Sécurité routière : 550 nouveaux radars seront installés prochainement    Maroc Telecom. Les réalisations 2018 supérieures aux objectifs annoncés    Plus de 600 coureurs participent à la 2e édition de l'Eco-Trail    « Logintek Settat » à l'ordre du jour du prochain Conseil de gouvernement    CIMR : Le nombre d'adhérents a enregistré une hausse de 2 %    Vidéo – Algérie : Mouvements de protestations contre un cinquième mandat de Bouteflika    Sahara. Un nouveau revers pour les séparatistes    Flash hebdomadaire    Saison culturelle France-Maroc 2019 : Focus sur l'innovation et les arts virtuels    Conférence internationale de Varsovie. Jazouli expose la vision du Maroc    Botola Maroc Telecom : Le MAT stoppe l'IRT dans son élan    Beach-soccer : L'équipe nationale en stage de préparation à Casablanca    Lutte contre la corruption. La CNAC dresse son bilan    Table ronde sur «La biodiversité au Maroc: de la connaissance à la gouvernance»    Zoulikha Bouabdellah : « J'aime opposer les idées pour unifier ! »    Al Akhawayn. La cérémonie de clôture du projet MENARA à Rabat    PSA au Maroc. 700 millions d'euros en sourcing    Kevin-Prince Boateng cambriolé en plein match !    Réchauffement climatique : 61 % des marocains n'en ont jamais entendu parler    Accrochage entre l'armée indienne et les insurgés au Cachemire : 9 morts    L'employabilité des jeunes    Hydrocarbures : Lahcen Daoudi veut parvenir à une solution « acceptable par toutes les parties »    Nouveau record pour le SIEL : plus de 550.000 visiteurs    Rebel Spirit ou quand l'esprit libre de l'art urbain sublime Rabat !    Des partis australiens visés par un piratage commis par un « agent étatique »    Terres soulaliyates : La réforme en marche    Météo : Nouvelle vague de froid jusqu'à mercredi    Météo : Chutes de neige et temps froid dans plusieurs régions    Sommet de crise de l'Eglise catholique minée par les scandales sexuels    La Corée du Nord à « un tournant », disent ses médias avant le sommet    Rachid Talbi Alami lors d'une journée d'étude à Salé : «La formation, axe fondamental de la stratégie nationale du sport»    Hydrocarbures. Le Conseil de la concurrence prend de court le gouvernement    Aujjar : «La mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh ne doit pas faire l'objet de manœuvres politiciennes»    Divers    Ligue 1 : Marseille reprend des couleurs Monaco sort de la zone rouge    Appel à la protection des zones humides de la région Laâyoune-Sakia El Hamra    Divers    Driss Lachguar appelle à l'adoption d'un nouveau contrat social    Luis Rubiales : Peu de pays de par le monde disposent d'installations sportives comme celles du Maroc    Atlas Pro tour 2019 : Victoire de Duncan et distinction de Marjane    Mohamed Mouhib lors d'une rencontre organisée par la section locale du parti à Sidi Bernoussi    Un colloque national met la lumière sur les nouveautés de la loi de Finances    Une fusillade près de Chicago fait cinq morts    Bouillon de culture    "Nulle part loin de toi" de Mamoun Lahbabi    SIEL-2019 : Remise du Prix national de la lecture    MSC2019: L'Alliance Iran-Qatar mise en relief à Munich    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Hommes qui font l'actualité
Publié dans L'Economiste le 22 - 04 - 1993


M. El Kadiri, secrétaire général des Finances
M. Khalid El Kadiri, qui vient d'être nommé secrétaire général des Finances, est une personnalité à la fois très réputée et peu connue. Né en 1942, à Salé dans une famille aisée qui fut une des grandes figures de la lutte pour l'Indépendance et dont le père est une personnalité du parti de l'Istiqlal, M. Khalid El Kadiri dit lui-même avoir une sensibilité à gauche et a été un proche de l'USFP. Mais ce serait commettre une lourde erreur de voir en M. EL Kadiri un politicien. C'est un homme d'administration, dans le sens où celle-ci se conçoit comme le service au public, et de son appartenance personnelle à des réseaux très divers il tire une conception stricte, voire tatillonne, de la délimitation entre les pouvoirs publics et le pouvoir administratif. Bien qu'il ne le dise pas de lui-même, il a activement participé à la rénovation du rôle de l'Etat depuis le milieu des années 1980. Avec un Bac de philo obtenu en 1962 au Lycée Moulay Youssef, M. El Kadiri (concours général en 1960) passe sa licence de Sciences économiques, option développement, à Paris en 1969, puis réussit dans la foulée le concours de l'Inspection des Finances (major de promotion) et intègre ce corps qu'il ne quittera plus. De 1971 à 1974 il est contrôleur financier et à ce titre a à traiter des dossiers comme la restructuration de l'ODI, la formation des prix des hydrocarbures, la politique sucrière... Nommé en 1974 chef du service des Domaines, à l'époque rattaché aux Impôts, il a en charge d'autres dossiers chauds comme les négociations sur les terres récupérées et les biens des puissances coloniales ou la révision des textes sur l'expropriation. Lorsque ce service est érigé en division puis en direction, il en conserve la responsabilité jusqu'à sa nomination au Secrétariat général.
Les ambitions de M. El Kadiri sont, dit-il, de poursuivre l'ouverture lancée par M. Berrada, ministre des Finances, de faire évoluer cette administration "de manière à ce qu'elle soit un outil de développement et pas seulement de contrôle".
Parallèlement, M. El Kadiri a à s'occuper d'intérêts économiques privés qui, note-t-il, lui permettent de voir fonctionner les administrations de l'extérieur, ce qui "est une expérience sans pareil". A la charge du Secrétariat général, M. El Kadiri succède à M. Mustapha Sahel. Selon les termes de M. Berrada, M. Sahel est "appelé à occuper de hautes fonctions dans le giron des Finances". Rappelons que M. Sahel en tant que directeur du Budget, puis chargé de l'intérim du Secrétariat général a été l'artisan de la modernisation des procédures budgétaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.