Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Fonds stratégique: Le projet de décret examiné en Commission    Damane Oxygène: 17,5 milliards de DH distribués    PME: la BERD accorde un financement au Maroc    Liban: Heurts, démission et conférence des donateurs...    Sidi Yahya du Gharb: L'hôpital de campagne dédié aux asymptomatiques    Stratégie    La Russie annonce un "premier" vaccin anti-Covid19    Botola Pro D1 : Le Raja confirme face au Hassania    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Mia la sainte, Mia « la salope »    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le WAC renoue avec la victoire et la pole position    Europa League : United et l'Inter au denier carré    Le Bayern part favori face au Barça    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    La course au vaccin bat son plein    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Des projets de l'INDH lancés à Zagora    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains revisité à Rabat    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Cluster de Safi : Des poursuites judiciaires contre les responsables    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Botola: le Covid-19 fait reporter IRT-Berkane    Production d'acide phosphorique: construction d'une nouvelle usine à Jorf Lasfar    Pêche au Maroc: de nouvelles amendes mises en place    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Coronavirus : l'UE va soutenir de nouveaux projets de recherche    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Officiel: Villarreal s'offre le prodige Kubo    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    La Méditerranée Jubile d'exultation!    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Wafa Assurance : Un chiffre d'affaires de 4,69 milliards de dirhams au premier semestre    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Les images de l'incendie mortel à Vincennes, en banlieue parisienne (VIDEO)    Quart de final de l'Europa League : Des matchs couperet avec unité de temps et de lieu    Maigre salaire et grosse déconvenue    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si Casablanca retrouvait son statut de «ville monde»?
Publié dans L'Economiste le 02 - 07 - 2020

«Metropolitan Casablanca» l'émission proposée par 2M et le groupe de services immobiliers Yamed a tenu toutes ses promesses. Des intervenants de grand calibre, des thèmes pertinents, autour de la métropole, sa genèse, son histoire, ses atouts mais aussi ses contradictions et sa vision du futur.
Un TV show en ligne avec tous les moyens techniques de la deuxième chaîne. Une expérience réussie qui devrait inspirer d'autres initiatives. (Ph 2M)
Un TV show en ligne, inédit, que nombre de spectateurs espèrent voir se reproduire tant il reste de choses à dire sur cette ville complexe, tantôt fascinante et vibrante tantôt arrogante et discordante. Entre nostalgie et vision du futur, l'émission, magistralement animée par Fatiha El Aouni, a donné la parole à un nombre important d'architectes, de spécialistes de branding, d'historiens, d'urbanistes, d'artistes ou tout simplement de passionnés de la ville.
Des interventions, sans langue de bois, qui ont mis en avant les avantages de la cité, son histoire, ses atouts mais également ses retards, ses incohérences et la perte d'une aura historique, sur laquelle la ville n'as pas su capitaliser, faute d'une politique de «city-branding» pertinente.
Si pour Nadia Fettah Alaoui, la ministre du Tourisme, la ville de Casablanca est une destination de « City-break » de choix, la métropole est plus considérée comme un espace de transit, par la majorité des visiteurs, rappelle le célèbre publicitaire Richard Atias. Ce dernier fait part de son incompréhension face à l'absence d'infrastructures dignes d'une métropole.
Grâce à de nouvelles infrastructures la ville de Casablanca est en train de se réconcilier avec son patrimoine. Conçu par le duo d'architectes Rachid Andaloussi et Christian de Porzenparc, le bâtiment futuriste rappelle l'audace des architectes qui ont fait la gloire de Casablanca (Ph. DR)
«Je ne comprends pas qu'une ville comme Casablanca ne dispose ni d'un palais des congrès ni d'un musée international et n'organise pas un évènement à la mesure de Mawazine à Rabat». Des réalisations qui ne sauraient tarder selon Mustafa Bakoury, président de la Région Casablanca-Settat, qui annonce que le projet d'un centre de conférence international est sur les rails et que le lieu est déjà identifié.
Le futur visage de Casablanca est ainsi évoqué: Le Grand Théâtre, la nouvelle zone urbaine Casa-Anfa, le pôle Casablanca-Finance City, l'extension du tramway... Faisant dire à l'architecte et membre fondateur de l'association Casamémoire, Rachid Andaloussi, que la ville est en train de se réconcilier avec son passé.
Un pluralisme décoratif des façades des grands immeubles voit le jour en centre ville. Une identité propre de la ville et un atout pour le tourisme largement sous exploité (Ph. DR)
Car de l'avis de tous, la ville ne saurait garder son identité si particulière, sans la préservation de son patrimoine architectural exceptionnel. Un patrimoine appelé à dialoguer avec les réalisations futures. Pour Jean-Louis Cohen, éminent expert en architecture, Casablanca est une ville vivante, dynamique, qui doit le rester.
Pour le co-auteur de «Casablanca, Mythes et figures d'une aventure urbaine» l'un des ouvrages les plus complets sur le patrimoine architectural de la ville blanche, il ne s'agit pas de figer la ville dans une démarche muséale, mais de protéger la cohérence architecturale et urbaine de la ville en préservant les paramètres qui font son identité.
Un concept sur lequel rebondit Karim Beqqali, président de Yamed Capital, en abordant l'un des projets phare de l'entreprise, qui est la construction d'un ensemble immobilier (siège social du Crédit du Maroc, Canopy Hilton...) sur l'emplacement des Arènes au cœur du boulevard d'Anfa à Casablanca, démoli en 1973.
L'émission a également vu la participation de Zineb Andress Arraki, architecte et artiste-photographe, Aicha El Beloui, illustratrice, graphic designer et creative director, Oum auteure compositrice, Mohamed Tangi, collectionneur, chercheur et passionné de la ville de Casablanca.
Ville de toutes les démesures Casablanca concurrençait les plus grandes métropoles. Ici la piscine municipale faisait la fierté des casablancais. Considérée comme la piscine la plus longue du monde à son époque, avec des dimensions à couper le souffle: 80 mètres de longueur pour 75 mètres de large, elle a été inaugurée le 14 juillet 1934 (Ph. DR)
Une leçon d'architecture
Dès le début, la ville de Casablanca a été prise comme modèle et l'expérience largement médiatisée. Ici le bâtiment «Nid d'abeille» de l'architecte Georges Candilis en couverture d'un des magazines d'architecture les plus en vue de l'époque. 1954. (Ph. DR)
Les nouvelles villes ont toujours été des terrains de jeux exceptionnels pour les architectes, urbanistes et autres façonneurs des cités. Pendant toute la première moitié du XXe siècle, la ville de Casablanca aura été l'un des laboratoires d'architecture les plus avant-gardistes de la méditerranée comme ailleurs Brasilia au Brésil et Chandigarh en Inde. Prédestinée à être une grande métropole, la ville attire une importante population européenne, en quête de bonnes affaires et d'horizons nouveaux, bien avant l'installation du Protectorat.
En 1905, sur 20.000 habitants, on recense 570 européens. Ils seront 31.000 en 1914, auxquels vont bientôt se rajouter d'autres milliers de Marocains, attirés par l'essor du nouveau port, dont la construction est entamée dès 1913. L'épopée casablancaise prend toute son ampleur avec une poignée d'architectes, d'entrepreneurs aux origines les plus diverses, attirés par un côté «far west» de la ville en plein essor.
Particularité heureuse de la ville, à Casablanca les savoir-faire des arts traditionnels se sont mêlés à l'architecture moderne et aux courants internationaux ainsi qu'aux courants décoratifs du début du XXe siècle, donnant ainsi naissance à un style original, propre à la ville: le néo-mauresque ou néo-marocain. Dès lors, un pluralisme décoratif des façades des grands immeubles qui voient le jour en centre ville va fleurir: Angelots, corbeilles de fruits, têtes de lions se mélangeront harmonieusement aux frises en zellige, en stuc ou aux balcons en bois de cèdre comme en témoignent l'hôtel Excelsior, l'immeuble-passage El Glaoui, ou encore les bâtiments de la place administrative. Plus tard la jeune garde des architectes prendra le relais.
Dès la fin des années 30, la rigueur et un dépouillement non dénué d'élégance prend le pas. Confort et modernité sont les maîtres mots de la création architecturale. Dès lors, le travail sur les volumes remplace celui sur les décors qui laissent la place aux balcons, aux bow-window.
Les immeubles tiennent compte des nouveaux modes de vie de la bourgeoisie casablancaise et tous sont équipés d'ascenseurs, d'incinérateurs à ordures, de garages ou parking souterrain et les appartements de salle de bain. Une modernité et un confort encore rare en Europe à l'époque. Sur les collines d'Anfa et autres quartiers huppés, les architectes débordent d'ingéniosité. Des villas aux accents californiens s'érigent comme autant d'œuvres d'art à la gloire de leurs propriétaires.
En parallèle, la multiplication des loisirs pour l'ensemble des catégories sociales favorisera le développement des clubs privés sur la corniche, la construction de nouvelles salles de cinéma-théâtres ou encore le développement des stations-services et garages de concessionnaires de voitures.
A.Bo


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.