Coronavirus : 826 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 34.063 cas cumulés lundi 10 août à 18 heures    Maigre salaire et grosse déconvenue    Covid-19 : 826 nouveaux cas, 18 décès et 1.177 guérisons en 24H    Les cours mondiaux des huiles végétales et des produits laitiers poursuivent leur ascension    EEP: Liquidation de plus de 70 entités    Louis Tripard ou les souvenirs d'un colon exproprié    Vols spéciaux de Royal Air Maroc: les précisions de la compagnie aérienne    L'e-commerce, une tendance qui s'installe au Maroc    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    Sondage: Biden devance Trump au Wisconsin et en Pennsylvanie    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Report imminent du match IRT-RSB    Deux cas de Covid-19 à l'Atlético : Premiers remous à la Ligue des champions    Algérie: trois ans de prison ferme pour le journaliste Khaled Drareni    Abdallah Boussouf, secrétaire général du CCME    El Jadida : Opération d'immigration illégale avortée    Sidi Bennour célèbre la journée internationale de la jeunesse    Alerte météo: averses orageuses ce lundi au Maroc    Gad Elmaleh de retour sur scène    France Télévisions prépare un concert caritatif pour le Liban    Une rentrée des classes sous le signe du mystère    Le Conseil National des Droits de l'Homme plaide pour un nouveau contrat social    Hommage aux contributions des Marocains du monde    Covid-19 : le Ministère de l'Intérieur évalue l'impact sur les ressources humaines des collectivités locales    Un an après l'abrogation du statut d'autonomie    Youssef Zalal sur le toit du monde!    Getafe veut se séparer de Fayçal Fajr    Schalke 04: Amine Harit sur le départ?    Société générale creuse ses pertes à cause du Covid-19    Enjeux et défis pour le Maroc (2e partie)    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Au bord du naufrage!    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Produits finis: Le droit d'importation passerait à 40%
Publié dans L'Economiste le 08 - 07 - 2020

Un nouveau tour de vis aux importations. Les droits d'importation sur les produits finis pourraient, une nouvelle fois, être relevés. La proposition figure dans le projet de loi de finances rectificative discuté hier mardi 7 juillet en Conseil de gouvernement. Le taux de 30% sur des produits finis passerait à 40%. Ce serait la deuxième hausse consécutive après celle intervenue au 1er janvier de 25 à 30%.
Cette mesure a non seulement un objectif budgétaire, mais elle est aussi un signal politique envers la production nationale. L'idée est de pousser autant que possible les industriels à produire les articles concernés et surtout à protéger le marché local. Un sujet qui n'est plus tabou puisque plusieurs pays déploient des instruments protectionnistes.
«Lorsqu'on zoome sur les statistiques du commerce extérieur, en particulier sur les importations, il y a des choses choquantes. Nous importons des balais, des chaussettes, des théières...», s'étonnait Nabyl Lakhdar, directeur général de la Douane aux assises de fiscalité tenues en mai 2019.
Ce relèvement du taux, s'il est adopté, impactera tous les produits finis importés de pays ne disposant pas de conventions tarifaires avec le Maroc. Le premier concerné n'est autre que la Chine avec laquelle le déficit commercial ne cesse de s'aggraver depuis 2011: 47,1 milliards de DH en 2019 contre 44,7 milliards en 2018. Les importations de textile turc sont également dans le viseur.
Depuis janvier 2008, les achats de textile en provenance de ce pays sont soumis à un droit additionnel ad valorem équivalent à 90% du droit d'importation applicable dans le cadre du régime de droit commun, soit 30%. Ce qui se traduirait par 9 points de plus pour les droits d'importation. La balance commerciale avec la Turquie s'est dégradée de 3,5 milliards de DH affichant un déficit de 19,5 milliards de DH en 2019.
Avec la crise, la majorité des secteurs sont revenus à la charge sur la nécessité de protéger le marché intérieur. Dans le plan de relance de la CGEM, les propositions des fédérations professionnelles ont convergé dans ce sens. A titre d'exemple, la fédération de l'automobile demande «d'interdire et de structurer les importations de pièces de rechange produites localement tout en renforçant le contrôle normatif au laboratoire».
Substitution à l'import, vraiment la panacée?
La Fédération de la chimie et parachimie exige tout simplement la suspension des importations en 2020 et 2021, de tous les produits fabriqués localement. Elle propose «d'imposer l'utilisation des produits locaux dans tous les marchés publics» et la constitution d'une commission tripartite avec la CGEM et le ministère du Commerce pour «substituer les importations de produits finis et semi-finis par la production nationale».
Dans le secteur du cuir, les opérateurs demandent de limiter significativement l'importation des produits finis afin de booster le marché local. Pareil dans l'agroalimentaire où les industriels désirent que «les importations de produits transformés soient ajustées pour orienter la consommation vers les produits locaux». Pour sa part, la FIMME qui veut que les importations des produits fabriqués localement soient limitées tout en évitant d'impacter les besoins en matière première pour les industriels.
Khadija MASMOUDI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.