La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Covid-19 : adoption d'une batterie de mesures pour le contrôle de la situation épidémiologique dans la province de Safi    Alerte météo : forte vague de chaleur au Maroc de dimanche à mardi    Le rapatriement des Marocains de l'étranger se poursuit    France : la configuration du nouveau gouvernement bientôt dévoilée    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    La propagande algéro-polisarienne vise à perturber le développement socio-économique des provinces du Sud    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Coronavirus : 310 nouveaux cas et 9.410 guérisons au total, dimanche 5 juillet à 10 H    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Madagascar: essai clinique de la solution injectable Artesunate IV extraite de l'artemisia    Coronavirus : 310 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.132 au total    Allemagne. Les travailleuses du sexe réclament leurs clients    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Marrakech: interpellation d'un individu soupçonné d'homicide volontaire avec séquestration et mutilation    Transport aérien – hécatombe mondiale : 84 milliards de dollars de pertes et 1,2 milliards de passagers en moins    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    ONCF: un homme se jette sur les rails entre Témara et Rabat-Agdal    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





New York: Plus de 100.000 emplois perdus suite aux attentats du 11 septembre
Publié dans L'Economiste le 24 - 10 - 2001

· La municipalité estime que l'attaque va lui coûter quelque chose comme 100 milliards de dollars (110,7 milliards d'euros)
Il est neuf heures du matin mais déjà, la file d'attente part à l'infini. Elle s'est formée le long de la 7me avenue, remonte toute la 31me rue et repart encore de l'autre côté, encerclant un Madison Square Garden assiégé. En annonçant en début de semaine dernière l'ouverture de la “Twin Towers Job Expo”, une foire à l'emploi pour tous ceux qui se sont retrouvés sans travail suite aux attentats du 11 septembre dernier au World Trade Center, le maire Rudy Giuliani anticipait la venue de 5.000 à 6.000 personnes. A l'ouverture, ils étaient 10.000 ou plus encore peut-être à se presser les uns contre les autres dans le froid du matin. “Quand on voit tous ces gens, on comprend comment les terroristes ont affecté l'économie new-yorkaise”, dit Jacqueline Johnson, une spécialiste des télécommunications pour ATT. Son bureau était situé dans l'une des deux tours et la compagnie lui a fait savoir qu'elle n'avait plus besoin de ses services. “J'ai plus de vingt ans d'expérience et je n'aurais jamais pensé être licenciée dans des circonstances pareilles. C'est toute ma vie qui est sens dessus dessous”. Plus d'un mois après la tragédie, New York commence tout juste à prendre la dimension économique de la catastrophe. Dans les premiers jours qui ont suivi les attentats, George W. Bush avait ainsi promis une aide de 17 milliards de dollars (18,8 milliards d'euros) pour la reconstruction. Aujourd'hui, la municipalité estime que l'attaque va lui coûter quelque chose comme 100 milliards de dollars (110,7 milliards d'euros), et elle prévoit de perdre 100.000 emplois “directement ou indirectement liés au World Trade Center”.
A l'intérieur du Madison Square Garden, un homme en costume s'est assis dans le coin consacré à la recherche par Internet. Bob est un trader, mais il refuse de donner le nom de sa firme. “Je travaille pour l'une des plus grandes banques d'affaires de la ville et je sais simplement qu'ils vont bientôt se débarrasser de plusieurs dizaines d'entre nous. Vous avez vu ce qui se passe chez Merrill Lynch? Et bien, ce sera bientôt la même chose pour moi. Alors je préfère prendre les devants”. Tout autour, la mairie a réussi à réunir plus de 150 employeurs qui disent tous avoir de nombreuses offres, malgré le marasme ambiant.
On croise des agences d'intérimaires, des banques comme JP Morgan ou des grands magasins comme Macy's. “Bien sûr, l'économie ne va pas bien”, reconnaît Joan, une représentante de la Chase Manhattan Bank, “mais après des jours très difficiles à la fin du mois de septembre, nous constatons une certaine reprise aujourd'hui. Nous voulons faire tout ce que nous pouvons pour aider New York à repartir du bon pied, alors nous sommes là”. Plus loin, la foule s'est plantée devant le stand d'Internal Intelligence Service, une société spécialisée dans la sécurité. “Le secteur ne s'est jamais porté aussi bien qu'en ce moment”, assure Eric Robinson, l'un des directeurs, “de nombreuses entreprises veulent renforcer leurs dispositifs sécuritaires. Les gens ont peur de nouveaux attentats terroristes, ils ont peur de la maladie du charbon et nous n'avons plus assez de personnel”.
“La question est de savoir si New York va pouvoir se remettre ou non”, assure Anthony Rizzuto, vice-président de la branche assurances d'American Express, qui est présent à la Job Expo. La compagnie financière a perdu ses bureaux dans la tragédie et a été contrainte de relocaliser ses employés un peu partout dans Manhattan. “Il faut bien comprendre que l'économie était dans une situation délicate avant le 11 septembre. La croissance était au ralenti, le chômage commençait à remonter et les gens n'achetaient plus grand-chose.
Désormais, tout s'est encore détérioré. Mais il ne faut pas non plus parier sur le pire. American Express a été largement secouée, mais nous sommes toujours là et New York va réagir. Nous disposons en outre de nombreuses positions pour des commerciaux, afin de vendre nos services. Et ceux qui se présenteront à cette exposition avec un curriculum satisfaisant ont de grandes chances de repartir le sourire aux lèvres”.
Dehors, ils sont toujours des milliers à attendre sagement les uns derrière les autres. Prévue pour une seule journée, la Job Expo devait fermer ses portes à quatre heures de l'après-midi. “Je ne sais pas si je pourrai entrer d'ici là”, s'inquiète Armando, un cuisinier qui travaillait dans un restaurant en dessous des tours, “ils disent qu'il y a des boulots, mais j'ai l'impression qu'il n'y en aura pas pour tout le monde”.
------------------------------------------------------------------------
Toutes professions confondues
Du cadre financier au laveur de carreaux, les professions qui ont souffert directement du 11 septembre sont multiples. Et malgré les indemnités prévues dans un premier temps par la ville de New York pour dédommager les sans-emploi, tout le monde n'a pas la même chance. “Moi, j'étais femme de ménage dans la tour numéro un”, raconte Gladis Guebera, venue avec plusieurs de ses collègues, “mais on m'a dit que je n'avais pas assez gagné d'argent pour toucher des indemnités. J»ai trois enfants et un mari malade, et je n'ai pas plus de sources de revenus. Bientôt, je n'aurai pas assez d'argent pour payer mon loyer. Si je ne trouve pas un boulot aujourd'hui, je ne sais pas comment je vais faire. Je viens du San Salvador. Peut-être que je serai contrainte de retourner là-bas”.
Fabrice ROUSSELOT
Syndication L'Economiste-Libération (France)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.