Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja    Mercure est passée devant le soleil ce lundi    La DGAPR : Les mesures disciplinaires prises à l'encontre de détenus du hirak remplissent toutes les conditions juridiques    Casablanca: Commémoration du 101è anniversaire de la fin de la première guerre mondiale    Transport routier : le ministère poursuit ses consultations    Le Maroc continuera à soutenir le développement de la Libye, promet El Othmani    Tribune libre : Le marchand de bons mots    CEA : Peut-il y avoir une intégration africaine sans intégration maghrébine ?    L'agriculture bio au centre des débats à Marrakech    Paiement mobile: Comment protéger ses données ?    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    L'ex-numéro 2 de la FIFA contre-attaque devant la justice européenne    Ifrane, ville la plus froide pour demain mardi    Le Maroc à l'honneur du festival des villes anciennes à Chenguit    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA    Angleterre: Liverpool coule City et s'envole en tête    Experts de l'ONU : Les conditions de détention «brutales» auraient entraîné la mort de Morsi    Chili: Le gouvernement accepte de changer de Constitution    Pédocriminalité dans l'Eglise: Les évêques de France votent pour une indemnisation des victimes mineures    Raja : Patrice Carteron out !    Hong Kong paralysé par le mouvement pro-démocratie, un manifestant blessé à balle réelle    Comment le foncier public est mobilisé ?    Hyundai Heavy Industries perd son distributeur au Maroc    Botola: Première défaite de la saison pour le WAC    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : La FRMF obtient l'autorisation d'utiliser la VAR    Le Maroc se déplace à Clermont-Ferrand... et pas pour le football !    Le réalisateur Costa Gavras sera bientôt au Maroc...et vous pouvez le rencontrer !    Le zoo de Rabat se dote d'un vivarium    Bayt Dakira, la mémoire juive d'Essaouira    Radio SNRT de Dakhla, un joyau régional d'informations    Aya Nakamura : Ma fille ne connaît pas mon métier    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside un dîner offert par S.M le Roi en l'honneur d'Ivanka Trump    Premier League : Derrière Liverpool-City, des chocs à tous les étages    Ligue Europa : Manchester United et Séville qualifiés, la Lazio en danger    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Le régime trop sévère de Céline Dion    Leonardo DiCaprio : Greta Thunberg est un leader de notre temps    Menu copieux pour le 12ème Forum MEDays    L'initiative marocaine pour l'autonomie au cœur d'une réunion de la Chambre des représentants    Gestion du patrimoine culturel : Un atelier national à Rabat    La voie ferrée à Agadir, un bonheur!    Tajeddine El Husseini : "Le Maroc est passé d'une logique défensive à une stratégie offensive"    Discours de SM le Roi à l'occasion du 44e anniversaire de la Marche verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger: La ville croule sous les ordures
Publié dans L'Economiste le 03 - 09 - 2004

· Conseil de la ville et délégataire se rejettent la responsabilité
· Cespa Nadafa réclame à la mairie son dû
· En attendant, détritus et saletés s'amoncellent dans les rues
Chaque été, c'est le même son de cloche. Le nombre important de visiteurs de la ville met à nu les défaillances des infrastructures.
Tel est le cas de l'assainissement solide, le ramassage des ordures ménagères pour être clair. Concédé au privé depuis l'année 2000, le service de nettoyage des artères et de ramassage des ordures a connu, certes, ses heures de “gloire”, mais a vite sombré dans l'improvisation, selon un rapport du Conseil de la ville.
Les lacunes sont nombreuses: insuffisance des bacs à ordures, non-remplacement de ceux qui sont cassés ou détériorés, horaires de ramassage aléatoires, etc. Résultat: les détritus s'amoncellent dans différents coins de rues, et même, comble de l'ironie, à quelques mètres du siège de Cespa Nadafa, la société concessionnaire des déchets solides à Tanger.
Plus grave encore, selon le rapport du Conseil de la ville, est la pratique des éboueurs de Cespa Nadafa qui vident dans la rue, à même le sol, les “jus” des bacs, véritables concentrés de mauvaises odeurs et de bactéries. Même les grandes artères de la ville ne sont pas épargnées.
· Manquement au cahier des charges
Le Conseil de la ville estime donc que les clauses du contrat de gestion déléguée ne sont pas respectées. Il est donc en droit de réclamer des dédommagements en guise d'amendes. Selon un membre du conseil, “les clauses n'ont jamais été appliquées du temps des ex-communes de Tanger Madina et Charf, signataires à l'époque avec le gestionnaire délégué”. Pour Cespa Nadafa qui s'exprimait devant les membres du Conseil de la ville, les “causes de cette situation se résument à la non-réalisation du programme d'investissement prévu pour l'année en cours”. Pour Cespa Nadafa, société à capital mixte maroco-espagnol, il y a lieu d'abord de résoudre d'autres problèmes liés au contrat de gestion déléguée dont l'épineux problème du statut du personnel. En effet, les employés actuels de Cespa Nadafa sont pour la plupart encore sous la tutelle des ex-communes de Tanger. La société ne peut ni les licencier ni prendre des mesures disciplinaires à leur encontre. Lors de la négociation de la gestion déléguée, il avait été décidé que Cespa Nadafa reprend les éboueurs qui relevaient des communes précitées. Une solution pour rassurer les syndicats d'éboueurs. Ces derniers avaient en effet montré leur force en organisant des grèves qui avaient fait crouler la ville sous les ordures en 1999. Ce “non-statut” se répercute inéluctablement sur le travail et le rendement des employés, estime Cespa Nadafa.L'autre raison invoquée pour expliquer le manque d'investissements est le non-paiement par la mairie de Tanger de son dû envers Cespa Nadafa pour l'année en cours. Cespa Nadafa est liée à la ville de Tanger par un contrat à durée limitée de 7 ans tacitement renouvelable. Aux termes de ce contrat, l'entreprise devra assurer la gestion des déchets solides de la ville tout en veillant à la propreté de ses rues. Cespa Nadafa est une société de droit marocain détenue à hauteur de 50 % par Cespa SA, société espagnole et le reste par un investisseur marocain.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.