Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Hydroxychloroquine: 3 des auteurs de l'étude du Lancet se rétractent    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fès-Meknès Economic: Forum Donner un coup de projecteur à la région
Publié dans L'Economiste le 06 - 12 - 2019

Badr Tahiri (à gauche), président de la CCIS de Fès-Meknès, en discussion avec Pierre Goguet, président des CCI de France, en marge du 3e forum économique Fès-Meknès (Ph YSA)
Coup d'envoi hier de la 3e édition du «Fès-Meknès Economic Forum». Initié par la Chambre de commerce d'industrie et de services (CCIS- Fès-Meknès), l'événement a vu la participation de Saâdeddine El Othmani, Aziz Rabbah, et Ahmed Réda Chami, respectivement le Chef du gouvernement, le ministre de l'Energie et des mines, et le président du Conseil économique social et environnemental (CESE) ainsi qu'une trentaine de délégations étrangères.
«A travers cette manifestation, nous voulons activer les leviers de développement de la région Fès-Meknès, passer à l'action, et fédérer le plus grand nombre de partenaires», indique Badr Tahiri, président de la CCIS de Fès-Meknès.
Dès la première journée du forum, ce dernier s'est entouré des présidents des Chambres de commerce et d'industrie (CCI) européennes et africaines, dont notamment le président des CCI de France, Pierre Goguet, et le président de la CCI de Paris Didier Kling. L'ambition du jeune président de la CCIS de Fès-Meknès est de promouvoir les opportunités d'affaires dans la région, présenter les potentialités et démarcher des investisseurs potentiels.
Cette année, le Forum reçoit plus de 1.000 participants dont des hommes d'affaires ainsi que des hôtes de marque qui participent à la 45e «Assemblée générale de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones» (CPCCAF).
Prennent part à cette assemblée des présidents des chambres professionnelles, des universitaires, ainsi que des responsables territoriaux de l'espace de la francophonie venant de 33 pays. «L'objectif est de taille: explorer les opportunités du marché de la francophonie qui représente près de 14% de la population mondiale, 14% du revenu national brut mondial et 20% des échanges mondiaux de marchandises», estime Tahiri.
Et d'ajouter : «le forum économique consiste en un partenariat innovant qui entend stimuler l'intelligence collective dans la région pour induire des synergies de croissance». Dans cette optique, les organisateurs s'associent également à la 3e édition de la Conférence «We Afri Can», placée sous la thématique «Le temps d'une Afrique en action». Ils sont partenaires aussi de la 7e rencontre des villes jumelées et amies avec la ville de Fès qui se poursuit jusqu'au 6 décembre.
A noter que Fès compte une trentaine de jumelages et d'accords de partenariat avec des villes des quatre coins du monde (Al Khalil, Bamako, Shangdu, Dakar, Lormont, Florence, Saint-Louis, Rufisque, Strasbourg…).
«Notre coopération avec ces villes vise, en gros, l'amélioration de la gestion communale, notamment le traitement des ordures, le déplacement urbain, l'environnement, la conservation des archives, la promotion de la ville et l'animation culturelle», a indiqué Driss El Azami El Idrissi, maire de Fès, affirmant «qu'il donne une grande importance à la coopération décentralisée». Devant les dirigeants des villes jumelées et amies avec la ville de Fès, ce dernier a noté que «leur réunion est une véritable occasion pour donner un coup de projecteur à la région Fès-Meknès».
Initiée sous le thème «Les conseils des villes, des locomotives pour les partenariats innovants et le développement durable», «la rencontre des villes jumelées et amies avec Fès revêt cette année un caractère particulier puisqu'elle connaît la participation d'une importante délégation du Cercle Eugène Delacroix (CED) ainsi que plusieurs hauts responsables des villes partenaires», estime le maire.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, le CED est une association d'élus locaux français d'origine marocaine, dirigée par Salah Bourdi et Khadija Gamraoui. Ces derniers ont créé un pont pour défendre les intérêts du royaume dans le dossier du Sahara. Avec Fès, ils veulent un partenariat actif qui se traduirait par des actions d'envergure.
La première sera d'organiser un forum du CED à Fès en novembre 2020. D'ici là, la capitale Idrisside «continuera de faire de ses jumelages une locomotive de développement. La majorité des accords sont fonctionnels et non seulement de pure forme. Ils sont axés sur des actions concrètes», conclut le maire.
Développement économique, formation, emploi…
De l'avis de François-Xavier Tilliette, consul général de France à Fès, «la coopération institutionnelle ne serait pas complète s'il n'y avait pas aussi les coopérations décentralisées entre élus locaux». Car, il s'agit, selon le diplomate, d'une coopération de terrain qui favorise l'échange des bonnes pratiques pour mieux servir les citoyens. Avec les villes françaises, les thèmes de la coopération prônée par Fès se réfèrent à la jeunesse, l'emploi, la formation, le développement économique, la culture et l'environnement. Le bilan des actions menées durant les dernières années est satisfaisant. Surtout que les échanges s'inscrivent dans le cadre d'un véritable partenariat euroméditerranéen et concernent le patrimoine. Pour ce dernier volet, les échanges d'expertise sur l'inventaire, les protections réglementaires et les documents d'urbanisme, et le partage d'expériences sur le classement au patrimoine mondial de l'Unesco sont d'un grand apport.
De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.