Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Un communiqué riche en enseignements    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Al-Omrane: reprise progressif des chantiers à l'échelle régionale    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus: Quel impact sur les cours du pétrole
Publié dans L'Economiste le 07 - 02 - 2020

Les prix du pétrole retrouvent des couleurs. Mercredi dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 55,58 dollars à Londres, en hausse de 3% par rapport à la clôture de mardi. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de mars gagnait 2,78% à 50,99 dollars.
Les deux indices de référence américain et européen ont en effet perdu plus de 15% depuis le début de l'année et plus de 20% depuis un pic le 8 janvier. Mardi dans la soirée, ils tutoyaient de nouveau leurs plus bas depuis le début du mois de janvier 2019 à 49,31 dollars pour le WTI et 53,69 dollars pour le Brent. Les analystes attendaient par ailleurs la publication par l'Agence américaine d'information sur l'énergie des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et son allié russe ont discuté mardi et mercredi à Vienne de la possibilité d'accentuer leurs baisses de production. Le but est de tenter de stopper la chute des cours provoquée par les inquiétudes sur la demande chinoise et mondiale liées à l'épidémie du coronavirus.
Les participants ont fait le point sur la crise en cours qui, au-delà de sa dimension de santé publique, fait craindre des conséquences sur la croissance et la demande de pétrole. Ils avaient pour mission d'examiner différents scénarios et toute nouvelle réduction de la production ne sera annoncée que lors d'une réunion ministérielle. Prévue les 5 et 6 mars, celle-ci pourrait être avancée à février selon les besoins du marché et en fonction de l'évolution de la situation.
La Russie, deuxième producteur mondial de pétrole, et l'Arabie saoudite, premier exportateur, sont les poids lourds de l'alliance dite Opep+ qui regroupe les treize membres de l'Opep et dix autres puissances pétrolières. Ces pays sont liés depuis fin 2016 par un accord de limitation de leur production destiné à soutenir les cours du brut face à une offre très abondante. Ils avaient encore approfondi leurs baisses de production à l'issue de leur dernière rencontre en décembre. Le modèle économique des pays de l'Opep+, dépendants du pétrole, les contraint à se coordonner pour influer sur le prix du baril.
La consommation de pétrole de la Chine, premier importateur et deuxième consommateur de brut au monde, a un impact déterminant sur les cours. La réduction des vols internes et de certains vols internationaux a déjà des conséquences sur la demande de carburant pour l'aviation.
«La propagation du coronavirus chinois apporte une nouvelle dose d'incertitude à la croissance économique…», a fait savoir la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde lors d'une conférence organisée à Paris par le quotidien français Les Echos.
Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell, s'est inquiété aussi des conséquences. «Il y aura clairement des implications au moins à court terme pour la production chinoise, avec des effets d'entraînement pour d'autres économies», a-t-il mis en garde.
Volatilité
Les incertitudes liées à l'environnement protectionniste contribuent également à la volatilité des cours des matières premières, notamment ceux de l'agriculture, des métaux et du pétrole, indique Coface qui vient de lancer l'édition 2020 de son guide risques pays et sectoriels. Les cours de l'acier devraient continuer de reculer dans les six prochains mois et ainsi pénaliser les entreprises du secteur. D'autant plus que la croissance en Chine, dont provient la moitié de la demande mondiale d'acier, n'atteindrait que 5,8% cette année. L'évaluation de risque de crédit du secteur de la métallurgie est ainsi revue à la baisse dans 5 pays (dont les Etats-Unis et l'Italie). Par ailleurs, le maintien des cours du pétrole à un niveau assez bas, malgré les incertitudes géopolitiques (60 dollars pour le baril de Brent en moyenne en 2020 après un coût au baril moyen de 64 en 2019) pénalisera certains producteurs endettés, notamment aux Etats-Unis. Cela est dû au fait que le ralentissement économique mondial devrait entretenir une croissance plus faible de la demande mondiale de pétrole brut, qui exercera une pression à la baisse sur les prix.
F. Z. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.