Un voyage dans les tréfonds de la peinture marocaine!    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Charlize Theron dénonce les conditions de tournage de "Braquage à l'italienne"    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Le Bayern et le Barça en quart !    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emploi et Carrière
Europe/Universités: Plus de mobilité en 2020
Publié dans L'Economiste le 15 - 03 - 2010

· Près de 20% des étudiants pourront étudier à l'étranger
· De nouvelles bourses seront nécessaires
· Lancement de l'espace européen de l'enseignement
Ils sont plus de 20% des étudiants européens qui devront pouvoir étudier à l'étranger chaque année à partir de 2020. C'est la décision de 46 ministres européens de l'Enseignement supérieur réunis la veille du week-end à Budapest à l'occasion de la conférence ministérielle du processus d'harmonisation de l'enseignement supérieur européen. «L'objectif est d'augmenter à 20% le taux de mobilité des étudiants en 2020», a déclaré le ministre hongrois de l'Education, Istvan Hiller. Selon les estimations, aujourd'hui, 3% environ des étudiants européens vont suivre chaque année des cours dans une université étrangère dans les pays impliqués (47 avec l'admission jeudi dernier du Kazakhstan) dans le processus de création d'un espace européen de l'enseignement supérieur, lancé il y a dix ans à Bologne. Pour la Hongrie, Istvan Hiller veut faire passer le taux de 2% à 10%.
A Budapest, les ministres ont fait le point sur les dix premières années du processus de Bologne, destiné à faciliter la mobilité des étudiants et des diplômés et rendre les universités européennes plus compétitives. Par ailleurs, de nouvelles bourses seront nécessaires pour favoriser la mobilité des jeunes Européens au cours de leur formation, a estimé la commissaire européenne à l'Education, Androulla Vassiliou. «Tous les jeunes gens, pas seulement les étudiants, devront avoir en 2020 l'opportunité de passer du temps dans un autre pays durant leur jeunesse», selon la stratégie de l'UE pour la prochaine décennie, a-t-elle rappelé lors de la deuxième partie de la conférence à Vienne.
Les ministres ont lancé vendredi dernier l'espace européen de l'enseignement supérieur à Vienne. «La deuxième décennie ne sera pas celle de la réorganisation. Elle sera dédiée à la pratique. Il y aura plus d'avantages que d'inconvénients», a ajouté le ministre, répondant aux critiques sur la mise en œuvre des mesures adoptées depuis 2000. «Les universités européennes réussiront si elles arrivent à coupler l'enseignement supérieur, l'innovation et la recherche-développement».
S'ils en approuvent les objectifs en termes de mobilité et d'amélioration de la qualité des enseignements, les étudiants ont aussi un point de vue critique. La mobilité connaît encore des obstacles (reconnaissances des matières entre universités, financement) et le nouveau diplôme de licence (bachelor) n'a pas encore fait ses preuves sur le marché du travail dans les pays où il n'existait pas auparavant. Un point de vue partagé par les recteurs des universités européennes.
En amont de la conférence, les recteurs ont cependant salué la mise en place dans 95% des institutions du système unique de diplômes dit LMD (licence/bachelor en 3 ans, master en 5 ans, doctorat en 8 ans), fondé sur le modèle anglo-saxon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.