Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la Renaissance Sportive de Berkane    Jeunesse et espoir    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entrepreneuriat : Une nouvelle manne financière s'ouvre aux startups
Publié dans Les ECO le 21 - 07 - 2016

MITC Capital, société gestionnaire du Maroc Numeric Fund et OCP Entrepreneurship Network lancent d'un club de business angels dédié aux startups basées au Maroc. Ce dernier comptera une dizaine de business angels opérant des nouvelles technologies et l'industrie et pouvant accompagner les startups avec des tickets d'investissement de 100 MDH à 1MMD.
Bonne nouvelle pour les jeunes entrepreneurs marocains. MITC Capital, société gestionnaire du Maroc Numeric Fund et OCP Entrepreneurship Network viennent d'annoncer le lancement d'un club de business angels dédié aux startups basées au Maroc et dont l'activité a essentiellement trait à la technologie. Ce nouveau club comptera dans un premier temps une dizaine de business angels de renommée, actifs aussi bien dans le secteur des nouvelles technologies que dans l'industrie.
Ces derniers ont tous la capacité d'accompagner les start-up cibles avec des tickets d'investissement allant de 100 MDH à 1 MMDH. Outre un simple soutien financier, les porteurs de projets bénéficieront d'une mise à disposition des compétences, de l'expérience et des réseaux relationnels des business angels. Pour en bénéficier, les entreprises devront passer des étapes de sélection, mission qui sera assurée par le club. Seuls «les projets à fort potentiel de croissance seront sélectionnés et leurs porteurs accompagnés dans la préparation de leurs dossiers d'investissement afin de les présenter aux membres du club lors de séances de pitching dédiées», explique-t-on auprès des initiateurs de ce club de business angels. Le projet de ces jeunes pousses devra également être «innovant» et «posséder des avantages concurrentiels significatifs avec des fondateurs de qualité».
Dans cette lignée, l'objectif de ce club est avant tout d'apporter une aide technique aux entrepreneurs mais aussi de les aider à trouver des investisseurs. Pour y accéder, il suffit pour lesdites startups d'être basées au royaume et d'opérer «dans les technologies de l'information et de la communication, les green techs ou les biotechs». Pour l'heure, une dizaine de business angels font déjà partie du club et proposent aux startups intéressées des financements. Afin de présenter les entrepreneurs aux business angels, des pitchs mensuels seront organisés au Technopark Casablanca, vivier de l'entrepreneuriat au Maroc. MNF Angels espère présenter à ses business angels pas moins de 20 jeunes entreprises par an.
Répondre à un besoin
Nombreuses sont aujourd'hui les startups qui relèvent des difficultés dans l'accès au financement d'amorçage. De manière générale, les porteurs de projets déplorent une rareté voire une absence de structures spécialisées, ce qui constitue souvent un problème qui peut étouffer le développement des jeunes entrepreneurs. Le capital d'amorçage destiné à financer la startup encore au stade de la R&D et le capital-risque destiné aux startups en cours de création ou déjà créées sont en effet peu pratiqués au Maroc. En attestent les données officielles disponibles auprès de l'Association marocaine des investisseurs en capital (AMIC) qui font état, depuis les débuts des fonds d'investissement au Maroc, avec le Fonds Moussahama de la Banque Populaire en 1993, de 10 milliards de DH qui ont été investis en capital-investissement dont seulement 5% ont été consacrés au capital-risque et 2% à l'amorçage. Aujourd'hui avec le lancement de ce nouveau club de business angels, les startupers pourraient y voir une nouvelle porte qui s'ouvre au financement de leurs projets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.