Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Wafasalaf: Recul du PNB à fin septembre    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coopération militaire : À quoi sert l'Africom ?
Publié dans Les ECO le 10 - 06 - 2015

La sécurité, la stabilité et la prospérité sont les missions affichées par Africom. Ambiguë ou contestée, il n'en reste pas moins que cette plateforme militaire est au cœur des questions militaires et sécuritaires stratégiques sur un continent qui attise les convoitises.
C'est dans l'un des quartiers verdoyants de la ville de Stuttgart, en Allemagne, que se niche le siège du Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (United States Africa Command ou Africom) au cœur de la caserne de Kelly. Il semble à première vue qu'il s'agit d'une simple caserne sous la surveillance de quelques militaires et pourtant, c'est là que se fait depuis sa création en 2007, la coordination des différentes activités militaires et sécuritaires des Etats-Unis sur le continent africain. Mission ambiguë, contradictoire pour certains ou expression de la force et de la domination américaine pour d'autres, Africom n'en demeure pas moins au cœur des questions sécuritaires stratégiques en Afrique. Il en est même le pivot pour certains observateurs, ceci depuis la montée du salafisme et de l'extrémisme dans la corne de l'Afrique ; Boko Haram qui sévit au Niger, le terrorisme islamique au Maghreb et le chaos en Libye.
Et au-delà, il y a sans nul doute les enjeux économiques, notamment la géopolitique du pétrole et la compétition économique sur un continent qui attisent les convoitises, en l'occurrence chinoises. «Le commandement des Etats-Unis pour l'Afrique, de concert avec des organismes inter-institutionnels, renforce les capacités de défense, répond aux crises et dissuade les menaces transnationales pour promouvoir les intérêts nationaux des Etats-Unis, favorise la sécurité, la stabilité et la prospérité», précise Chuck Prichard, porte-parole d'Africom, lors d'une rencontre avec une délégation de journalistes marocains et tunisiens au siège d'Africom.
Pour lui, ce commandement unifié est en charge des activités militaires des USA en Afrique depuis 2008, alors que celles-ci étaient auparavant partagées entre l'USEUCOM (United States European Command), le commandement européen et l'USCENCOM (United States Central Command), basé en Floride. Ce dernier commandement a par ailleurs gardé l'Egypte dans son giron vu son rôle stratégique dans la région du Moyen-Orient. Il explique que ses tâches essentielles, dans le cadre du renforcement de la coopération régionale, consistent à contrer les organisations extrémistes violentes (VOE) et leurs réseaux, à appuyer le renforcement des institutions de défense, le renforcement de la sécurité maritime, les opérations de maintenance de la paix, les réponses humanitaires, les réactions aux catastrophes et à lutter contre les flux illicites.
Il réfute aussi le rôle du gendarme du monde que lui colle certains médias ou observateurs ainsi que l'instabilité ayant augmenté en Afrique et alimenté le militarisme de Washington sur le continent. «Le commandement n'intervient sur le continent que sur la demande des gouvernements africains et c'est en appui au travail des ambassades en Afrique», précise-t-il. Et d'ajouter qu'«Africom fournit la partie militaire des relations et partenariats des USA. Celle-ci étant assurée par différentes composantes de l'armée. La composante terrestre US Army Africa basée en Italie, la composante aérienne US Army Africa basée en Allemagne et la composante amphibie US Marines Forces Africa basé en Allemagne...Toutefois, il est exigé l'approbation du président, qui lui-même a besoin de celle du Congrès américain».
Africom sur plusieurs fronts
Quoiqu'on dise de la mission d'Africom, il est bel et bien sur plusieurs fronts avec l'appui de 4.000 personnes par jour, dont 2.000 militaires et civils dans le camp de Djibouti, des programmes stratégiques de plusieurs millions de dollars ainsi que des partenariats stratégiques. «Sur les 2.000 personnes qui travaillent pour Africom, il y a 1.500 personnes militaires et civiles qui sont basées à Stuttgart, le reste étant partagé entre la base militaire McDill en Floride et une autre au Royaume-Uni....Les activités militaires sont pilotées souvent par de petites équipes pour une courte durée». Le chef d'Etat-Major et général Kingsley a d'ailleurs mis l'accent sur ces partenariats lors d'une rencontre avec une délégation de journalistes.
En se contentant de lire un speech très officiel, Kingsley insiste sur le fait qu'Africom agit en collaboration avec les gouvernements locaux. «Bien qu'il existe des défis en Afrique, je reste optimiste quant à son avenir», a-t-il conclu. Le commandant Bill Parsons, présenté comme le spécialiste du Maroc et de l'Afrique du Nord a de son côté détaillé les programmes avec les partenaires africains, après avoir rappelé les missions d'Africom telles que la lutte contre le terrorisme transnational, le trafic illicite, la sécurité des frontières ainsi que les solutions bilatérales et multilatérales montées en partenariat avec les gouvernements locaux.
Il a expliqué que les USA, via Africom, travaillent avec les Nations Unies, entre autres, sur la formation des forces de maintien de la paix, assurent leurs transports. «Nous travaillons en appui de la politique américaine et en accord avec les ambassades américaines dans les pays africains. Il y a différents types de programmes : les manœuvres militaires et des activités de formation entre autres avec de petites équipes d'experts militaires d'Africom», a-t-il précisé. Le partenariat d'Africom avec le Maroc, la Tunisie ou l'Algérie se traduit essentiellement par des exercices et des manœuvres militaires comme les récentes opérations «Lion africain» à Agadir ou «Phoenix express» en Tunisie.
Néanmoins, il arrive qu'Africom refuse d'intervenir au niveau de certains pays. «Certains nous reprochent de ne pas intervenir au Niger contre Boko Haram, sachant que nous avons reçu beaucoup de demandes dans ce sens de la part du gouvernement nigérien et il a été difficile de leur faire comprendre que les interventions nécessitent l'approbation du président et du Congrès américain, néanmoins nous apportons un appui à la coalition régionale», a-t-il précisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.