Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Zaïo : arrestation d'un individu impliqué dans la diffusion de contenu numérique incitant à la haine    ADD: Tout savoir sur les initiatives digitales en faveur de l'administration publique    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Aswak Assalam lance prochainement «Aswak Delivery», un service de livraison à domicile    Coronavirus : le groupe CDG annonce de nouvelles mesures au profit des TPME    Covid-19: Le ministère de la Santé appelle à la patience    Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce jeudi 2 avril    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Covid-19: l'Espagne passe à la phase de “ralentissement” de la pandémie    CDM reporte les échéances des crédits pour les clients impactés    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Coronavirus : plus de 700.000 bénéficiaires de l'indemnité forfaitaire    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Les réserves des centrales syndicales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Le Maroc n'y échappera pas    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les opérateurs mettent le cap sur la logistique
Publié dans L'Economiste le 01 - 06 - 2005

· L'informel se développe autant que les PME «structurées»
Le marché de la messagerie ne cesse de grossir. A côté de La Poste et la CTM, plusieurs PME marocaines ont investi le créneau: SDTM, La Voie Express, Maghreb Messagerie...
A l'instar du transport, le marché est en pleine expansion. Mais la diversité des opérateurs, l'imbrication des activités messagerie et transport et le foisonnement de l'informel (moins d'une vingtaine d'opérateurs sont structurés) ne permettent pas de le cerner. C'est en tout cas ce que répondent des opérateurs qui se montrent peu loquaces lorsqu'il s'agit d'avancer des chiffres de leur activité.
En revanche, et en dépit du poids de l'informel et du monopole de Barid Al-Maghrib (colis de moins d'un kilogramme), ils affichent un bon moral et parlent du développement de l'activité. Preuve que le marché est juteux et en plein essor.
C'est le cas entre autres de BAM dont la messagerie commercialisée sous la gamme Amana (lancée en septembre 2002), connaît des taux de croissance dépassant toutes les prévisions. «Le chiffre d'affaires Amana Express a doublé entre 2002 et 2004 et celui de la messagerie ordinaire, Amana Imtiaz et Iltizam, a triplé», est-il indiqué auprès des responsables d'Amana qui restent discrets sur les évolutions en valeur.
Autre réussite auprès des professionnels et entreprises dont la part dans le chiffre d'affaires global d'Amana est passée de 14% fin 2002 à plus de 35% fin 2004.
«Notre objectif est de nous ériger en intégrateur de l'ensemble des prestations messagerie», expliquent les responsables messagerie de BAM.
Même euphorie du côté de la filiale messagerie du groupe CTM. Depuis sa filialisation en 2000, l'activité ne cesse de progresser. «Aujourd'hui, le chiffre d'affaires est de 60 millions de dirhams», indique Nabil Bennani, directeur de CTM-Messagerie. C'est une flotte composée de 80 véhicules (du petit utilitaire au camion poids lourd) que le transporteur dédie aux opérations d'acheminement, de ramassage de marchandises et de livraison à domicile et location. Cette capacité est complétée par le parc d'autocars (environ 160 unités) du groupe dont les soutes sont chargées de colis. «Ce qui nous permet d'avoir des délais appréciés par la clientèle, j+1, voire j», souligne Bennani.
D'autres opérateurs encore plus discrets préfèrent, eux, parler plutôt en termes de tonnage. C'est le cas de la SDTM qui dit transporter une moyenne annuelle de 5,5 millions de colis, soit de 10 à 15.000 colis par jour. Elle dispose d'une flotte de 350 véhicules (3,5 et 8 tonnes). Le transporteur qui compte déjà 32 agences projette d'étoffer son réseau. «Une dizaine d'agences seront ouvertes sur Casablanca pour nous rapprocher des grands émetteurs d'activité», explique Thierry Moreno, directeur Marketing. Mais le plus grand atout de cette PME reste ses plates-formes. Au nombre de cinq actuellement, elles seront portées à 8 bientôt en prévision des opportunités qui se profilent avec notamment la mise en service du Tanger-Med et l'externalisation des activités de stockage de plus en plus courantes.
En effet, à l'instar de nombreux opérateurs, SDTM ne cache pas ses ambitions d'accentuer sa diversification dans la logistique. Le créneau est prometteur et nombre d'opérateurs préfèrent garder pour l'heure le secret sur leurs projets.
Des missions stratégiques pour le développement de cette activité sont lancées. Pour certains, des alliances sont même envisagées avec des enseignes internationales. Mais en attendant, estiment des professionnels, un peu d'ordre devrait être apporté au secteur pour assainir l'activité et réduire le poids de l'informel.
De leur côté, des entreprises clientes montent au créneau pour dénoncer les pratiques peu scrupuleuses de certains opérateurs. Il s'agit notamment du service d'encaissement ou de retour de fonds. Des opérateurs gèleraient les sommes encaissées pour le compte de leur client. Les rumeurs du marché parlent de plus de 100 millions de dirhams en souffrance chez les opérateurs. Interrogés, des transporteurs réfutent ces accusations. Il s'agirait selon eux juste d'un retard de 3 semaines, voire un mois. Un retard «somme toute normal», estiment des opérateurs de messagerie. Qu'en pensent leurs clients?
------------------------------------------------------------------------
Secteur bancaire, premier client
Selon les opérateurs, le gros de la clientèle est constitué par le secteur bancaire. Les assurances, organismes de crédit et de vente par correspondance, figurent aussi en bonne place. «Notre large couverture nationale (plus de 1.650 agences) nous permet d'attirer les opérateurs économiques constitués en réseau (banque, assurance…)», explique-t-on à La Poste. Les laboratoires pharmaceutiques constituent aussi une clientèle non négligeable. Ils sont suivis du textile et de l'agroalimentaire. La souplesse et la capacité d'intégrer les besoins les plus diversifiés et les plus complexes du client constituent des atouts dans ce marché fortement concurrentiel. C'est en tout cas ce qui permet à Amana par exemple de se démarquer sur le segment du monocolis (un colis d'un poids de moins de 30 kg muni d'une adresse).
Sur certains créneaux, comme les colis de moins d'un kilogramme par exemple, les opérateurs déplorent le monopole toujours exercé par Barid Al-Maghrib.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.