Juan Carlos Garrido est le nouveau coach du Wydad Casablanca    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    La coopération entre les services de renseignements arabes au centre d'un forum au Caire    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Italie : le virus en Toscane et Sicile, des ministres européens à Rome    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    Les souvenirs du séisme d'Agadir!    La RSB rate le leadership à Oued Zem    Autre revers cinglant pour la fantomatique «RASD»    Hamidou Zemmouri n'est plus    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Coronavirus: grosse panique chez les Marocains d'Italie    L'escalade continue    3e édition de l'Afrique du Rire    Varroc Lighting Systems Maroc obtient un nouveau prêt auprès de la BERD    Tour des championnats européens de football    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    Huawei sort la nouvelle version de son mobile pliable, à un prix très haut de gamme    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Tennis : le Med Avenir du COC a rendez-vous avec son 33e tournoi incontournable    Allemagne: Une voiture fonce dans un défilé de carnaval, 30 blessés    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Thaïlande: La Cour Constitutionnelle dissout un parti d'opposition…    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    Pétitions, le Parlement fait le point    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Eliminatoires africaines de taekwondo : Trois Marocains sur quatre qualifiés aux JO de Tokyo    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Prévisions météorologiques pour ce mardi 25 février    63ème Championnat marocain de cross-country    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Les éditeurs marocains exposent au Salon international du livre à Mascate    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Divers    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Lancement du programme de prévention des jeunes à l'addiction au tabac et aux drogues    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière
Publié dans L'Economiste le 17 - 01 - 2020

Mohamed Benchaâboun peut se frotter les mains. Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration a réussi l'exploit de faire adopter le projet de loi relatif au partenariat public-privé (PPP). En effet, le texte, très attendu par le monde des affaires, le secteur public et les institutions internationales a été approuvé mardi en plénière à la Chambre des représentants.
Une seule voix a manqué pour décrocher l'unanimité. Qu'importe, il maintient un rythme accéléré pour rompre avec la réputation de lenteur qui colle à l'activité parlementaire. De toute façon, il a la cadence avec la programmation de la discussion détaillée hier mercredi du nouveau dispositif relatif au crowdfunding. Visiblement, le ministre compte adopter la même démarche avec la Chambre des conseillers, particulièrement la Commission des finances que préside Rahal Makkaoui, où le texte sur le PPP sera examiné.
Devant les députés, le ministre a inscrit le projet de loi dans le cadre de la mise en œuvre des orientations royales relatives à l'ouverture de l'administration sur les partenaires économiques nationaux et internationaux. En plus, le texte vise l'augmentation du rythme, de la qualité et de la rentabilité des investissements publics. Et cela, selon une approche cohérente qui répond aux attentes du citoyen tout en mettant en place un environnement de l'investissement approprié.
Le ministre a également cité le Souverain qui avait insisté sur la nécessité de mettre en place de nouveaux mécanismes pour impliquer le secteur privé dans la promotion du social. Le but est de contribuer à l'amélioration des prestations présentées aux citoyens, soit dans le cadre de la responsabilité citoyenne de l'entreprise ou à travers le lancement des actions de partenariat public-privé dans ce domaine.
Cette référence royale s'inspire de son discours lors de l'ouverture de la dernière session d'automne du Parlement. De même, pour le Souverain, le secteur public a besoin, sans attendre, d'une véritable révolution sur les plans de la simplification, de l'efficience et de la moralisation. En plus, le Roi avait déjà attiré l'attention sur l'obligation de changer et de moderniser les méthodes de travail, en faisant preuve d'innovation dans la gestion publique.
Très attendu par le monde des affaires et l'Etat, le projet de loi sur le PPP a été adopté et apporte de nombreuses innovations notamment dans le financement (Ph. Archives)
Tirer les leçons de l'expérience accumulée
Par ailleurs, ce projet PPP vise à tirer les leçons de l'expérience accumulée au bout de 4 années d'application de la loi qui a montré ses limites dans l'encadrement et l'accompagnement de toutes les étapes des projets, particulièrement celles relatives à l'évaluation préalable, à l'offre spontanée à cause de l'ambiguïté, de la lenteur et de la complexité de certaines procédures.
Le bilan fait par les opérateurs publics et privés a conclu aux difficultés de la coordination entre les différents départements ministériels. Cela est perceptible dans la gestion des grands projets de partenariat, de nature compliquée, en raison de la multiplicité des intervenants. Autre point relevé: l'absence d'un cadre institutionnel organisé et efficace permettant la supervision, la planification, la fixation des priorités et le traitement des imprévus.
C'est pour toutes ces raisons qu'il a été nécessaire de revoir le légal. L'objectif est de réactualiser les dispositions de la loi en vigueur pour un meilleur cadre homogène, basé sur des procédures souples. Il s'agit de répondre aux besoins des services publics et donner un coup de fouet à la promotion des investissements publics et privés. Et cela, en s'inspirant des meilleures pratiques internationales et des orientations générales de l'Etat.
En tout cas, le projet de loi, qui a été adopté le 24 décembre dernier à l'unanimité au sein de la Commission des finances, apporte plusieurs innovations. En effet, le texte prévoit la création d'une Commission nationale du partenariat entre les secteurs public et privé, placée sous la présidence du chef de gouvernement. Elle sera chargée de fixer le programme national annuel ou pluriannuel du PPP.
Elle étudie les dossiers avant d'autoriser les dispositifs exceptionnels concernant la procédure de l'évaluation préalable et la conduite des négociations. A côté de ce dispositif, le texte met en place une commission permanente pour traiter les projets de ces collectivités. Elle sera chargée de fixer les priorités territoriales dans le cadre du partenariat, en prenant en compte les spécificités régionales et locales. Cette commission sera présidée par le ministre de l'Intérieur.
L'autre changement apporté par le projet de loi concerne la simplification et la rationalisation des procédures. L'idée est de garantir l'accélération des dispositifs, particulièrement dans la conclusion des contrats de partenariat. Cela se fera à travers l'allègement de la procédure de l'offre spontanée et la clarification des conditions de recours à la méthode de négociations.
En outre, il est question de garantir la cohérence des dispositions de ce projet avec les textes sectoriels qui renvoient au mécanisme de partenariat entre le public et le privé.
Oubli rattrapé
Pour le ministre, la loi en vigueur a manqué d'exhaustivité à cause de la non-prise en compte d'un acteur public et économique central, représenté par les collectivités territoriales. Et cela, particulièrement après la publication des lois organiques dans le cadre de la mise en œuvre de la régionalisation avancée. Ce projet de loi les intègre. D'autant que les collectivités territoriales et leurs groupements gèrent des budgets d'investissements conséquents. La loi de finances de 2020 a prévu un investissement global de ces collectivités qui s'élève à 19,5 milliards de DH.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.