Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONE: Qui doit payer le milliard d'arriérés?
Publié dans L'Economiste le 14 - 02 - 2008


· L'Intérieur sollicité pour arbitrage
· La Lydec et le Conseil de la ville se rejettent la responsabilité
Le conflit fait rage ente la Lydec et le Conseil de la ville sur 1,2 milliard de de DH d'arriérés dus à l'ONE depuis la cession de la RAD (ex-régie autonome de distribution). Or la Lydec s'était engagée à récupérer les créances de la RAD et de les déposer sur un compte spécial affecté aux règlements des différents fournisseurs. Ce qui a été fait, puisque l'autorité délégante (ministère de l'Intérieur) avait mandaté le repreneur (la Lydec) sur une période de trois ans (de 1997 à 2000) d'encaisser les impayés de l'ex-RAD et de régulariser les fournisseurs à hauteur de ce qui a été collecté, sous le contrôle de la tutelle. L'article 49 du contrat de concession y est consacré d'ailleurs. Il en ressort également que les dettes de la régie vis-à-vis de l'ONE se chiffrent à 1,192 milliard de DH et à 431 millions de DH pour l'ONEP. «Durant cette période de recouvrement, la Lydec a perçu près d'1 milliard de DH qu'elle a reversé aux différents bénéficiaires dont l'ONE», explique-t-on au sein de la Lydec. Et d'ajouter, «c'est l'autorité délégante qui a déterminé la proportion pour chaque débiteur». Ce mandat a-t-il été reconduit pour venir à bout de la totalité des arriérés? En effet, après une période de flottement, la reconduction du mandat est intervenue en décembre 2003. Celui-ci prendra fin avec l'adoption du bilan de clôture de la RAD. Entre-temps, la Lydec continue de recouvrer les impayés. A ce jour, aucun chiffre de recouvrement n'a été avancé. Cependant, il est indiqué que la répartition des règlements se fait sur la base de réunions régulières avec le département de tutelle. Apparemment, ce dossier des arriérés n'avance pas d'un cran. Les raisons sont à chercher ailleurs. Probablement au niveau de la balance des négociations (de reconduction de la concession) que mènent actuellement la Lydec et le Conseil de la ville.
Du côté du ministère de l'Intérieur, on ne parle pas du même montant. Pour ce département, il s'agit tout au plus de 900 millions de DH. Et au-delà, on précise que la Lydec n'est plus concernée par le dossier. «Il incombe à la commune de s'acquitter de la dette», affirme une source autorisée au sein du ministère de l'Intérieur.
Pour ce qui est du Conseil de la ville de Casablanca, c'est le silence radio. Le chargé du cabinet du Conseil est resté injoignable. Au cœur de cette tourmente, c‘est l'ONE qui paie les pots cassés. «A force de se jeter la pierre aucun des deux ne veut régler le différend», fait-on valoir auprès de l'Office. «Cela conduira certainement l'ONE à solliciter un coup de pouce de l'Etat».
Quel que soit l'angle selon lequel ce problème est abordé, c'est le statu quo. En attendant, les comptes de l'Office sont toujours au rouge. Rappelons qu'en 2006, l'établissement public a enregistré une perte sèche de 1,734 milliard de DH. Celle de l'année précédente n'était que de 240 millions de DH. Idem pour la capacité d'autofinancement qui est passée de 2,45 milliards de DH en 2005 à 215 millions en 2006. Cette érosion de la santé financière de l'Office a alerté plusieurs députés. Cela a même valu à son directeur général, Younès Maâmar, une convocation au Parlement pour explication.
------------------------------------------------------------------------
Optimisme
Le déficit de l'ONE se justifie par le redressement portant sur le traitement fiscal de Jorf Lasfar dans les comptes de l'Office ainsi que sur la fiscalisation du PERG (programme d'électrification des régions rurales). De plus, l'Office reste optimiste. Il cible un compte d'exploitation équilibré, et ce malgré un contexte énergétique international difficile et un gel des tarifs de vente de l'électricité.
Concernant la restructuration financière, il convient de rappeler qu'un schéma approprié a été proposé par l'ONE et validé par son conseil d'administration. Ce schéma est en cours de mise en œuvre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.