Tout ce qu'il faut savoir sur le Schéma directeur de la digitalisation du système judiciaire    Smartwatch de Huawei se hisse à la 2ème place au T1 2020    Rapatriement de 152 Marocains bloqués en Egypte    Tanger: un gardien de nuit sème la terreur dans une station-service    Baccalauréat: Quelque 870 détenus passent les épreuves dans la maison d'arrêt d'Ain Sebaâ    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le Roi félicite le Président biélorusse à l'occasion de la fête d'indépendance de son pays    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    Facebook : Les Arabes se déchaînent sur les homosexuels    Coronavirus : nouveau paquet européen d'assistance pour soutenir les groupes vulnérables en Afrique du Nord    Coronavirus : 246 nouveaux cas, 13.215 cas au total, vendredi 3 juillet à 10h    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Bac à Casablanca: la belle initiative du caïd de Sbata (VIDEO)    La finale de la Coupe du Portugal de football n'aura pas lieu à Lisbonne    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    ONCF: 350.000 voyageurs depuis l'annonce du déconfinement    Compétences numériques : Microsoft et LinkedIn soutiennent le retour à l'emploi    Bac au Maroc: l'épreuve d'arabe a fuité sur Facebook    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 246 nouveaux cas, 13.215 au total    Casablanca : Les épreuves du Bac sous haute sécurité sanitaire    Ouvertures des frontières: L'Espagne reste fermée aux Marocains, Algériens et Chinois    Laâyoune : Près de 12 tonnes de drogue incinérées    Forum Sino-Arabe : une alliance stratégique renforcée    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 3 juillet    Tawtik.ma : Plus de 400.000 opérations gérées annuellement sur la plateforme    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Musées: Le ministère de la Culture appuie la FNM    Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?    Aymane Mourid signe à Leganés jusqu'en 2024    Championnat national virtuel de muai-thaï    Installation à Lima du groupe d'amitié parlementaire Pérou-Maroc    Plan israélien d'annexion : le groupe arabe auprès de l'Unesco, présidé par le Maroc, vent debout contre le projet    L'appel de la Palestine à la communauté internationale pour contrecarrer l'arbitraire israélien    Le WAC se prépare à défendre son titre    L'Afrique face à son destin dans un contexte post-Covid-19    Après l'allégement des mesures de confinement, la reprise des tournages fait face à une série de difficultés    Nouvelles "mesures de résistance" en faveur du cinéma    Cinq œuvres de réalisateurs marocains subventionnées par Doha Film Institute    Lions de l'Atlas. Chadli pour succéder à Revel ?    Driss Lachguar préside vendredi et samedi trois réunions régionales    Officiel: Achraf Hakimi rejoint l'Inter    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    Liga: un Marocain signe à Leganés    Visite de soutien et de solidarité du Premier secrétaire à l'Ambassadeur de Palestine à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: Le gouvernement se fait toujours attendre
Publié dans L'Economiste le 28 - 02 - 2020

A l'heure où nous mettions sous presse, le Parlement tunisien devait ac­corder hier mercredi sa confiance au nou­veau gouvernement. Celui-ci a été formé après quatre mois d'intenses négociations et doit s'atteler à d'importants dossiers socio-économiques en suspens.
Dans le cas contraire, un second rejet après l'échec d'un premier cabinet en janvier ouvrirait la porte à la dissolution de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) élue le 6 octobre et à des élections anticipées.
A l'ouverture de la plénière devant 180 députés sur un total de 217 élus, le Premier ministre désigné Elyes Fakhfakh a affirmé que son gouvernement ambi­tionnait de «réaliser l'intérêt suprême de la Tunisie». Et de lister les priorités de son équipe: la lutte contre les actes cri­minels et terroristes, contre la hausse des prix, la pauvreté, la corruption, ainsi que la relance de l'économie et la création d'emplois.
Rétablir un climat politique sain, ren­forcer le rôle de l'Etat et poursuivre la mise en place des institutions démocra­tiques manquantes figurent également dans son programme, a-t-il dit.
La parole étant donnée à des dizaines de députés, le vote de confiance devrait in­tervenir dans la nuit de mercredi à jeudi. Le gouvernement est composé de 15 membres appartenant à des partis politiques et 17 autres présentés comme des personnalités indépendantes qui se voient confier notam­ment les ministères régaliens.
Plus grande force au Parlement, le parti d'inspiration islamiste Ennahdha (54 députés) a obtenu six ministères. Même s'il n'a pas décroché les ministères qu'il convoitait, Ennahdha a affirmé dans un communiqué mardi soir qu'il voterait en faveur de ce cabinet.
D'autres blocs parlementaires comme le Courant démocrate (22 sièges) et le Mouvement du peuple (16 sièges) ont manifesté également leur soutien au gou­vernement. Lequel doit obtenir la majorité absolue de 109 voix, au sein d'une Assem­blée particulièrement morcelée. Le parti libéral Qalb Tounes (38 sièges, 2e force dans l'ARP), de l'homme d'affaires Nabil Karoui, n'a pas été sollicité pour faire par­tie de ce gouvernement, et se pose ainsi dans l'opposition.
Mais, a-t-il fait savoir après une réunion de son bureau, s'il y avait un risque que le gouvernement n'ob­tienne pas la majorité des voix et donc que l'assemblée soit dissoute, il déciderait alors d'approuver l'équipe de Fakhfakh. Ce vote intervient après un accord de dernière mi­nute le 19 février entre le président tunisien Kais Saied et Ennahdha.
La gangrène du chômage
En janvier, un précédent gouvernement constitué sous la houlette d'Ennahdha avait échoué à obtenir la confiance des députés. La Tunisie est donc gérée depuis plus de quatre mois par le gouvernement sortant, ali­mentant un attentisme qui ralentit la vie publique et économique du pays. Le nouveau gouvernement devra notamment relancer les discussions avec les bailleurs de fonds, à commencer par le FMI dont le programme entamé en 2016 s'achève en avril/mai 2020. Quant aux Tunisiens, neuf ans après le Printemps arabe, ils attendent toujours un gouvernement démocratique à même de s'attaquer aux nombreux maux socio-économiques qui rongent leur pays. Si la sécurité s'est nettement améliorée après une série d'atten­tats, l'économie en berne ne permet pas de réduire un chômage dépassant les 15%, alors que l'inflation s'est stabilisée à plus de 6,5%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.