Changement de modèle ?    Le HCP appelle les entreprises à s'adapter à la situation    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc lance une radio interne    «La situation épidémiologique est maîtrisée pour le moment mais deux semaines cruciales nous attendent»    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Campagne d'hébergement des SDF à Khénifra    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger: Du poisson bio en élevage
Publié dans L'Economiste le 28 - 02 - 2005

· La plus grande unité de pisciculture de la région se dote d'éoliennes pour alimenter ses installations
· 75 hectares dédiés à l'élevage de poisson et d'écrevisses destinés à l'export
De loin, rien ne laisse présager la présence d'une unité d'élevage de poisson dans les environs. Pourtant la ferme de la société de Pisciculture du Nord s'étend bel et bien sur près de 75 hectares, à 26 kilomètres de Tanger.
Entourée d'une barrière métallique, l'unité de pisciculture s'apparente à un gros chantier en ébullition. Divers engins sont en train de préparer des bassins et des réservoirs alors que des ouvriers sont à l'œuvre sur une structure métallique. L'installation a démarré il y a près de deux ans. “Il nous fallait faire des essais et voir si les espèces sélectionnées pourraient s'acclimater aux conditions climatiques de la région”, explique Othman Mernissi, qui avec son frère Abdeljlil, est l'un des responsables de la société pisciculture du Nord. L'unité de pisciculture procède à l'élevage d'écrevisses et de poissons d'eau douce pour le compte du géant hollandais Heiploeg. Ce dernier s'assure la totalité de la production, et ce sur la base d'un contrat d'exclusivité. En contrepartie, Heiploeg participe au financement de la structure à travers des avances sur achats futurs de la récolte. L'investissement total pour cette ferme de 75 hectares et de près de 45 millions de DH, dont une partie financée par des prêts bancaires. En projet, la société compte bien s'étaler en superficie et opter pour de nouveaux terrains du côté de Had Gharbia. “Nous espérons atteindre une surface de près de 500 hectares dans les cinq prochaines années”, affirme Othman Mernissi.
L'idée est de mettre en place un projet intégrée avec une usine d'éviscération de poisson sur place. Pour l'alimenter, les fermes travailleraient à plein régime et produiraient près de 20 tonnes de poisson par jour.
Pour l'instant, la ferme travaille en sous-traitance avec une usine locale pour assurer cette opération. Heiploeg travaille déjà avec les frères Mernissi sur l'export de crevettes décortiquées. La première récolte de la ferme, à titre d'essai, sera exportée dès cet été.
Les Mernissi insistent sur le caractère bio de leur production. Le poisson est élevé à base de produits naturels (farine de poisson et céréales fabriquées sur place) et ne reçoit aucun autre additif. Son élevage se fait dans de grands bassins sous serre pour la plupart dans le but de profiter au maximum de l'énergie solaire. De nuit, une chaudière au propane assure le relais pour maintenir la température.
Afin de mieux cerner la part de l'énergie dans le coût total, la société prévoit d'installer des éoliennes afin de produire l'énergie électrique nécessaire pour l'alimentation des installations.
Ce ne sont pas moins de 6 éoliennes de 30 mètres de haut qui seront installées dans la ferme avec une capacité totale de 8000 kVA à terme. Le coût de cet investissement à lui seul dépasse les 2 millions de DH, un investissement qui ne semble pas superflu, vu que la part énergie du coût de l'élevage avoisine les 40%.
Actuellement, pas moins de 75 personnes sont employées dans cette ferme, un chiffre qui risque de se voir multiplié par cinq sur les cinq prochaines années.
A noter que la production sera en grande partie automatisée. Le contrôle des différents débits d'eau et de température se fait par automate et la correction se fait en continu.
Les frères Mernissi n'ont pas peur de la concurrence. Outre le fait que leur production est d'ores et déjà vendue, ils veulent offrir le savoir-faire accumulé avec cette unité de pisciculture au profit des jeunes de la région.
De notre correspondant, Ali ABJIOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.