Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural    Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»    Wikileaks: Les enjeux du procès de Julian Assange    Brèves Internationales    Coronavirus/Maroc: les dernières précisions du ministère    Les notaires se disent "ouverts" à un dialogue avec le gouvernement sur les honoraires    Insolite : Défi original    Mohamed Benabdelkader : Aucun nouveau cas de spoliation foncière n'a été enregistré    Colloque à la Chambre des représentants sur le thème de "La démocratie participative entre problématiques actuelles et perspectives de développement"    Rabat et Mexico conviennent de créer une plateforme de coopération parlementaire    Moubarak, l'autocrate déchu à l'image corrompue    Sous le feu de ses rivaux démocrates Sanders se pose en rempart à Trump    La détention de l'éditeur suédois Gui Minhai perturbe les relations entre la Chine et la Suède    En vidéo: Les obsèques de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak    Tunisie : vote de confiance attendu pour le nouveau gouvernement    Soufiane El Bakkali vise l'or aux JO de Tokyo    Rabat se prépare à la 13ème édition de la Course féminine de la victoire    Le MAT et l'OCS accrochés El Guisser voit rouge    Les syndicats en mal de syndiqués    Le coronavirus se répand dans le monde mais tue moins en Chine    Manger gras et sucré dérègle le cerveau en à peine une semaine    Le calvaire des mères célibataires    "Chi wqat", nouveau titre de Khaoula Moujahid    Le streaming continue de stimuler l'industrie musicale    Nouvelle édition du Salon régional du livre et de l'édition à Laâyoune    Coronavirus : l'Iran accuse les Etats-Unis de répandre « la peur »    Virgin Galactic : près de 8.000 personnes sur la liste d'attente des voyages dans l'espace    Maria Sharapova annonce sa retraite    Champions League: le Wydad et le Raja dans une mauvaise passe    Cinq boxeurs marocains en demi-finales du Tournoi pré-olympique de Dakar    5ème Festival du livre de Marrakech : Leïla Slimani invitée d'honneur    «Chi wqat» : Nouveau titre de Khaoula Moujahid et Abdelilah Arraf    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Zina Daoudia se défend après ses propos en Arabie Saoudite (VIDEO)    «30 Melyoun» cartonne au cinéma    Basket-ball : La NBA s'invite en Afrique    Zouhair Feddal sur le point de rejoindre ce club    Abdelouahed Radi: “J'étais un disciple de Mehdi Ben Barka” (VIDEO)    Volvo Cars appelle à lutter contre les inégalités en matière de sécurité routière    Agadir, ce n'est pas si mauvais que cela!    La JS tire la sonnette d'alarme sur l'approfondissement de la perte de confiance    Les notaires « ouverts » à un dialogue avec le gouvernement sur leurs honoraires    Matinées de l'industrie : M. Elalamy met le cap sur la production décarbonée    Salé sous le choc après un parricide    Coronavirus : Tanger Med muscle les contrôles    Suite aux mouvements de grève annoncés pour mars prochain : Le ministère de l'éducation suspend le dialogue avec les enseignants    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    3e édition de l'Afrique du Rire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cat Nat: Les assureurs prêts au grand saut
Publié dans L'Economiste le 17 - 12 - 2019

Bachir Baddou, directeur général de la FMSAR: «L'ensemble des entreprises et des citoyens seront automatiquement couverts par leurs contrats d'assurance et s'ils ne sont pas couverts, le Fonds de solidarité des événements catastrophiques leur offrira un filet de sécurité» (Ph. L'Economiste)
Tout est prêt pour le lancement de la Cat Nat. Les assureurs ont mis à niveau leur système d'information. «Le secteur affiche clairement son engagement pour administrer et solvabiliser le régime», souligne Bachir Baddou, directeur général de la Fédération marocaine des sociétés d'assurances et de réassurance.
- L'Economiste: Le secteur des assurances est-il prêt à l'entrée en vigueur de la couverture des risques catastrophiques?
- Bachir Baddou: Le secteur a pris le temps de se préparer à l'entrée en vigueur du régime obligatoire de couverture contre les conséquences des événements catastrophiques. Il s'agit d'une construction qui a été largement mûrie avec l'Acaps et le ministère des Finances pour coller aux exigences de la loi sans mettre en danger le secteur de l'assurance. Nous avons pris le temps pour nous ajuster et préparer nos systèmes d'information et nos process.
Un travail colossal a été accompli par les compagnies d'assurances pour intégrer la garantie dans tous les contrats. Toutes les chaînes de tarification, d'émission et d'édition ont été revues et les mesures nécessaires en direction du réseau de distribution ont été prises.
- Le marché dispose-t-il des capacités pour couvrir ce genre de risque?
- Il s'agit d'un risque très particulier qui se caractérise par une faible fréquence, mais avec une forte intensité. Un tremblement de terre de grande ampleur tel que celui d'Agadir en 1960 peut mettre à genoux le secteur si les mécanismes de répartition et de mutualisation du risque ne sont pas optimisés.
Aujourd'hui nous n'avons aucune inquiétude. Nous avons bâti un système à plusieurs étages où l'on utilise raisonnablement les capacités de nos sociétés d'assurances, puis nous mettons en place une capacité importante sous forme d'un pool pour mutualiser le risque entre l'ensemble des acteurs. A travers ce pool administré par la Cat dont l'ensemble des compagnies sont actionnaires, le secteur affiche clairement son engagement pour administrer et solvabiliser le régime.
Au-delà de cet étage, nous utilisons les capacités et l'expertise de la Société centrale de réassurance avant de faire appel aux grands réassureurs mondiaux. Nous sommes très satisfaits du système que nous avons mis en place et qui a reçu l'approbation des pouvoirs publics.
Il est important de souligner que le système bénéficie de la garantie de l'Etat sous certaines conditions en cas d'absence d'appétit auprès de la réassurance internationale ou de défaillance de l'un des réassureurs.
- Comment fonctionnera le système, en particulier le volet assurantiel?
- Il consiste en une inclusion obligatoire dans l'ensemble des contrats d'assurance à l'exception de l'assurance vie et capitalisation, de l'accident du travail et de l'assurance maritime et aviation.
La garantie couvre aussi bien les dommages aux biens que les préjudices corporels.
L'élément déclencheur de la garantie est la déclaration par les pouvoirs publics d'un état d'événement catastrophique suite à un péril garanti tel qu'un tremblement de terre, une inondation, un tsunami, une crue, un acte terroriste ou encore un fait lié à l'homme.
- Quel sera le niveau de l'indemnisation en cas de dommage corporel et de dégâts matériels?
- Des plafonds de garantie et des franchises sont fixés par arrêté du ministre de l'Economie et des Finances. Ce qui est intéressant c'est que les préjudices corporels sont aussi couverts contrairement à plusieurs systèmes mondiaux.
Une personne qui dispose par exemple d'une assurance automobile sera couverte avec l'ensemble des membres de sa famille de manière automatique contre les préjudices corporels subis suite à un événement garanti sans lien avec le véhicule assuré au moment de l'accident. Cette couverture via l'assurance automobile permet dès le premier jour d'intégrer un grand nombre de nos concitoyens dans la couverture. Nous entendons par assurance automobile l'ensemble des catégories de véhicules (auto, moto, tricycle, taxi…).
Seront également couverts tous les bâtiments à usage d'habitation ou à usage professionnel et ou industriel dès lors qu'ils disposent d'une assurance dommage. La couverture indemnise aussi bien les dommages subis par le contenu que par le bâtiment dans la limite des plafonds fixés par arrêté ministériel.
De la même manière, les garanties RC corporelles souscrites par les entreprises, les commerces et de manière générale par les lieux recevant du public offriront une indemnisation pour les dégâts corporels subis par les personnes se trouvant sur place au moment de l'événement garanti. Il s'agit donc d'une couverture à très large spectre.
Propos recueillis par Khadija MASMOUDI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.