Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Je suis plus pop que rock déjà!»
Publié dans Les ECO le 13 - 09 - 2013


Laïla Marrakchi
Réalisatrice, scénariste
Elle s'est faite connaître en réalisant Marock en 2006. Petit film sans prétention, plein d'humanité et qui en dit long sur la société marocaine, celui-ci est devenu grand, presque malgré elle. Aujourd'hui, Laïla Marrakchi sort Rock the Casbah, un film «familial» construit autour d'un patriarche.
Les ECO : Vous sortez Rock th Casbah 10 ans après Marock. Prenez-vous toujours votre temps entre deux réalisations ?
Laïla Marrakchi : Non, pas du tout! Je suis tombée enceinte après Marock, et les circonstances ont fait que je ne n'ai pas pu reprendre le travail tout de suite. Pendant deux ans, j'ai développé un projet sur un film historique assez important qui ne s'est jamais fait. Cela fait 7 ans maintenant. J'ai travaillé 2 ans sur ce film: entre l'écriture, le travail et le jour où on vous le montre, il se passe beaucoup de temps (Rires).
Vous puisez beaucoup dans la société marocaine et dans des situations qui semblent inspirées de votre vie. Comment est née l'idée du film, et d'où puisez-vous l'inspiration ?
Elle est née juste après Marock. On a eu un décès dans la famille, et on a dû vivre ensemble pendant 3 jours. Je me suis dit qu'écrire sur l'enterrement et nos traditions pouvait être intéressant. L'évènement était donc le point de départ, et je me suis dit «3 jours, 3 actes». J'ai écrit 2 ou 3 pages et j'ai laissé... Je me suis concentrée sur le projet qui n'a finalement pas vu le jour et je suis revenue à cette histoire. De l'eau avait coulé sous les ponts, il y avait beaucoup de choses à raconter...Et voilà! J'ai mis tout ce que j'avais sur le cœur et dans la tête lors de cet enterrement.
Vous prenez des sujets marocains, mais vous vous amusez sur le casting, qui est aussi impressionnant que cosmopolite. Est-ce une volonté de votre part ?
Absolument! Le casting était compliqué parce qu'il fallait créer une famille cohérente. Ce n'est pas simple de trouver les actrices qui incarneront les sœurs, celle qui jouera la mère, etc. Le sujet est certes «marocain», mais je voulais l'ouvrir au maximum. Ce n'est pas parce que j'ai choisi de travailler sur un sujet marocain au Maroc que je suis obligée de ne prendre que des acteurs marocains. L'idée était d'avoir un casting panarabe de la Palestine avec Hiam Abbas, d'Egypte avec Omar Sharif en passant par le Liban avec Nadine Labaki. C'est une envie. Le fait qu'il s'agisse d'une fiction et non d'un documentaire me permet aussi de jouer comme je veux. J'ai trouvé mes personnages à travers ces acteurs.
A-t-il été facile pour vous de diriger autant de grands acteurs? Quelles difficultés avez-vous rencontrées lors du tournage ?
La difficulté résidait dans le fait qu'on n'avait pas beaucoup de jours de tournage -seulement 32- et qu'il fallait diriger tout ce beau monde dans beaucoup de scènes de repas, de figuration, de scènes de groupes, etc. On n'a pas eu beaucoup de temps de préparation avec les actrices, entre les costumes et les agendas respectifs de celles-ci, mais cela s'est très bien passé dans l'ensemble...
Après Casablanca qui tient le rôle principal dans Marock, vous choisissez Tanger pour Rock the Casbah. Pour quelles raisons ?
Au départ, l'histoire se déroulait à Casablanca, mais je ne trouvais pas de maison. De plus, je me suis dit que j'avais déjà «utilisé» la ville dans Marock. Le régisseur m'a proposé une maison dans les hauteurs de Tanger. Je l'ai trouvée formidable ! Je suis tombée amoureuse de cette maison, sorte de paradis perdu, suspendu entre la terre et le ciel. Tourner à Tanger devenait une évidence, puisque cela permettait d'opérer une sorte de distanciation par rapport à Casablanca, où je suis née et que je connais par cœur. Idem pour les actrices, ce qui accentuait le côté fiction. Je connais bien Tanger pour y avoir tourné mon premier court métrage aussi. C'est une ville nostalgique, mélancolique où il y a plein de fantômes comme celui d'Omar Sharif. J'adore cette ville...
Vous avez un rapport particulier avec la musique. On le sent dans la BO des films et dans le mot «rock» qui revient à chaque fois. Pourquoi ?
Je suis plus pop que rock déjà! (Rires). «Rock the Casbah», c'était vraiment un hasard. Le titre fait référence au classique des Clash, mais je l'ai gardé puisque c'est quand même une métaphore du film. C'est une chanson protestataire et un hymne à la liberté, ce côté me plaisait... La musique pour moi fait partie intégrante du processus d'écriture.
Qu'en est-il de vos projets ?
J'aimerais m'attaquer à autre chose, voir d'autres horizons, d'autres pays...on verra ! (Sourire).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.