ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cancer Colorectal: 3e cause de mortalité au Maroc
Publié dans L'Economiste le 12 - 10 - 2006


· Les thérapies ciblées portent de grands espoirs
· Une coloscopie est recommandée dès 40 ans
Parmi tous les types de cancer, les cancers de l'intestin (côlon et rectum) sont la troisième cause de mortalité au Maroc, derrière les cancers du sein et du poumon. C'est ce qu'a expliqué le 9 octobre à Casablanca, Dr Mounir Bachouchi(1), cancérologue au Centre d'oncologie Al-Azhar de Rabat et membre de la Société Marocaine de Cancérologie, animant une conférence sous le thème “Le cancer colorectal: les thérapies ciblées sont porteuses d'espoir”.
Pour le spécialiste, une alimentation pauvre en fibres, fruits et légumes frais, mais riche en graisse animale et protéines, peut développer un cancer colorectal. De même les personnes obèses, âgées de plus de 50 ans et manquant d'activité physique peuvent être atteintes de cancers colorectaux.
Lorsqu'un cancer du côlon est diagnostiqué tôt, les chances de guérison approchent les 100%. «La présence de polypes intestinaux bénins est un élément très important à surveiller, car ils évoluent très souvent vers des tumeurs malignes, il faut donc les traiter le plutôt possible», recommande Bachouchi. Le professeur conseille d'effectuer une coloscopie après 40 ans, tous les 5 ans. Un diagnostic qui coûterait environ 1.500 à 2.000 DH. «Des polypes enlevés c'est un cancer évité», note le professeur.
Quelles sont les signes les plus visibles du cancer colorectal? Le professeur cite d'emblée la présence de sang dans les selles, une perte de poids inexpliquée, des douleurs abdominales, des troubles du transit (constipation ou diarrhée) sans raison apparente. Bachouchi a illustré son exposé par des chiffres. Le cancer colorectal représente 13% de tous les cancers en Europe. L'OMS estime que 655.000 personnes en sont mortes dans le monde en 2005. En France, plus de la moitié des personnes atteintes décèdent des suites de cette maladie : les possibilités de dépistage sont trop peu utilisées. Le Maroc n'est pas épargné, mais il n'existe pas de registres permettant d'avoir des chiffres fiables.
Pour le cancérologue, les thérapies ciblées portent de grands espoirs. Plusieurs traitements sont disponibles sur le marché médical. L'une d'entre elles soulève beaucoup d'espoir : c'est le bevacizumab, commercialisé sous le nom d'Avastin®. Ce médicament a reçu son autorisation de mise sur le marché début 2004 aux Etats-Unis, début 2005 en Europe. Il est officiellement autorisé au Maroc depuis le mois de février 2006 pour le traitement de 1ère intention du cancer colorectal métastatique (qui a récidivé dans le colon et dans d'autres organes) en association avec un protocole de chimiothérapie classique. A signaler que le coût de traitement de longue durée reste cher (13.000 DH par cure) en l'absence d'une prise en charge totale et non partielle (AMO, entre autres).
Conscient de l'importance de ce médicament et de sa nécessité pour les patients cancéreux, le Maroc a autorisé son utilisation exceptionnelle depuis novembre 2004 (via des demandes d'ATU : Autorisation Temporaire d'Utilisation). «J'ai moi-même pu constater chez certains de mes patients des régressions spectaculaires des tumeurs colorectales et des métastases. Le principe de ce traitement est d'affamer et d'asphyxier les tumeurs, en les coupant des vaisseaux sanguins qui les alimentent», témoigne le Dr Bachouchi. De retour du congrès de l'ESMO à Istanbul(2), le spécialiste s'est informé des résultats d'une grande étude clinique réalisée sur plus de 2000 patients. Cette étude montre que l'adjonction de l'agent anti-angiogénique Avastin au protocole chimiothérapeutique Folfox-4 ou Xelox (Xeloda, chimiothérapie orale) améliore considérablement la survie sans rechute du cancer par rapport à la seule chimiothérapie.
Par ailleurs, il existe de fortes disparités régionales concernant les chiffres du cancer. Les pays développés sont beaucoup plus touchés que les pays en voie de développement. L'incidence du cancer est de 6,5 pour 100.000 habitants au Maroc alors qu'il est de près de 53 en France ou aux Etats-Unis, soit 8 fois plus (chiffres 2002 publiés par le Centre International de Recherche sur le Cancer). Le Maroc enregistre chaque année 40.000 nouveaux cas de cancer, dont seulement 12.000 sont pris en charge.
------------------------------------------------------------------------
Caméléon
AU niveau mondial, le cancer enregistre 10 millions de nouveaux cas par an. Dans les pays développés, il représente la 2e cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires. Les prévisions pour l'avenir ne sont pas optimistes. Les nouveaux cas sont estimés à 15 millions par an en 2020. Le nombre de décès causés par le cancer devrait passer de 7,6 millions en 2005 à plus de 11 millions d'ici 2030. Ceci est dû au vieillissement de la population, à l'évolution du mode de vie et aux facteurs environnementaux. Le cancer le plus fréquent dans le monde est le cancer du poumon. Il arrive en 1re place, à la fois pour le nombre de nouveaux cas et le nombre de morts par an. C'est le principal cancer chez l'homme, avec 965.000 nouveaux cas et près de 850.000 morts en 2002. Chez la femme, le cancer du sein arrive en tête, avec 1.150.000 nouveaux cas et 410.000 morts (statistiques Globocan 2002).
F.Z.T.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Il est aussi membre de l'European Society of Medical Oncology (ESMO) et de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO)
(2) Un congrès de cancérologie s'est tenu à Istanbul du 29 septembre au 3 octobre, organisé par l'ESMO. Plusieurs médecins marocains ont fait le voyage afin d'être directement informés des dernières avancées de la recherche. Parmi eux le Dr Mounir Bachouchi qui s'est informé des nouvelles stratégies de lutte contre le cancer colorectal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.