Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les “boat people” afghans indésirables en Australie
Publié dans L'Economiste le 02 - 09 - 2002

· Les autorités australiennes veulent empêcher les immigrants de débarquer sur le pays au motif qu'ils sont en majorité Afghans
Les boat people. Ce sont des immigrés clandestins qui ont traversé mers ou océans pour s'installer sur d'autres terres. L'Australie est également touchée par le phénomène. Depuis août 2001, les autorités du pays ont renforcé les mesures pour mettre fin à ce phénomène.
Selon le quotidien français Libération, qui revient sur ce sujet dans son édition du vendredi, la Marine australienne les empêche de débarquer sur le pays parce qu'ils sont en majorité Afghans. Le ministre de la Défense a laissé entendre que des terroristes ont pu se dissimuler parmi eux et le ministre de l'Immigration a même rapporté (ce qui s'est révélé faux par la suite) que ces immigrants, jetaient leurs enfants par-dessus bord.
En novembre 2001, après la réélection de la coalition au pouvoir du Parti Libéral et du Parti National, le gouvernement de John Howard voulait en finir avec l'immigration clandestine. Il voulait mettre en pièces les réseaux des contrebandiers. Des Afghans, il compte faire un exemple en les expédiant sur deux îlots perdus du Pacifique-Sud, accrochés à la ligne de l'Equateur. Manus, terre la plus isolée de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, et Nauru, minuscule république que l'exploitation intensive du phosphate a réduite à l'état de squelette. Canberra vient d'inventer la “Pacific Solution”: payer les Etats les plus démunis de la région pour en faire les geôliers de l'ordre australien. En mai, 430 millions de dollars supplémentaires ont été inscrits au budget pour faire tourner la “Pacific Solution” jusqu'en 2006.
“La majorité des derniers boat people venait du Moyen-Orient, explique l'un d'eux. Après le 11 septembre, beaucoup d'Australiens se moquaient bien de savoir ce qui pouvait leur arriver...” Sans compter que la dernière vague d'immigrants est toujours celle qui attire les railleries ou les foudres des précédentes. Dans les années 50, les Britanniques et les Irlandais se moquaient des Italiens et des Grecs. A partir des années 70, ils s'unirent pour dénoncer l'“invasion” asiatique. Mais tous ont oublié que des centaines de chameliers afghans et leurs montures précédèrent la plupart d'entre eux quand ils vinrent, au XIXe siècle, participer à la construction du chemin de fer et de la ligne de télégraphe à travers le désert...
Ce désert où se dressent les barbelés de Woomera, le plus tristement célèbre des six centres de détention pour illégaux que compte l'Australie. Ce lieu a laissé, en mars, l'envoyé de l'ONU, Prafullachandra Bhagwati, abasourdi. “La plupart des enfants qui y vivent sont traumatisés, plongés dans un environnement qui affecte leur santé physique et mentale.” Quatre mois plus tard, Michel Gabaudan, représentant en Australie de la commission pour les réfugiés de l'ONU, a renchéri: “Le système de détention des Australiens est le plus sévère du monde occidental.”
Le gouvernement australien semble pourtant avoir, en toute discrétion, accéléré la mise en liberté de ces immigrants illégaux. Au cours des neuf derniers mois, la population de Woomera est passée de 1.000 détenus à 300. Selon le département australien de l'Immigration, deux tiers des détenus ont été relâchés avec des visas temporaires de trois ans. Resteraient donc au total 1.500 personnes, dont 150 enfants, dans les camps. Un nombre légèrement inférieur à celui des demandeurs d'asile détenus dans les centres de Manus et de Nauru. Expédier les immigrants illégaux aux îles comme les Britanniques envoyaient les forçats aux colonies semble être désormais la politique de Canberra en attendant de construire un nouveau centre de détention sur Christmas Island.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.