PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Haj Lamssadek jdidi entre authenticité et modernisme    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban: Heurts, démission et conférence des donateurs...
Publié dans L'Economiste le 11 - 08 - 2020

Les démissions de membres du gouvernement et du Parlement se succèdent au Liban. Ce qui fragilise davantage une classe politique décriée par la population, dont la colère ne faiblit pas après l'explosion gigantesque du port de Beyrouth.
Près d'une semaine après cette déflagration qui a fait au moins 158 mots, 6.000 blessés et détruit une partie de la capitale, les autorités n'ont toujours pas répondu à la principale question: «pourquoi une énorme quantité de nitrate d'ammonium était entreposée au port, au beau milieu de la ville?».
«C'est un incendie dans l'entrepôt où étaient stockées 2.750 tonnes de nitrate depuis six ans sans mesures de précaution», de l'aveu même du Premier ministre Hassan Diab, qui a provoqué l'explosion dévastatrice. Le drame n'a pas épargné ce qui restait du passé glorieux de la capitale libanaise, frappant musées et bâtisses historiques à l'architecture traditionnelle.
Le président libanais Michel Aoun avait exclu toute enquête internationale et affirmé que l'explosion pourrait avoir été causée par «la négligence ou par un missile».
Au lendemain d'un durcissement de la contestation, certains ministres ont présenté leur démission du gouvernement Diab dont la ministre de l'Information, Manal Abdel Samad, le ministre de l'Environnement Damianos Kattar et la ministre de la Justice, Marie-Claude Najm. Et neuf députés ont annoncé leur démission. Selon les médias locaux, d'autres ministres pourraient suivre, une démission de sept membres étant nécessaire pour faire tomber le cabinet. Hassan Diab avait indiqué qu'il était prêt à demeurer dans ses fonctions pendant deux mois, jusqu'à l'organisation d'élections anticipées.
Dimanche soir, des habitants ont allumé des bougies sur une corniche surplombant le port, pour rendre hommage aux victimes. Dans le même temps, de violents affrontements se sont déroulés dans le centre-ville pour la deuxième journée consécutive entre manifestants et forces de sécurité qui ont tiré gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc, selon les médias. Le drame a relancé la contestation populaire déclenchée le 17 octobre 2019 mais qui s'était essoufflée avec la pandémie de coronavirus.
La communauté internationale, qui depuis des années réclame au pouvoir libanais des réformes et une lutte contre la corruption, a bien montré, lors d'une visioconférence dimanche co-organisée par la France et l'ONU, «qu'elle ne lui faisait plus confiance». Elle a annoncé qu'elle allait «directement distribuer à la population les 252,7 millions d'euros d'aide collectés pour porter secours aux victimes». Le mécanisme de distribution de cette aide reste cependant à définir, les ONG ayant «mis en garde les donateurs contre la possibilité que les fonds soient accaparés par les autorités...».
Après la catastrophe, l'aide d'urgence internationale se fixe sur quatre priorités: la santé, l'alimentation des Libanais (qui passait en grande partie par le port de Beyrouth), la réhabilitation des écoles touchées et celle des logements ravagés.
Viendra ensuite le temps de la reconstruction des infrastructures qui sera liée à la mise en oeuvre de profondes réformes.
Le soutien du Maroc
Une aide humanitaire et médicale d'urgence a été envoyée sur Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Liban. Pour des responsables libanais cités par des agences de presse, «l'hôpital militaire de campagne déployé par le Maroc et le grand nombre de médecins relevant des Forces Armées Royales du Maroc est une aide qui est intervenue au moment opportun et qui serait capable de compenser les dégâts causés au secteur sanitaire et hospitalier au Liban en cette conjoncture difficile...». Six avions chargés de l'aide marocaine ont atterri, vendredi dernier, à l'aéroport international Rafic Al Hariri de Beyrouth. L'aide comporte aussi du matériel médical de prévention contre le Covid-19, notamment des masques de protection, des visières, des charlottes, des blouses et du gel hydro-alcoolique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.