Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui ira devant le juge pour une portion de frites?
Publié dans L'Economiste le 04 - 09 - 2007


· Sortie au restaurant: Calculez large!
· L'addition peut être plus salée que prévu
Si vous comptez manger dehors, prenez avec vous un peu plus d'argent que nécessaire, ou bien votre carte de crédit. Car les prix indiqués sur la carte ne sont pas forcément ceux que l'on vous réclamera à la fin du repas. ہ moins que vous ne préfériez faire la vaisselle…!
Sur le menu d'un restaurant asiatique à Casablanca, on propose une brochette de poulet caramélisé à 25 DH. Au moment de passer à la caisse, surprise! C'est plutôt 49 DH que le client devra débourser pour ce plat. «Les prix ont changé», obtiendra-t-il pour toute réponse. Un peu plus loin, une chaîne libanaise affiche sur son menu que le prix d'un sandwich, accompagné de frites, est de 27 DH. Une note au bas du menu spécifie même que «tous les plats sont servis avec des frites». Malgré cela, c'est «tout nu» que vous sera servi votre sandwich à la kefta. Où sont les frites? «Désolé, il faut payer un supplément», vous répondra le serveur. Tant pis! La prochaine fois, vous rentrerez manger à la maison. Le lendemain, fort de votre résolution, vous partez faire vos courses au supermarché. Vous achetez une boîte de céréales, soldée à 30 DH (elle en coûte habituellement 45). ہ la caisse, on vous facture le prix régulier. Vous protestez et, à bout de nerfs, exigez de voir le patron. Gentiment, il vous expliquera qu'un employé avait tout simplement oublié d'enlever l'étiquette de solde sur le rayon. C'est donc 45 DH ou rien.
Ce genre de situation est malheureusement assez fréquent au Maroc. On le sait: la loi sur la protection du consommateur tarde à être adoptée. Mais en attendant, quels sont les recours qui existent? ہ l'évidence, les prix affichés doivent être ceux appliqués, car le menu tient lieu, dans le cas de la restauration, de contrat. Si ce n'est pas le cas, «cela s'apparente à de la publicité mensongère et à une imperfection de la vente pouvant ouvrir un recours», explique Me Mehdi Diouri, du cabinet éponyme. Le client qui s'estime lésé doit faire constater la différence entre le prix affiché et celui pratiqué par un huissier de justice. «Cela permet ensuite d'intenter une action en justice». Le problème, c'est que personne, ou presque, n'est prêt à se présenter devant la Cour pour une portion de frites. «Certains clients décident d'aller jusqu'au bout par principe, mais c'est très rare», concède Me Diouri. Dans la situation actuelle, et sans loi pour protéger le consommateur, les recours sont donc très limités. Le projet de loi, une fois adopté, devrait accroître le pouvoir des associations de consommateurs. Dans de nombreux pays occidentaux, celles-ci peuvent carrément faire de la représentation en justice, et sont à l'origine de nombreux recours collectifs. Mais attention! Il ne faut pas croire que le Maroc est le seul à traîner la patte, lance l'avocat. «Même en France, les recours collectifs des consommateurs viennent à peine d'être acceptés par les juridictions compétentes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.