Rennes-Saint Etienne (3-0) : Naïf Aguerd buteur !    Botola Pro: le classement général    El Othmani sur la question du Sahara: « La position du Maroc ne souffre d'aucune ambiguïté »    Le marronnier de la participation des MRE aux élections    ONU: le Maroc lance un appel à la communauté internationale    Covid-19 : Sommé de démissionner, Moncef Slaoui se défend [Vidéo]    Ecoles publiques. Parents, rien ne vous oblige à payer la désinfection    Kénitra: une ambulance transportant des patients Covid-19 percute un arbre    Zamalek : Pacheco, le nouvel entraîneur, arrivé samedi, présent, dimanche, sur le banc !    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Lydec: des Casablancais dénoncent les factures « excessives » (VIDEO)    Les FAR lancent une plate-forme digitale dédiée aux revues    Compteur coronavirus : Remontada des contaminations 2.719 cas en 24H    Mouvement social de Jerada 2018 : le rapport timide du CNDH    Covid-19 : un scénario probable de croissance à 4% au Maroc dès la reprise mondiale    Coronavirus/grippe saisonnière : voici les différents symptômes à distinguer    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    AtlantaSanad Assurance, une nouvelle compagnie est née    Covid-19 et vaccins : Les scoops d'El Othmani    Industrie: Une banque de 100 projets mise en ligne    Une vidéo de l'arrivée de jeunes Marocains à bord d'une barque en Espagne émeut la Toile    Le Dirham s'apprécie face à l'Euro (du 17 au 23 septembre)    Scrutin 2021: déception en perspective pour les Marocains à l'étranger    Cherté des factures: les explications de l'ONEE    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Sahara marocain: le chef de l'exécutif espagnol réitère son appel à une solution politique fondée sur le compromis    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    Voici le temps qu'il fera ce samedi    ONU : M. Bourita plaide pour un "système multilatéral de proximité, porteur d'efficacité et pourvoyeur de solutions"    À Safi, les autorités dévoilent des découvertes archéologiques    Grosse opération de la DGSN à El Jadida    Botola: voici le programme des dernières journées (FRMF)    Assouplissement des mesures restrictives dans une ville du Maroc    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une PME de tapis sur la voie de la certification
Publié dans L'Economiste le 01 - 11 - 2001

· ARTCO obtiendra la norme ISO 9002 à la fin de l'année prochaine
Une première dans l'artisanat. ARTCO, société de conception et de production de tapis, s'est lancée dans un processus de certification en vue d'obtenir la norme ISO 9002. La société, sise à Rabat, obtiendra son label fin 2002. C'est le cabinet marocain Eagle engineering qui pilote ce processus.
Pour Fouad El Bernoussi, directeur d'ARTCO, la certification devient une obligation pour toute société marocaine qui voudrait garder sa place dans le marché après l'échéance de 2010.
L'initiative est marquante car elle concerne un secteur à fortes potentialités, mais qui reste dominé par l'archaïsme de ses méthodes de production. El Bernoussi pense que les jeunes entrepreneurs pourront tout changer. L'avenir du secteur réside, dit-il, dans l'innovation. Cet aspect a été à maintes fois relevé dans les séminaires spécialisés. Pour recouvrer sa bonne santé, l'artisanat doit s'arrimer sur les nouvelles formes de conception. Le tapis traditionnel marocain, qui s'achetait comme des petits pains autrefois à l'étranger, a perdu de son aura. Le marché allemand, principal débouché, a été saturé. Malgré le développement des outils de production, ce produit est resté le même. Il n'a pas évolué.
La commercialisation du tapis est en crise. Les responsables, confiants à outrance dans la réussite du produit, n'ont pas prédit la saturation des marchés traditionnels. Ce n'est donc qu'après coup qu'ils ont commencé à chercher d'autres débouchés, mais le mal était déjà fait.
· Tradition et modernité
Maintenant, l'avenir du tapis et de tout le secteur réside dans le mariage entre tradition et modernité. Cela implique une association étroite entre les artisans et les designers.
ARTCO en a fait l'expérience. A son lancement en 1992, elle avait misé sur le tapis traditionnel. Mais il ne se vendait pas bien. La société s'est rendue à l'évidence qu'il fallait introduire une touche moderne à son produit. Actuellement, elle propose toute une gamme de tapis traditionnels et contemporains, conçus à l'aide de la technologie. La matière première, à savoir la laine, est importée d'Australie (la marque Woolmark).
Le chiffre d'affaires de la société devrait avoisiner les 10 millions de DH cette année. Pour El Bernoussi, la certification est un processus long et coûteux. Près de 400.000 DH lui ont été réservés. Cela suppose un engagement fort du management car la société devra garder la même qualité de production pour le restant de sa vie. C'est ce qui explique le peu d'engouement des entreprises. Délais de livraison, qualité des matières premières, choix des motifs, communication, la certification permettra une meilleure organisation interne.
Qu'en est-il des autres entrepreneurs artisans? Le patron d'ARTCO pense que le secteur ne pourra adopter la démarche qualité que si la lenteur administrative qui jalonne les procédures de la formation du personnel est atténuée. De plus, la certification n'est pas vulgarisée. Ce qui suppose d'abord un plan d'information des praticiens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.