Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le virus prépare une révolution monétaire
Publié dans L'Economiste le 04 - 06 - 2020

Le système «mono-doctrinal» dominé par les Etats-Unis, produit des dérives économiques. La présente crise sanitaire Covid-19 précipite inéluctablement sa déchéance et annoncera l'avènement d'un nouvel ordre économique mondial, conduit par une autre nouvelle puissance: la Chine.
L'économie de marché se développe et prospère davantage dans une économie mondiale équilibrée, où la règle fondamentale de l'adéquation de l'offre à la demande est relativement respectée.
Le dé-tricotage du désordre économique mondial débutera nécessairement par le retrait des privilèges que s'octroyait l'économie américaine, à travers la domination de sa monnaie: le dollar. Valeur de référence d'échanges internationaux dans l'ordre économique, taillée à la mesure et aux intérêts de l'économie américaine, le dollar a régné en maître absolu.
En fonction des intérêts américains
En effet, tout au long de la seconde moitié du siècle dernier à ce jour, les mécanismes de fonctionnement de l'ordre économique mondial ont connu des évolutions successives au gré des conjonctures et selon les intérêts de l'économie américaine.
Passons sur les multiples avatars de ce système, entre 1945 et 1989, avatars qui ont permis aux Etats-Unis de maintenir leur domination.
En toile de fond: dès le début des années 80, l'ouverture de la Chine aux règles de l'économie de marché, lancée par le président Deng en 1979, conjuguée à la politique dite la Perestroïka engagée en URSS en 1985 par le président Gorbatchev, l'ordre économique mondial change radicalement de paradigme.
La mondialisation des systèmes économiques est irréversiblement engagée, un nouvel ordre économique s'impose.
Paradoxalement, c'est au cours de cette période de globalisation que l'ordre économique fut le plus chaotique et le plus désordonné. Dans ce désordre, la richesse mondiale exprimée en augmentation du PIB a enregistré une progression géométrique inégalée dans l'histoire de l'Humanité, en dépit des tensions régionales, voire des guerres.
En conséquence, les crises
Le mur de Berlin (1961-1989) lors de la visite du président Kennedy, en 1963. On ne devinait pas à l'époque que les USA imposeraient leurs règles et tissent un ordre économique mondial sans contre-pouvoir et à sens unique. La conséquence est un désordre économique mondial sans précèdent. Le désordre économique pathétique, nous conduit vers l'impasse et la fatalité d'une profonde crise (avant sa transformation), validant ainsi la théorie économique de la destruction créative au sens schumpétérien du terme (Ph. AP)
Les conséquences économiques de ce désordre se sont traduites par des crises singulières en termes d'intensité, mais dont le corollaire et le dénominateur commun se cristallisent essentiellement sur l'accumulation des distorsions créées par le système monétaire (valeur du dollar, taux d'intérêts, masses monétaires) qui finissent par éclater en crise économique.
Le poids mondial du dollar n'est plus en adéquation avec le poids économique des USA: le PIB américain compte pour 15% du PIB mondial. Selon le rapport du FMI de 2019, 61% des réserves des banques centrales du monde sont en dollars. Selon
La première puissance économique mondiale, la Chine, exprime, avec légitimité, un sentiment d'iniquité. Avec un PIB de plus de 16% du PIB mondial à elle seule, et un espace économique d'influence sur le continent asiatique, Pékin enrôlera sous sa bannière plus de la moitié de la population mondiale, pour ériger un nouveau modèle d'ordre économique «taillé à sa mesure», sans référence au dollar (Dessin DR)
la même source, 88% des devises traitées sur les marchés de changes sont en dollars, c'est juste insoutenable!
La mutation vers un ordre respectant les principes d'équité et d'équilibre des rapports de forces économiques, passera inéluctablement par l'abandon de l'hégémonie du dollar dans toutes ses relations marchandes. Cette transformation se fera graduellement. Mais beaucoup plus vite que nous pouvons l'imaginer. Elle passera par une révolution monétaire. La seule puissance économique actuellement capable d'amorcer cette bataille, c'est la Chine.
La crise sanitaire Covid-19 apportera certainement dans ses sillages de fortes transformations.
D'aucuns avancent que celle-ci n'était peut-être qu'une diversion pour créer l'effet de surprise, en vue de l'adoption d'un nouvel ordre économique mondial.
Les sept déséquilibres
Au cours des dernières décennies, le système économique mondial subit de flagrantes inadéquations et déséquilibres abyssaux.
1- Déséquilibre dans la répartition des richesses entre les nations et à l'intérieur de chaque pays. Créant ainsi un déséquilibre entre la consommation et la production.
2- Déséquilibre dans l'affectation de l'épargne mondiale, vers les pays les plus riches - déjà suralimentés en capitaux - au détriment des pays pauvres, en carence structurelle d'infrastructures. La croissance en a souffert. Pis, le gavage des places financières des pays riches a conduit à la crise financière de 2008/2009.
3- Déséquilibre entre le niveau de l'endettement des Etats et la capacité de leurs économies de secréter des richesses, en adéquation avec l'évolution de leurs taux d'endettement. Il est passé de 200% du PIB en 2008 à 230% en 2018.
4- Inadéquation entre les valeurs boursières et la valeur réelle des économies. Cette déconnexion a été exacerbée par les flux financiers massifs de l'épargne mondiale et la surliquidité entretenue par des politiques monétaires de conjoncture.
5- Inadéquation entre les masses monétaires injectées sur le marché mondial et la valeur des économies réelles. Cette déconnexion achèvera fatalement la confiance des investisseurs dans le choix entre la détention des actifs financiers et actifs réels. La meilleure illustration se voit dans l'incapacité de la BCE de relancer l'économie européenne après la crise de 2008, malgré l'injection de plus de 2.600 milliards d'euros, soit l'équivalent du PIB de la France!
6- Déséquilibre dans les rapports de force, influant sur l'orientation de l'ordre économique mondial, et leurs poids réels dans l'économie mondiale.
7- Déséquilibre insoutenable dans ce désordre mondial, accordant des privilèges incommensurables au dollar au détriment du reste du monde. Cette hégémonie reste le pivot et la pierre angulaire de l'édifice de l'ordre économique international.
Révolution, mode d'emploi
La composition de l'Organisation de coopération de Shanghai. L'OCS compte 3,2 milliards d'habitants, 42% de la population mondiale, 20% des ressources mondiales de pétrole, 38% du gaz naturel, 40% du charbon, et 30% de l'uranium (carte officielle)
Le détricotage de l'actuel «désordre mondial» pourrait cheminer comme suit:
- d'abord une déconnexion du dollar au prix du baril de pétrole, mettant définitivement fin au règne des pétrodollars.
- ensuite l'adoption de l'abandon du dollar comme monnaie de référence, dans l'espace économique de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS, créée en 2001). Les principaux membres sont la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l'Inde, le Pakistan et d'autres républiques de l'Asie centrale.
D'autres pays déjà observateurs ou «en dialogue» se joindront aisément à cet espace, notamment la Turquie, l'Iran, l'Afghanistan, et l'Azerbaidjan.
- enfin, élargir le modèle ainsi érigé au reste du monde.
Cette stratégie est probablement déjà dessinée selon l'option, soit d'imposer le yuan comme monnaie de référence aux côtés du dollar/euro, soit d'engager le monde vers l'ère de la monnaie unique comme référence internationale, telle la monnaie digitale universelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.