, que les intérêts des entreprises privées étrangères coïncident avec ceux des pays pauvres. D'abord, parce que ces capitaux se concentrent dans une poignée de pays: 10 des 47 Etats les moins avancés ont absorbé environ 70% de l'ensemble du financement privé. Ils risquent aussi de favoriser les grandes entreprises au détriment des PME et d'accroître les inégalités à l'intérieur des pays destinataires entre villes développées et zones rurales.
Par ailleurs, l'aide extérieure est de plus en plus difficile à tracer tellement les frontières entre financements publics et privés sont floues. En pensant que «les milliards allaient attirer les milliers de milliards», les agences de développement ont commencé à investir des fonds dans le secteur privé des pays pauvres, espérant attirer les financements d'entreprises, comme l'a fait l'Agence française de développement (AFD) avec sa filiale Proparco.
A.G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.