Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emploi et Carrière
L'ESC Rennes ouvre à Rabat à la rentrée 2010
Publié dans L'Economiste le 22 - 09 - 2009

· Un partenariat avec l'Université internationale de Rabat
· Deux programmes déployés: Bachelor et Grande Ecole
L'Ecole supérieure de commerce de Rennes confirme l'ouverture d'un campus au sein de l'Université internationale de Rabat (UIR) en septembre 2010 sur le site de la technopole de Salé. L'école a été mandatée par les promoteurs du projet de l'UIR pour lancer une business school. Elle y déploiera ses deux programmes phares, l'International Bachelor Program in Management et le cursus « Grande Ecole» dès la rentrée de l'année prochaine.
Le programme Bachelor s'adresse aux bacheliers et formera des managers de terrain aux techniques de management dans les domaines bancaire, logistique... Le programme «Grande Ecole» formera «des managers de siège social», selon l'expression de Olivier Aptel, directeur général de l'Ecole supérieure de Commerce de Rennes. Ce programme recrute des élèves de classes prépas, une frange limitée y accédera par admission parallèle.
La campagne de recrutement a démarré. La business school commencera avec 200 premiers élèves dans l'objectif d'en atteindre un millier à moyen terme. L'école a recruté sur place un directeur délégué, Saad Laraki, en charge de lancer les opérations de recrutement et de la logistique. A ce jour, les frais de scolarité ne sont pas encore définitivement fixés, mais ils se rapprocheront de niveaux pratiqués par les écoles de management, c'est-à-dire entre 5.000 et 10.000 dollars par an et par étudiant avec des possibilités d'obtention de bourse, lâche le directeur général de l'ESC Rennes.
«Cette ouverture s'inscrit dans le cadre du plan de développement stratégique de l'école qui prévoit la création de campus délocalisés répartis dans le monde sur des zones à fort développement économique», indique Olivier Aptel. L'objectif étant de constituer des pôles de formation et de recherche en management. Il s'agit pour l'école d'aller vers les étudiants plutôt que de les faire venir. Le Maroc est la deuxième expérience d'implantation à l'étranger de l'ESC Rennes après la Chine. D'autres projets sont prévus en Russie et en Amérique latine.
La business school de Rennes qui fait partie de la vague des écoles étrangères qui viennent proposer leur formation au Maroc ne devrait-elle pas pousser le ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur à activer le mécanisme d'accréditation des diplômes des écoles privées marocaines, prévue initialement par la réforme?
------------------------------------------------------------------------
Deux questions au directeur général
- L'Economiste: Comment sera constitué le contenu pédagogique de la formation?
-Olivier Aptel: Le ministère de l'Education nationale vise le diplôme et délivre le grade de Master à ce programme Grande ةcole. Il sera aussi visé par le ministère de l'Education nationale marocain. Ce visa du ministère français devra s'appliquer aussi sur les études au Maroc. Les modules de formation seront assurés par des professeurs de l'ESC Rennes qui délivrera des diplômes équivalant à ceux dispensés en France. L'école a aussi l'intention de développer un Executif Education. Des démarches particulières seront entamées auprès des entreprises marocaines.
- Qu'est-ce qui a été déterminant dans votre partenariat avec l'UIR?
- Le choix s'est porté sur l'ESC Rennes parce qu'en France l'école fait partie de celles dont le ratio en termes d'internationalisation est le plus fort. 80% des professeurs viennent de 25 pays étrangers. Un tiers des étudiants sont étrangers. Une grande partie de la formation est dispensée en anglais. L'expérience et la capacité de déployer sa formation à l'étranger ont été des facteurs décisifs dans notre partenariat avec l'Université internationale de Rabat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.