Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    La nouvelle Clio et le nouveau Captur disponibles au Maroc    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Le régime algérien veut empêcher le Hirak de reprendre ses manifestations    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Rude épreuve doukkalie pour le Raja et le Wydad    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Soul orpheline de Ray Charles
Publié dans L'Economiste le 14 - 06 - 2004

· Le Genius s'est éteint chez lui, à l'âge de 73 ans
· Il aura fêté son 10.000e concert et a été récompensé de 13 Grammys
Un vieil homme assis à son piano, lunettes noires, sourire éclatant, en osmose parfaite avec les notes qu'il égrène. C'était cela Ray Charles, et bien plus encore. La Soul Music s'est réveillée vendredi 11 juin orpheline. Ray Charles a tiré sa révérence, après des décennies de chant, de composition et de renouveau. “Le monde est plus silencieux tandis que nous sommes en deuil de Ray Charles”, a commenté le président de l'Académie du disque, Neil Portnow. “Avec son mélange de blues, de gospel, de jazz et de Soul, Ray Charles était le musicien américain par excellence. Avec un coeur aussi grand que son talent”, a-t-il ajouté.
Rien dans les premières années de sa vie, ne prédestinait Ray Charles à une aussi grande carrière. Sauf peut-être une série de malheurs, et un voisin jouant constamment du piano. En effet, Ray perd son frère, avec qui il était très complice, à l'âge de 5 ans. Deux années après, c'est la vue que Ray Charles perd. Il est ainsi placé dans une école spécialisée pour non-voyants, où il souffre du racisme. Mais c'est là aussi que Ray Charles apprend les premiers rudiments de musique. Il s'ouvre ainsi au gospel, qu'il avait vaguement pratiqué à l'église, le rhythm'n'blues, le swing et la country. A la fin des années 40, Ray Charles avait déjà fait un petit bout de chemin. Il avait réussi à détrôner le style religieux chanté dans les églises noires, et ce en le rythmant davantage. Ainsi, le gospel se jouait plus accéléré mais surtout avec plus de sensualité, ce qui n'est pas passé sans heurter certains fidèles. A ces critiques, le génie, en herbe, répondait: “Je joue de la seule façon dont Ray Charles sait jouer”. Le ton est donné. Ray Charles sent une certaine musique, et c'est celle-ci qu'il s'évertuera à interpréter. Après une brève phase d'imitation de son idole Nat King Cole, il impose au monde son style. Un style éraillé, immédiatement reconnaissable, tout comme sa façon de se balancer de gauche à droite au piano et son très large sourire. A partir de cet instant, il est propulsé sur le devant de la scène avec des titres légendaires. “I got a woman” en 1954 et l'entraînant “What'd I say” en 1959, le chanteur et compositeur enchaîne ensuite avec la ballade de blues “Georgia on my mind” en 1960, devenue depuis l'hymne officiel de son Etat natal, et le comique “Hit the road Jack” ou “I can't stop loving you” 1961. Pari gagné, Ray Charles est le premier chanteur-compositeur à avoir mêlé blues (musique du diable) et gospel (chant religieux par excellence).
Mais c'est l'Europe qui avait grand ouvert ses portes à Ray Charles. Comme beaucoup de musiciens afro-américains en ces temps-là, il se taille une réputation basée sur sa capacité de s'adapter à tous les répertoires. Il va même jusqu'à interpréter sa version du célébrissime titre “La Mama” de Charles Aznavour. L'Europe est donc devenue le tremplin qui a propulsé encore plus loin Ray Charles, dans l'univers des stars américaines.
Mais le “Genius” n'a pas échappé aux gouffres de la célébrité. Le fisc, la drogue et la prison le plongent dans l'oubli pendant plusieurs années jusqu'à son retour sur scène, en 1990, au Festival de jazz d'Antibes, dans le sud de la France.
Car Ray Charles est un grand habitué des festivals. Montreux, Nice, Marciac, Montréal… il n'en rate aucun. Il enflamme les planches des scènes, qui se déhancheraient presque au rythme de sa musique. C'était le cas en 1999, un 7 juillet, quand la ville de Casablanca a vibré aux rythmes de Soul de Ray Charles.
Le Genius a fêté son 10.000e concert au Greek Theater de Los Angeles au printemps dernier. Il a aussi été récompensé de 13 Grammys, les plus prestigieuses distinctions de la musique aux Etats-Unis.
L'an dernier, il a, pour la première fois d'une carrière de plus de 50 ans, dû annuler une série de concerts aux Etats-Unis en raison de douleurs à la hanche. Ray Charles s'est produit en public pour la dernière fois le 30 avril, aux côtés de Clint Eastwood, lorsque la ville de Los Angeles avait décidé de faire de ses studios d'enregistrement un monument historique.
Peu avant sa mort, il a participé à l'enregistrement d'un album de duos intitulé “Genius loves company”, avec Norah Jones, BB King, Diana Krall et Willie Nelson, entre autres.
Ainsi s'éteint Ray Charles, mais la légende continue, et comme l'a écrit le quotidien Le Temps, “c'est maintenant au tour des anges de trembler”.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.