Sahara: soutien chilien au Maroc depuis Rabat    Météo: le temps qu'il fera ce mardi au Maroc    Enfant brûlé vif dans un incendie à Salé: les précisions des autorités    Sahara : le numéro 2 de la diplomatie japonaise réaffirme que son pays ne reconnaît pas la rasd    L'OSFI organise un atelier de formation sur les NTIC à Oujda    La Côte d'Ivoire à l'honneur du "Marocuir" 2020    RAM et British Airways signent un accord de code-share    Mutandis enregistre une hausse de son chiffre d'affaires    Désaccord au sein de l'UE sur les moyens pour contrôler l'embargo en Libye    Divers    Sortie manquée du Raja à Ismaïlia    L'ASFAR confirme, la RCAZ se ressaisit    Participation politique des jeunes au Maroc    L'image du Maroc au-delà des frontières    Le bilan du coronavirus continue de grimper    85.000 vieilles condamnations liées au cannabis vont être effacées en Californie    Insolite : Robot-serveuse à Kaboul    Près d'un demi-million de visiteurs au SIEL    La SNRT révèle la nouvelle vision de la chaîne "Attaqafia" au SIEL    Hommage posthume à Abderrahmane Achour, ex-directeur de la radio nationale    CIFP : Les administrations publiques face au défi de la culture digitale    «Agadir Souss-Massa Aménagement» tient son conseil d'administration    Affaire Hamza mon bb : Saïda Charaf nie avoir été convoquée par la police    L'OPM et le Yacobson Ballet s'accordent pour «Le Lac des Cygnes»    Festival du film d'animation de Meknès : Bruno Coulais présidera le jury    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'OCS quitte la compétition la tête haute    Le prétendu «intergroupe» du PE et les balivernes de l'APS    «Le contexte réglementaire a de nouveau frappé avec la Lydec»    16ème journée de la Botola Pro D1 : Le Wydad rate le coche, la RSB refuse le cadeau gadiri et le MCO continue de presser    Sport équestre : Le concours national de saut d'obstacles s'invite à Béni Mellal    Clôture en beauté du raid solidaire «Sahraouiya»    Coronavirus : le bilan s'élève à 1.770 morts en Chine et l'évolution reste «impossible à prévoir»    Maroc Telecom signe une bonne année 2019    Tramway de Rabat: le nombre de passagers depuis sa mise en service    Huawei représente une menace pour l'Otan, selon Washington    Intelligence artificielle : l'UE va actualiser son logiciel    «Urgence climatique, les médias africains acteurs du changement»    Le coronavirus pourrait avoir un impact négatif sur la croissance en 2020, selon le FMI    Voici le nouveau directeur artistique du FIFM    Le livre d'art n'a pas le vent en poupe!    SIEL 2020 : Près de 500 000 visiteurs, selon Abyaba    Point de vue : Campagne «Sois jeune, sois civique !»    En Algérie, des milliers de personnes ont défilé à Kherrata, berceau de la contestation    Le WAC défait, la RSB accrochée et le MCO en profite    Coupe Mohammed VI des clubs : le Raja s'incline face au club égyptien d'Ismaily en demi-finale aller    Cameroun : 22 civils tués dans une nouvelle attaque    Aéroport Mohammed V : 4,75 kg de drogues extraits des intestins de six ressortissants ivoiriens    La terre a tremblé dans plusieurs villes du Maroc, des répliques attendues    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le caviar en voie d'extinction
Publié dans L'Economiste le 07 - 12 - 2004

· Le braconnage tue la mer Caspienne, plus grande réserve mondiale
· L'esturgeon n'a pas le temps d'atteindre l'âge de reproduction
· L'Iran, premier producteur mondial, craint la disparition du fossile vivant
Les amateurs de caviar devront débourser encore plus à Noël pour les oeufs d'esturgeon, mais les pêcheurs iraniens de la Caspienne préviennent que le véritable prix à payer pour la raréfaction de la ressource risque bientôt d'être sa disparition totale. C'est de la Caspienne, plus grande mer intérieure au monde, que provient 90% du caviar disponible sur le marché international. Mais les réserves d'esturgeons s'épuisent dramatiquement et certaines espèces, tels les délicats bélugas et osciètres, flirtent avec l'extinction. «Il y a quinze ans, le bateau aurait été rempli à ras bord au bout d'un après-midi en mer, aujourd'hui on peut passer une semaine sans rien prendre», se désole Hedayat Mohammadi, un pêcheur qui écume les eaux aux larges de Bandar Anzali (nord-ouest de l'Iran) depuis 26 ans.
De ce côté de la Caspienne, on pointe un doigt accusateur sur les autres riverains, l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, la Russie et le Turkménistan.
«Après l'effondrement de l'URSS, les trafiquants et les miséreux des nouvelles républiques se sont mis à piller les fonds. Il n'y a plus de contrôle de l'Etat pour contrer la pêche illégale, il n'y a pas d'effort de conservation», se lamente Mohammad Pourkazemi, scientifique à la tête du Centre iranien de recherche sur l'esturgeon.
«Prenez l'Azerbaïdjan, ils pêchent massivement l'esturgeon rien que pour sa chair. Le poisson n'a même pas le temps d'arriver à la puberté», abonde un vétéran des pêcheries locales, Farrokh Sharifi. L'âge de la reproduction et donc de la production de caviar s'étale selon les variétés entre 9 et 18 ans. Mais le pire est à venir, prédit Farrokh Sharifi: «La véritable catastrophe surviendra quand ces pays finaliseront leurs contrats pétroliers et se mettront à exploiter les gisements». Les viviers de la République islamique, qui détient 50% du marché du caviar de la Caspienne et en a exporté 65 tonnes, pour 35 millions d'euros, entre mars 2003 et 2004 selon les chiffres officiels, relâchent jusqu'à 18 millions de jeunes esturgeons chaque année. Mais la proportion de ceux qui atteignent l'âge adulte est infime. L'Iran dépenserait quelque 10 millions de dollars par an pour reconstituer les stocks du «fossile vivant», qui fut le contemporain des dinosaures. Le marché est placé sous strict monopole étatique. La plus grande part de la production est destinée à l'exportation. La consommation domestique est limitée à 100 grammes par personne et par an, au prix prohibitif de 3 millions de rials (340 USD) le kilo. A l'international, le caviar iranien se vend en moyenne 830 dollars le kilo.
Mais une incursion à Bandar Anzali, plaque tournante de l'industrie du caviar, révèle que le caviar de contrebande peut se négocier aisément entre 1,5 et 2 millions de rials (de 170 à 230 dollars).
Bien connu sur la place, l'ancien trafiquant Hamid Gharavi estime à au moins 30 tonnes par an le caviar qui part illégalement pour les Emirats arabes unis ou la Turquie. «Le braconnage rapporte tellement que non seulement de nombreux pêcheurs, mais aussi des policiers et des officiels sont impliqués», dit Hamid Gharavi. Un employé des pêcheries publiques gagne environ 24 millions de rials (2.750 dollars) par an, un braconnier sept fois plus, dit-il. Mais les responsables reconnaissent que la plupart des trafiquants s'en tirent bien mieux. Ils soulignent aussi la nécessité de faire comprendre, à l'étranger notamment, la gravité de la situation.
- L'Iran dépenserait quelque 10 millions de dollars par an pour reconstituer les stocks d'esturgeons. Le marché est placé sous strict monopole étatique. Et la consommation domestique limitée à 100 grammes par personne et par an, au prix prohibitif de 3 millions de rials soit 340 dollars le kilo. A l'international, le caviar iranien se vend en moyenne 830 dollars le kilo. Mais le caviar de contrebande, lui, peut se négocier aisément entre 1,5 et 2 millions de rials soit de 170 à 230 dollars


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.