El Othmani face aux conseillers    Grands films    FMI: Des perspectives mi-figue mi-raisin    Sommet afro-britannique: Des enjeux pour le Maroc    Tirage au sort CDM 2022: Les réactions de Vahid Halilodzic et de Mustapha Hadji    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    Le HCP appelle à l'élaboration d'un modèle de développement adapté aux nouvelles évolutions nationales et internationales    Le Roi Mohammed VI reçoit plusieurs ambassadeurs étrangers    Mohcine Jazouli : Le Royaume-Uni veut faire du Maroc une porte d'entrée vers l'Afrique    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    La Grèce élit sa première femme à la présidence de la République    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Insolite : Perché dans un tonneau    Défait par la Tunisie, le podium de la CAN s'éloigne pour le Sept marocain    Divers sportifs    Après le premier cas de contamination hors Asie, la Chine redoute la mutation du nouveau coronavirus    Divers    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Walid Regragui quitte le FUS pour rejoindre Al-Duhail    Abdellatif Jouahri met en avant le rôle des données économiques dans le suivi et l'évaluation des politiques publiques    Coronavirus chinois : la péninsule coréenne, en alerte, ferme ses frontières aux touristes    Sahara:La Bolivie retire sa reconnaissance de la pseudo «rasd»    Top ReKruteurs 2019 : BMCE Bank of Africa mène le bal    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole    Le WAC leader contesté, le Raja dénonce l'agression et l'arbitrage    L'opposition russe en désarroi après la réforme éclair de Poutine    L'équipementier Coréen Hands inaugure son usine à Tanger    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Marché des actions : Les succès et les échecs de 2019    La Caravane «Maroc-Innov» fait escale à Chichaoua au profit des jeunes porteurs de projets    Taroudant : Un couple soupçonné d'agression sur sa fille    Alerte au virus made in China !    CGEM: Jour "J" pour Alj et Tazi    Italie: Les «sardines» défient Salvini…    Mohcine Jazouli : le Maroc se positionne clairement comme un partenaire africain stratégique pour le Royaume-Uni    Arrestation à Meknès d'une vagabonde pour enlèvement présumé d'un nourrisson    Le directeur sportif du FC Séville”Monchi”: Youssef En Nesyri a un énorme potentiel    Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emploi & Carrière
Le groupe ESIG s'investit dans la formation paramédicale
Publié dans L'Economiste le 22 - 05 - 2006

· Située à Casablanca, l'école formera des infirmiers et des kinésithérapeutes
Forte demande pour les infirmiers polyvalents et les kinésithérapeutes, innovations accélérées des nouvelles technologies médicales, accroissement prévisible des besoins en médication avec l'assurance maladie obligatoire. Autant de facteurs qui ont poussé Azzeddine Bennani, président du groupe ESIG, à créer l'Ecole supérieure de la Santé et du paramédicaI (ESISP) à Casablanca en partenariat avec des Canadiens. Située en face de la faculté de médecine dentaire, l'établissement de niveau supérieur qui a nécessité un investissement de 7 millions de DH (incluant l'immobilier) va former des profils dans deux spécialités très demandées sur le marché de travail à savoir: la kinésithérapie et l'infirmerie. La première option, seule à être opérationnelle pour le moment, compte 12 professeurs et une dizaine d'étudiants. Elle est enseignée selon le programme du ministère de la Santé appliqué au sein de l'Institut de formation des carrières de santé. C'est l'un des rares domaines où la querelle d'équivalence des diplômes du privé a été réglée depuis des années. Le programme «Infirmiers polyvalents» offre une formation calquée sur celle du collège canadien Edouard Monpetit, partenaire de l'ESISP, et conduit à la double diplomation: diplôme d'études collégiales en soins infirmiers «DEC» et diplôme d'infirmier polyvalent de l'ESISP.
La formation initiale pour les deux filières se déroule sur trois ans après le baccalauréat. L'accès est réservé aux titulaires d'un baccalauréat scientifique ou d'un diplôme équivalent ayant réussi l'entretien de sélection. L'école offre la possibilité pour ceux qui le désirent de poursuivre des études de spécialité en Europe et au Canada pour les kinésithérapeutes et des études universitaires, doctorales et post-doctorales en sciences infirmières au Québec.
Les études alternent cours théoriques, travaux dirigés, travaux pratiques et stages dans les différents organismes de santé dont le CHU de Casablanca avec lequel l'école a signé une convention de stage en 2005. Les étudiants sont également initiés à la recherche à travers la préparation d'un mémoire ou d'un projet de fin d'études ainsi que la participation aux séminaires animés par des professionnels marocains et des experts étrangers. L'enseignement au sein de l'ESISP est assuré essentiellement par des vacataires «ayant une bonne connaissance du terrain». Des professeurs de la faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, des médecins, des kinésithérapeutes et des cadres et professionnels de la santé.
Le souci d'adapter la formation aux exigences du marché se reflète également dans l'adoption de «l'approche par compétences». Selon Denise Lussier, coordinatrice pédagogique, le choix d'une telle démarche se justifie par les multiples avantages pédagogiques qu'elle offre. «L'apprentissage par compétences permet de développer des qualités fondamentales telles que l'autonomie professionnelle, la responsabilisation et une capacité de transfert du savoir dans des situations de plus en plus complexes», explique-t-elle. Pour cela, des formateurs de l'ESISP ont suivi des stages d'immersion au collège Edouard Montpetit pour maîtriser cette technique d'apprentissage et la transmettre aux étudiants qui bénéficient de supports pédagogiques appropriés.
Avec un déficit d'environ 13.000 infirmiers et une rareté de kinésithérapeutes bien formés, les lauréats de l'ESISP ne risquent pas de chômer. Ils peuvent créer leur cabinet, comme ils peuvent travailler dans les organismes de santé tels les cliniques privées, polycliniques, centres de rééducation ou auprès des sportifs dans des centres de thalassothérapie et de balnéothérapie… L'accès au marché du travail québécois est également possible après autorisation de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. A condition de franchir de nombreux obstacles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.