Le Masi soutenu par les premiers résultats du 3e trimestre    Saham Immobilier: Almaz revisite le moyen standing    Retraites en France: Comment combler le déficit    Les Algériens de nouveau appelés aux urnes    Oujda: Quand le football booste le tourisme local    Mafias de la santé    Des contes en ligne pour préserver l'héritage culturel    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Le Polisario mis à l'index au Pays Basque espagnol    Philippe Vasseur : On ne va pas changer le monde uniquement avec des décisions qui viennent d'en haut    Shinzo Abe, une longévité record sans successeur en vue    Unis contre Trump, les démocrates exposent leur division entre modérés et progressistes    Le régime successoral est à revoir    L'OCS croit pleinement en ses chances à Radès    Les billets du derby se font désirer sur internet    Euro 2020 : Casse-tête au tirage et chocs en perspective    Tiznit s'achemine vers un nouveau marketing territorial    Le Maroc, un acteur majeur dans le domaine industriel en Afrique    Saisie de 476 kg de cocaïne dans un appartement à Harhoura    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    Soukaina Fahsi enflamme le public de "Visa for Music"    Deux films marocains en compétition aux Journées cinématographiques de Kairouan    Malgré la polémique, le film de Polanski attire le public    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Mosquées: Ahmed Toufiq s'engage pour l'amélioration de la qualité des lieux    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    A Nador, interpellation de deux hommes pour trafic international de drogue et psychotropes de grande ampleur    Google durcit les règles pour les publicités politiques    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    Giovanna Barberis «La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance pourrait être accélérée»    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    Al boraq : 2,5 millions de voyageurs transportés à fin octobre 2019    Inauguration à Rabat du nouveau siège de la COMADER    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Edito : Modèle    Saisie de 476 kg de cocaïne dans un appartement à Harhoura    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ALE: Attention à la volatilité des avantages
tarifaires!
Publié dans L'Economiste le 12 - 04 - 2006

· S'ils ne sont pas exploités rapidement, ils risquent d'être caducs
· Si les ALE se multiplient, les préférences seront perdues
Trois mois après son entrée en vigueur, l'ALE avec les USA n'en finit pas de faire parler de lui. «Le temps est capital: ce qui est un avantage aujourd'hui ne le sera plus demain», déclare d'emblée, le 5 avril dernier, El Aid Mahsoussi, l'ex-chef du groupe de négociation des tarifs douaniers pour l'ALE, lors d'une rencontre autour de cet accord. Et qui a été organisée par l'Association des anciens élèves de Casablanca (ADEC).
Selon Mahsoussi qui est aussi le directeur de la coopération internationale à l'Administration des douanes, «l'érosion des préférences tarifaires est le piège à éviter». La tendance internationale du commerce penche vers le multilatéralisme des accords. Le démantèlement tarifaire est devenu la règle. Et les Etats-Unis se trouvent actuellement dans cette mouvance dans l'objectif de contrecarrer la concurrence chinoise. Conséquence: les concessions tarifaires acquises par l'ALE conclu avec le Maroc, à moyen terme, pourraient purement et simplement disparaître. Pour Mahsoussi, «l'interférence entre les accords multilatéraux et bilatéraux risque, à terme, de faire perdre des avantages tarifaires».
Le danger est de «se retrouver dans une situation similaire à celle d'un pays qui n'a pas signé d'accord de libre-échange sur les Etats-Unis», explique Mahsoussi.
C'est pourquoi ce dernier, sur un ton alarmiste, prône la réactivité économique. «Au lieu de polémiquer sur l'ALE, il faut activer la mise à niveau de notre économie», lance-t-il. Mais, comment y parvenir? Certaines niches offrent des possibilités d'exportation. «C'est le cas pour les produits maréchaux, la culture biologique…», précise-t-il, mettant l'accent aussi sur la mise en conformité avec les standards qualité US. En d'autres termes, il s'agit aussi d'être à cheval sur la réglementation sanitaire. Sur ce dernier point, le consommateur américain est intraitable. C'est d'ailleurs l'une des difficultés de pénétration du marché US. Et pour cause «celui-ci est fragmenté en plusieurs Etats ayant chacun sa législation sanitaire», explique-t-il. A ce niveau, les opérateurs marocains ont des efforts à faire: emballage, étiquetage, présentation… Si la mise à niveau ne s'opère pas, «l'accord risque de rester sur le papier», ajoute le directeur de la coopération.
Faut-il encore le répéter, le Maroc demeure confronté au double enjeu de la compétitivité et de l'attractivité. Vu que la polémique sur la nature politique ou économique de l'ALE est dépassée. «Un accord ne remplace pas les réformes économiques», souligne le responsable de la Douane. L'économie marocaine parviendra-t-elle à tirer profit de l'ALE? Mahsoussi n'en doute pas. D'autant plus que «les Etats-Unis ne sont pas seulement un marché d'exportation mais aussi d'approvisionnement», argumente-t-il. Dans quels délais l'économie marocaine y parviendra-t-elle? Toute la question est là.
------------------------------------------------------------------------
Quadrature du cercle
Durant la conférence, certains opérateurs économiques ont souligné le manque de communication sur l'ALE. «Relativement compliqué, il est difficile d'en discerner tous les contours», affirme un financier. C'est ce que le directeur de la coopération internationale surnomme la quadrature du cercle. «Vulgariser l'ALE, c'est exploiter son contenu. Cette maîtrise va permettre de mieux cibler le marché américain et donc de gagner du temps. Objectif: éviter l'érosion des préférence tarifaires».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.