Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Rabat: La majorité des cliniques désertées    Les investissements étrangers en baisse de 19,5% à fin février    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Les réserves des centrales syndicales    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Evacuation du plus grand marché de Laâyoune    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Solidarité nationale : le Groupe CAC contribue à hauteur de 50 millions de DH    Coronavirus : 638 cas confirmés dont 37 décès et 26 guérisons ce mercredi à 13h    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Maroc: voici le dernier délai pour renouveler votre assurance auto    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Coronavirus: les deux prochaines semaines seront “douloureuses”, selon Trump    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Programme Intelaka: Mieux couvrir le périurbain et le rural
Publié dans L'Economiste le 26 - 02 - 2020

«Grâce à un bon maillage du territoire et une forte présence dans le monde rural, nous mettons à profit notre approche et notre expérience auprès d'une cible avec qui nous avons développé une grande proximité», souligne Rédouane Najm-Eddine, président du directoire d'Al Barid Bank, filiale de Barid Al Maghrib (Ph. ABB)
- L'Economiste: Quelles sont les remontées d'informations du terrain du programme Intelaka?
- Rédouane Najm-Eddine: Nous avons remarqué un engouement important des Marocains, toutes catégories confondues, qui est dû essentiellement à la consistance du programme qui vient en réponse aux hautes orientations royales. A travers ce programme citoyen, les jeunes porteurs de projets, les auto-entrepreneurs, les toutes petites entreprises et les petites entreprises vont bénéficier du soutien adéquat pour leurs activités. Car au-delà du financement, il apportera l'accompagnement nécessaire pour permettre à cette population cible de mieux réaliser ses projets.
- Votre agrément bancaire vous permet-il de répondre efficacement à la demande d'aujourd'hui?
- Un plan d'actions est en cours de déploiement notamment dans le développement de la filière des auto-entrepreneurs avec l'enrichissement de notre offre dédiée. Vous devez le savoir, à fin décembre dernier, Al Barid Bank centralisait plus de 57% des inscriptions au statut d'auto-entrepreneurs. Pour les TPE et les TPME, nous envisageons le financement de cette cible. Dans un premier temps, cela se fera à travers des partenariats dédiés. Par la suite, le financement sera accordé à travers une offre propre à la banque, après formalisation de l'élargissement de notre agrément.
- Comment allez-vous conjuguer vos efforts avec le Crédit Agricole du Maroc et quel sera le rôle de chaque banque?
- En tant qu'acteur majeur d'inclusion financière et de bancarisation des Marocains, notre banque est appelée à jouer un rôle central dans la mise en œuvre de cette convention qui s'appuie sur plusieurs axes de collaboration à travers la couverture territoriale, en mettant à contribution notre large réseau pour couvrir le maximum de localités. L'inclusion financière, y compris la digitalisation et le financement de la TPME et PME, sera réalisée à travers l'offre dédiée du Crédit Agricole du Maroc. Ce partenariat est axé prioritairement sur le rural et le périurbain. Il permettra aux deux institutions de mutualiser leurs réseaux afin de desservir les petites communes de moins de 20.000 habitants. Et cela, grâce à un bon maillage du territoire et une forte présence dans le monde rural. Nous mettons, également, à profit notre approche et expérience auprès d'une cible avec qui nous avons développé une grande proximité.
Sur le volet de l'inclusion financière dans le monde rural, cette convention vise à développer une synergie entre nos deux institutions en mettant en place un ensemble d'actions conjointes pour l'inclusion financière et digitale. Le but est de permettre la réduction des contraintes et les disparités spatio-temporelles.
Ce partenariat signé avec le Crédit Agricole du Maroc permettra à Al Barid Bank de servir une offre complète de produits de financements destinée à tous les porteurs de projets, qui rentrent dans le cadre de cette convention.
- Existera-t-il des produits bancaires adaptés aux femmes rurales?
- Le programme Intelaka consiste en un dispositif de mesures et une certaine souplesse permettant aux bénéficiaires potentiels, quel que soit le genre, d'accéder à des prêts à des taux de financement historique. Autrement dit, le programme est adapté à la cible visée, homme ou femme, urbain ou rural.
Par ailleurs, l'inclusion économique et la contribution à la bancarisation des citoyens sont au cœur de nos préoccupations et la raison même d'être de notre banque. Au-delà de nos offres bancaires adaptées à une large cible, nous avons toujours apporté l'accompagnement nécessaire à travers des programmes visant à promouvoir l'éducation financière et à encourager l'entrepreneuriat chez la femme. Il y a lieu de rappeler que depuis la signature de la convention de partenariat entre Al Barid Bank et l'UNFM en 2013 et dont l'objectif est de promouvoir la bancarisation de la femme marocaine et particulièrement la femme rurale, plusieurs programmes et actions d'éducation financière ont été soutenus par la banque, confirmant ainsi notre vocation de banque citoyenne.
Inclusion financière
Dans le système bancaire, Al Barid Bank (ABB), filiale de Barid Al Maghrib, se fait très discrète. Elle se positionne comme un vecteur essentiel dans l'inclusion financière avec une offre riche de services. «Nous disposons de près de 7,3 millions de clients, avec 460.000 clients ouverture de comptes annuels, participant ainsi à l'effort d'inclusion financière», indique le président du directoire de la banque postale, Rédouane Najm-Eddine. Selon lui, ABB dispose d'un réseau global de 2.100 points de contacts, y compris les agences mobiles et le réseau Barid Cash. Tout ce dispositif est en développement continu, couvrant aussi bien les zones rurales que les espaces urbains, au service de l'ensemble des citoyens. Pour les responsables, la banque a dépassé le stade de la bancarisation pour aller vers l'inclusion financière, un niveau plus avancé. Il s'agit d'inclure des citoyens bancarisés dans l'écosystème financier et économique, en leur facilitant l'accès à tous les services financiers.
Propos recueillis par Mohamed CHAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.