Maroc Telecom : Belle progression du chiffre d'affaires, au Maroc comme à l'étranger    Ouverture à Meknès des 10èmes assises de l'agriculture    98 MQx, la campagne céréalière 2018 sauvée de justesse    Lancement d'une nouvelle génération de carte nationale d'identité électronique    Le Club Afrique Développement et la SIB à l'heure des « Fintech »    Vidéo : Chaimaa interprète une chanson de Daoudia dans The Voice !    Semaine de la langue espagnole au Royaume du Maroc    Des programmes pour répertorier le patrimoine hassani    L'Istiqlal nomme un président du conseil national et rejoint l'opposition    Festival arabe du théâtre «El Feddane» à Tétouan    SM le Roi nomme de nouveaux ambassadeurs    CAN de Beach Volley U19 : le Maroc termine 4e de la compétition    Un adolescent britannique condamné pour avoir piraté le compte d'un ex-chef de la CIA    Un Marocain arrêté pour financement du terrorisme        Point de vue : Le pouvoir magique d'une photo    5 000 bénéficiaires au Raid International de Solidarité    Fusillade à Bruxelles en 2016: Abdeslam condamné à 20 ans de prison    Evénements de Jerada : Des peines avec sursis à l'encontre de sept mis en cause    Abdelhaq Al Arabi : «La hausse des salaires deviendra insignifiante en cas de sa généralisation»    SIAM : 1 400 exposants de 70 pays    Prix des médicaments : Les députés reviennent à la charge    La Task Force de la FIFA a évalué le dossier du Maroc    Remise des prix de la 45ème édition du Trophée Hassan II de golf    Prison locale Ain Borja: Taoufik Bouachrine jouit de tous ses droits légaux    Casablanca : Un officier de police placé en garde à vue    Macron aux Etats-Unis pour une visite pleine d'incertitudes    Au moins 48 morts et 112 blessés dans un attentat suicide à Kaboul    Abdellatif Hammouchi, le Marocain le plus influent en Afrique    15 milliards DH investis à Marrakech-Safi    Vidéo – Polémique: Gad El Maleh raciste ?    À 34 ans, l'artiste et animatrice télé, Wiam Dahmani, n'est plus    Les Américains, hors-jeu !    Edito : Autocritique    Administration publique : Le Maroc partage son expérience avec le Burundi    La FIFA de retour aujourd'hui au Maroc    Entrepreneuriat féminin : La BCP finance des PME ivoiriennes    Mohamed Salah élu joueur de l'année de Premier League    Triathlon :le Maroc conserve son titre grâce à Badr Siwane    Les fusillades dans les écoles américaines "en augmentation constante"    Turquie: Des élections avant l'heure...    USA: Une fillette de trois ans tire sur sa mère enceinte    «L'arsenal juridique et réglementaire de protection du patrimoine est caduc et désuet»    Le livre piraté, un tsunami qui inonde le marché!    Journées pédagogiques au profit des enseignants de français    Oujda : Un policier tente de se suicider en se tirant une balle    Santé: La grippe tue en masse en France    Destruction de plus de 6,4 t de Chira à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





10 ans de règne
Changer la société
Publié dans L'Economiste le 31 - 07 - 2009

· Moudawana, INDH, IER, champ religieux: les leviers
· Guerre à l'inégalité des chances, à l'injustice et aux fatwas
INTRONISATION de SM le Roi Mohammed VI en 1999. Mais l'année 2003 est le vrai point de départ d'une longue liste de réformes sociales majeures. Des réformes s'attelant à moderniser le pays et le doter de programmes pour lutter contre la pauvreté, l'inégalité et l'injustice. Cela démarre avec la création de l'IER (Instance équité et réconciliation) qui mènera une série d'audiences publiques des victimes des «années de plomb». L'objectif étant d'établir la vérité sur les atteintes aux droits de l'Homme depuis l'indépendance du Maroc en 1956. L'élément déclencheur de cette fièvre réformatrice est sans doute les attentats de mai 2003 perpétrés à Casablanca par des islamistes radicaux. Retour sur ces grandes réformes du règne de SM le Roi Mohammed VI.
Octobre 2003: Annonce par SM le Roi de la révision de la Moudawana. Un évènement qui a même décroché sa journée nationale le 10 octobre. Cette réforme emblématique comprend notamment l'élévation de l'âge minimum du mariage, la modification des procédures de divorce et de répudiation, la pénalisation du harcèlement sexuel, partage des biens acquis pendant le mariage en cas de divorce. Le tout pour garantir la protection des droits des femmes. Sans oublier l'entrée en vigueur du nouveau code du travail fondé sur le principe de la non-discrimination en matière d'emploi et de salaires. Le code de la nationalité est également un pas supplémentaire vers une société de droit. Toute mère marocaine pourra désormais transmettre sa nationalité à ses enfants, tout comme le père. Cette réforme revêt une grande importance du fait notamment de l'augmentation du nombre de mariages mixtes. Même si certains ont exprimé leur désaccord face à cette «menace pour l'identité nationale». Mais les avancées ne suffisent pas à améliorer significativement la position des femmes dans la société. «Les acquis sont confrontés au problème de l'application des nouvelles dispositions», martèlent sans cesse les associations de défense de droits des femmes. Résistances dans le système judiciaire et absence de mécanismes efficaces de suivi de la mise en œuvre de ces droits, difficultés quant à la perception des traditions et des prescrits religieux. Quant au volet politique, il y a une avancée démocratique: la participation des femmes est plus importante. Son ascension, dans la hiérarchie de l'Etat, s'est traduite par la nomination par le Souverain de la première conseillère auprès de Sa Majesté. La participation politique restait symbolique jusqu'aux dernières élections communales. De nombreuses ONG féminines avaient d'ailleurs réclamé l'instauration d'un quota garantissant l'accès des femmes à au moins le tiers de sièges. Cause gagnée puisque pour booster la représentativité au sein des communes de 2009, le législateur a adopté le système des quotas, qui a réservé aux femmes 3.260 sièges, soit une moyenne nationale de plus de 12%, contre 0,56% en 2003. En 2006, SM le Roi a nommé la première femme au poste de gouverneur (préfecture d'Aïn Chock), la femme a intégré divers domaines, avec un renforcement de sa présence au sein du gouvernement, dans le cycle diplomatique (ambassadrices), des forces de sécurité…
2004: Réforme du champ religieux en pleine montée des courants islamistes radicaux. Un travail de fonds est réalisé sur la foi musulmane, rétablissant le monopole de la monarchie sur l'espace religieux. Une réforme qui intervient dans une conjoncture également caractérisée par l'anarchie des fatwas. Cette réforme porte sur la restructuration du ministère des Affaires islamiques, la révision de la législation sur les lieux de culte ainsi que la modernisation de l'enseignement religieux dans le Royaume. Une commission a aussi été créée pour donner des avis religieux sur des questions d'intérêt général et réglementer les fatwas. En 2008, le Souverain a annoncé une réforme du Conseil supérieur des oulémas, des imams et des mosquées. Une place de choix est accordée aux mourchidates en ce qui concerne l'encadrement de la vie familiale et la prise en charge des questions propres à la femme. SM le Roi les a exhortées à inculquer aux femmes les «valeurs d'un islam tolérant». La réforme s'est aussi concrétisée par le lancement d'une chaîne de télévision et une radio dédiées à l'islam. L'octroi de bourses de recherche pour les imams, les prédicateurs et les lauréats de l'université Quaraouiyine de Fès pour étudier dans des universités anglo-saxonnes sont quelques-unes des autres facettes de cette réforme.
Mai 2005: Lors du discours à la nation, le Souverain annonce la création de l'INDH (Initiative nationale pour le développement humain). Le programme vise la lutte contre la pauvreté, contre l'exclusion sociale en milieu urbain ou encore la lutte contre la précarité. Le plan initial prévoyait une enveloppe de 10 milliards de DH, à répartir entre 2006 et 2010. Une présentation de l'état d'avancement du chantier de développement en mai 2009 (cf. www.leconomiste.com) a révélé que sur la période 2005-2008, plus de 16.000 projets ont été lancés. L'investissement s'élève à 9,7 milliards de DH avec une contribution de 5,5 milliards de DH du budget de l'INDH. Le reliquat a été mobilisé auprès des communes concernées et plusieurs bailleurs de fonds publics et privés. Près de 4 millions de personnes appartenant aux communes ciblées ont déjà bénéficié du programme. Même si les résultats ne sont pas encore tous palpables, ces réformes ont contribué à aligner le Maroc sur les lois internationales d'égalité entre les citoyens. Cependant, des «défis majeurs» restent à surmonter. En priorité l'éducation, la formation et le développement des infrastructures sanitaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.