RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    La CNOPS simplifie les procédures pour l'AMO    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    Une première dans l'histoire du Maroc!    Le Crocoparc Agadir accueille le plus grand serpent du Maroc    Covid-19: Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Conseil de la concurrence : une institution stratégique incontournable    Le fonds spécial mis en place par S.M. Le Roi recueille 33,7 MMDH à fin juillet    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Wafa Assurance enregistre une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre    E.E.P gloutons : Benchaâboun soucieux de mettre de l'ordre dans ces établissements et entreprises publics budgétivores pour pas grand-chose    Contraventions durant l'Etat d'urgence sanitaire: un projet de décret fixe les procédures    Ligue des champions : A Lisbonne, un "Final 8" sous bulle sanitaire    Khalid Ait Taleb : Des centres de santé seront mis à disposition dans les quartiers pour accueillir les cas suspects de Covid-19    Le retour des castors    Tout un quartier de Hay Mohammadi confiné    Messi s'est entraîné normalement avant le Bayern    Les Sévillans Bounou et En-Neysiri en demi-finale de Ligue Europa    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition    "365 jours" Un film entre succès et polémique    La gastronomie marocaine à l'honneur à Bogotá    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    US Round Up du mercredi 12 août – Kamala Harris, Bill de Blasio, Restaurants/Bars    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Ali Yata, il y a 23 ans ...    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger: La ville croule sous les ordures
Publié dans L'Economiste le 03 - 09 - 2004

· Conseil de la ville et délégataire se rejettent la responsabilité
· Cespa Nadafa réclame à la mairie son dû
· En attendant, détritus et saletés s'amoncellent dans les rues
Chaque été, c'est le même son de cloche. Le nombre important de visiteurs de la ville met à nu les défaillances des infrastructures.
Tel est le cas de l'assainissement solide, le ramassage des ordures ménagères pour être clair. Concédé au privé depuis l'année 2000, le service de nettoyage des artères et de ramassage des ordures a connu, certes, ses heures de “gloire”, mais a vite sombré dans l'improvisation, selon un rapport du Conseil de la ville.
Les lacunes sont nombreuses: insuffisance des bacs à ordures, non-remplacement de ceux qui sont cassés ou détériorés, horaires de ramassage aléatoires, etc. Résultat: les détritus s'amoncellent dans différents coins de rues, et même, comble de l'ironie, à quelques mètres du siège de Cespa Nadafa, la société concessionnaire des déchets solides à Tanger.
Plus grave encore, selon le rapport du Conseil de la ville, est la pratique des éboueurs de Cespa Nadafa qui vident dans la rue, à même le sol, les “jus” des bacs, véritables concentrés de mauvaises odeurs et de bactéries. Même les grandes artères de la ville ne sont pas épargnées.
· Manquement au cahier des charges
Le Conseil de la ville estime donc que les clauses du contrat de gestion déléguée ne sont pas respectées. Il est donc en droit de réclamer des dédommagements en guise d'amendes. Selon un membre du conseil, “les clauses n'ont jamais été appliquées du temps des ex-communes de Tanger Madina et Charf, signataires à l'époque avec le gestionnaire délégué”. Pour Cespa Nadafa qui s'exprimait devant les membres du Conseil de la ville, les “causes de cette situation se résument à la non-réalisation du programme d'investissement prévu pour l'année en cours”. Pour Cespa Nadafa, société à capital mixte maroco-espagnol, il y a lieu d'abord de résoudre d'autres problèmes liés au contrat de gestion déléguée dont l'épineux problème du statut du personnel. En effet, les employés actuels de Cespa Nadafa sont pour la plupart encore sous la tutelle des ex-communes de Tanger. La société ne peut ni les licencier ni prendre des mesures disciplinaires à leur encontre. Lors de la négociation de la gestion déléguée, il avait été décidé que Cespa Nadafa reprend les éboueurs qui relevaient des communes précitées. Une solution pour rassurer les syndicats d'éboueurs. Ces derniers avaient en effet montré leur force en organisant des grèves qui avaient fait crouler la ville sous les ordures en 1999. Ce “non-statut” se répercute inéluctablement sur le travail et le rendement des employés, estime Cespa Nadafa.L'autre raison invoquée pour expliquer le manque d'investissements est le non-paiement par la mairie de Tanger de son dû envers Cespa Nadafa pour l'année en cours. Cespa Nadafa est liée à la ville de Tanger par un contrat à durée limitée de 7 ans tacitement renouvelable. Aux termes de ce contrat, l'entreprise devra assurer la gestion des déchets solides de la ville tout en veillant à la propreté de ses rues. Cespa Nadafa est une société de droit marocain détenue à hauteur de 50 % par Cespa SA, société espagnole et le reste par un investisseur marocain.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.