Coupe de la CAF: Le Hassania d'Agadir qualifié pour les quarts de finale    Immigration clandestine : 5 individus devant la justice à Oujda pour falsification    Coronavirus : trois cas confirmés en France    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Identité en éclats» ou fragments de la peinture marocaine
Publié dans L'Economiste le 16 - 01 - 2001

· Des tableaux de peintres de différentes générations, toutes tendances confondues, sont exposés au musée de Marrakech jusqu'au 24 février
L'exposition qui se poursuit dans le musée de Marrakech jusqu'au 24 février, est une rétrospective de la peinture marocaine qui raconte son histoire et son évolution. Des noms prestigieux qui ont marqué de leur empreinte cet art au Maroc, figurent dans cette manifestation qui vient en ce début de siècle nous rafraîchir la mémoire. Toutes les tendances y sont représentées, de Ben Ali R'bati à Yamou, en passant par Ben Allal, Cherkaoui, Gharbaoui, Chaïbia, Lourdiri, Belkahia, Lakhdar, Saladi, Cheffaj, Ben Youssef et Nabili. Des artistes qui, armés de leurs pinceaux, ont tenté de tracer le contours d'une identité propre. Les oeuvres exposées dans le musée de Marrakech, dépoussièrent la production marocaine, déterrent ses racines pour l'offrir aux regards des amateurs de cet art. Et l'on pourrait affirmer, sans crainte d'être contredit, que la peinture est, par excellence, l'art où l'identité marocaine brille de tous ses éclats. Il n'y a qu'à se mettre devant les tableaux produits par des peintres marocains pour humer les senteurs des terroirs. Une variété de couleurs et de matériaux fait toute son originalité et sa splendeur.
· Rétrospective
«Identité en éclats» remonte jusqu'aux sources, et expose, avec les tableaux de Ben Ali R'bati (1861-1939), une oeuvre qui représente la «préhistoire» de la peinture marocaine. L'exercice de cet art correspond chez le peintre à la reproduction des scènes de la vie réelle avec une grande simplicité et une sobriété désarmante, mais qui n'enlèvent rien à sa qualité. Mohamed Ben Allal (1924-1995) a été découvert, par hasard, par Jacques Azema, dont il était le cuisinier. Natif de Marrakech, il puise dans la place Jamaâ El Fna l'essence de ses oeuvres. Le contact avec cet endroit a aiguisé son sens de l'observation perceptible à travers sa conception des personnages qui peuplent ses toiles. Ahmed Lourdiri (1928-1974), commence par le dessin avant de s'adonner à la peinture. Remarqué par Jacqueline Brodskis, il expose pour la première fois en 1960 au Salon d'automne à Casablanca. Son parcours est caractérisé par deux périodes. Une première durant laquelle la peinture faisait office de purgatoire et une seconde plus fleurie dans laquelle se reflète son métier de jardinier qu'il exerçait au début de sa vie. Abbès Saladi (1950-1992), ou le «fou de la peinture», comme l'appelle A. Laabi. Né à Marrakech, ce peintre autodidacte, vend ses premiers tableaux à Jamaâ El Fna. La peinture pour cet artiste, qui souffrait de troubles mentaux, était pareille à une thérapie. Elle lui permettait d'exorciser tous les démons qui l'habitaient. Chaïbia Tallal (1929) fait aussi partie de ces peintres autodidactes. Elle peint le réel comme elle le perçoit et remonte à son enfance pour y puiser des images qu'elle reproduit sur ses toiles. A côté de ces artistes qui ont appris la peinture sur le tas, il existe une génération qui a fait des études dans les écoles des beaux-arts à l'intérieur et à l'extérieur du Maroc dont Farid Belkahia (1934), Ahmed Cherkaoui (1934-1967), Jilali Gharbaoui (1930-1671) et Mohamed Nabili (1952) qui ont contribué au développement de l'art contemporain en introduisant de nouvelles techniques. Et c'est avec des signes, tirés de la tradition purement marocaine, qu'ils ont enrichi leurs toiles sans pour autant les confiner dans l'étiquette réductrice du «folklore». Des oeuvres de ces peintres et ceux de Saâd Cheffaj (1939), Abderrahim Yamou (1959), Ahmed Ben Youssef (1945) et Karim Bennani (1936) sont aussi exposées au musée de Marrakech. La quasi-totalité de ces oeuvres sont propriété de la Fondation Omar Benjelloun. Quelques unes sont empruntées à Matisse Art Galery.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.