Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Modèle de développement: Besoin d'un nouveau pacte social!
Publié dans L'Economiste le 15 - 01 - 2020

Tarik El Malki, docteur en économie, directeur de l'ISCAE Rabat: «Il n'y a pas de développement sans confiance, et il n'y a pas de confiance sans bonne gouvernance» (Ph.TEM)
- L'Economiste: Pour le modèle de développement, vous insistez sur la présentation de réflexions centrées sur le citoyen. Quelles sont vos propositions?
- Tarik El Malki: Une nouvelle réforme constitutionnelle qui devrait aboutir à une meilleure répartition des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, avec comme mots d'ordre le contrôle et la reddition de comptes, est aujourd'hui souhaitable. Sur le plan social, les questions lancinantes sont celles liées à la réforme de l'école et au creusement dangereux des inégalités sociales et territoriales. Les récents soulèvements populaires dans le Rif en 2017 et à Jerada en 2018 montrent à quel point cette question, si elle n'est pas réglée, représente le plus grand facteur de risque pour les prochaines décennies. Pour ma part, je considère que la principale insuffisance de notre modèle de développement réside dans sa dimension sociale. Malgré les réels efforts déployés depuis plus de 40 ans, les politiques publiques mises en œuvre ne sont pas parvenues à limiter les fortes disparités existantes. Pis encore, malgré le recul de la pauvreté, la situation sociale ne cesse de se dégrader.
- Mais le nouveau modèle ne devrait-il pas être multidimensionnel?
- Justement, nous avons besoin d'un véritable projet de société multidimensionnel (politique, institutionnel, économique, social et culturel...). Un projet basé sur des ruptures s'il le faut, mais tout en prenant en considération nos propres spécificités, notre diversité, nos fondamentaux, et notre histoire. Il doit avoir comme mot d'ordre l'émancipation du citoyen et son bien-être, et cela en le replaçant au centre de toute considération et au cœur des politiques publiques. Pour ce faire, nous avons besoin d'un nouveau pacte social, raffermissant et consolidant les liens entre les individus, renouant le fil de la confiance, renforçant le sentiment d'appartenance à une nation multiséculaire et permettant à chacun d'y trouver sa place –nos jeunes notamment- sur la base du mérite et du travail. Cela passe par la consolidation de notre système de valeurs, le renforcement du concept de citoyenneté, la lutte contre la corruption, l'impunité, la rente, les privilèges, l'amélioration de la gouvernance, la culture de la reddition de comptes... Tout cela doit être la priorité des politiques publiques de demain. Car il n'y a pas de développement sans confiance, et il n'y a pas de confiance sans bonne gouvernance.
- Votre dernier ouvrage traite des voies d'émergence. Quel regard y portez-vous sur le Maroc d'aujourd'hui?
- Le modèle de croissance mis en place depuis l'indépendance, et qui a connu plusieurs évolutions, s'étiole fortement. Il a atteint ses limites, et cela, malgré de réelles avancées à plusieurs niveaux, notamment en termes d'industrialisation, de mise à niveau des infrastructures, d'amélioration du niveau de vie et de réduction de la pauvreté. Ce modèle n'a pas su poser les jalons d'une économie émergente, diversifiée et compétitive. Pour preuve, la croissance a été caractérisée par de fortes fluctuations. Ce modèle n'a pas permis l'émergence d'une classe d'entrepreneurs nationaux, émancipés de la tutelle de l'Etat, prenant des risques dans des secteurs particulièrement innovants. Il n'a pas permis non plus la naissance d'une classe moyenne dotée d'un pouvoir d'achat solide, et qui aurait pu justement booster la consommation… Le nouveau modèle de croissance devra donc se baser sur une approche hybride, englobant à la fois une politique volontariste de l'offre et une politique de stimulation de la demande. Du côté de l'offre, l'enjeu est de soutenir l'innovation, la recherche et l'entrepreneuriat à travers une fiscalité incitative, juste et équitable, et des politiques sectorielles à fort impact. Des instruments de financement diversifié, et un environnement des affaires particulièrement sain, transparent et attractif sont également nécessaires.
Déficit public, taux directeur… Oser des approches volontaristes
- Quels seraient, selon vous, les contours du modèle de croissance?
- Le nouveau modèle de croissance devra s'articuler autour de 5 axes fondamentaux. Tout d'abord, des politiques budgétaire, fiscale et monétaire audacieuses et volontaristes doivent accompagner cette stratégie, à travers un investissement public massif dans les infrastructures de base. Le financement pourrait s'appuyer sur des PPP. Un creusement, provisoire dans le temps, du déficit public pourrait être nécessaire. Sur le plan monétaire, une diminution substantielle du taux directeur serait de nature à relancer l'activité de crédit pour le secteur privé.
Le second axe concerne les politiques sectorielles. L'agriculture devrait continuer sa modernisation, à travers la mécanisation, la montée en gamme de la production, l'accès aux marchés mondiaux, l'amélioration de la productivité ainsi que la mise en place d'une charte rurale, avec comme objectifs de développer une classe moyenne rurale. De la même manière, la consolidation de l'industrialisation de notre économie doit s'accélérer, pour arriver au développement rapide d'un tissu de PME industrielles dans des secteurs à forte valeur ajoutée (économie numérique, énergies renouvelables...), mais aussi dans des secteurs classiques (l'agroalimentaire ou le textile). A cet égard, il faudrait une meilleure insertion de ces PME dans les chaînes de valeurs mondiales. L'une des clés de succès de ces politiques est la mise en place d'une instance publique chargée de la planification nationale.
Le troisième axe concerne le développement d'un environnement des affaires compétitif, sain, transparent et sûr. A ce titre, de nombreux aspects sont abordés, dont notamment le financement, la promotion et soutien aux PME, la promotion de l'investissement, la lutte contre la corruption... Le quatrième axe, quant à lui, est relatif au développement de l'entrepreneuriat innovant et à la lutte contre l'économie informelle, gage du développement d'un tissu de TPE performantes, dynamiques et innovantes. Quant au cinquième et dernier axe, il concerne la mise en place d'une politique d'aménagement du territoire intelligente prenant en considération la pérennité de cette stratégie de croissance, à travers notamment l'utilisation raisonnable des ressources naturelles et la prise en compte de leur périssabilité. En définitive, cette nouvelle stratégie de croissance doit être inclusive et durable. Elle doit garantir une accélération du rythme de croissance, la diversification et la transformation structurelle de notre économie, et l'amélioration de sa compétitivité et de sa productivité. Pour faciliter l'implémentation de cette stratégie de croissance ambitieuse, volontariste, globale et intégrée, nous préconisons, à l'instar de ce qui est entrepris pour d'autres sujets d'envergure nationale (fiscalité, éducation nationale…), l'adoption d'une loi-cadre, qui serait une sorte de «Pacte de croissance», définissant les axes de la stratégie, les moyens financiers, humains, institutionnels, et réglementaires alloués, et la temporalité en termes de mise en œuvre.
Propos recueillis par Tilila EL GHOUARI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.