Un voyage dans les tréfonds de la peinture marocaine!    Projet d'Akon en Afrique    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages    Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Charlize Theron dénonce les conditions de tournage de "Braquage à l'italienne"    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Le Bayern et le Barça en quart !    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Régularisation des migrants : La machine est rodée
Publié dans Les ECO le 22 - 02 - 2017

Les premières cartes, dans le cadre de la deuxième vague de régularisations, seront délivrées en mars prochain. Selon le ministre de tutelle , les demandes d'intégration ont déjà atteint 17.000 en, seulement, deux mois. Est prévue l'ouverture de quatre bureaux d'attribution des contrats de travail à Casablanca, Tanger, Marrakech et Agadir.
Ce ne sont pas moins de 17.000 demandes qui ont été déposées, depuis le lancement de la deuxième phase de régularisation des migrants, le 15 décembre dernier. Ce chiffre a été dévoilé hier à Rabat par Anis Birrou, ministre chargé des Marocains résidant à l'étranger et des Affaires de la migration, à l'occasion d'un atelier sur l'insertion socioprofessionnelle des migrants. Une initiative qui s'inscrit en droite ligne de la politique marocaine qui privilégie une insertion complète à travers la formation et l'ouverture du marché du travail aux migrants. Ce n'est pas fortuit que l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), relevant de l'ONU, intensifie son partenariat avec le Maroc depuis le lancement de sa nouvelle approche migratoire sous l'impulsion royale en 2013. Une collaboration actée par ce premier atelier à travers lequel l'OIM accompagne le Maroc via la détermination des acteurs clés au niveau local et régional tout en apportant des réponses appropriées aux manquements et besoins spécifiques des migrants.
D'ailleurs, Ana Fonseca, chef de mission de l'OIM, a souligné dans ce sens que le Maroc donne l'exemple en garantissant une intégration réussie des migrants, grâce à plusieurs mécanismes légaux et logistiques. Et la responsable d'ajouter qu'une étude a été réalisée pour mieux connaître les profils des migrants et, partant, leurs besoins en travail et surtout leurs capacités et leur savoir-faire. Jusqu'ici, 135 femmes migrantes ont bénéficié de formations et 41 d'entre elles sont déjà insérées dans le monde du travail. Cette dynamique ira crescendo avec la deuxième phase de régularisation. Interrogé par les Inspirations ECO, le ministre de tutelle affirme que les premières cartes d'immigrés, au titre de la deuxième phase, seront délivrées en mars prochain, deux mois seulement après le lancement de cette vague. Le ministre explique cette célérité par l'expertise acquise tout au long de la première vague de régularisation. La machine est donc bien huilée et les structures se mettent en place et améliorent leur coordination.
En effet, dans un souci de proximité, Abdeslam Seddiki, ministre de l'Emploi, a annoncé la mise en place de quatre bureaux d'octroi de visas de travail à Casablanca, Tanger, Marrakech et Agadir. Le Maroc, qui abritera en décembre 2018 le Forum mondial de la migration, juste après l'Allemagne, devient très visible sur les radars de la migration grâce à son approche volontariste, sans a priori et surtout à visage humain. À chaque étape de ses multiples visites en Afrique, le souverain est salué par les chefs d'Etats africains pour son engagement en faveur des préoccupations du continent et à leur tête les questions migratoires. Sur le plan conventionnel, il y a lieu de noter que le Maroc a été le deuxième pays, dans le monde, à ratifier la convention sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.
Au cours de l'année 2016, le royaume a ratifié la convention n° 143 sur les travailleurs migrants (dispositions complémentaires) et poursuit la réflexion sur la ratification de la convention n°118 sur l'égalité de traitement en sécurité sociale. Autant d'actions et d'engagement qui font du Maroc un modèle dans la région pour tout ce qui a trait aux questions migratoires.
L'importance des visas de travail
En matière d'insertion dans le marché du travail, outre l'accès des migrants régularisés aux services de recherche d'emploi fournis par l'Agence nationale de promotion de l'emploi et des compétences (ANAPEC), les dispositifs incitatifs à l'emploi (emploi salarié - auto emploi) leur sont désormais accessibles. Par ailleurs, lors de la délivrance des visas de travail par les services du ministère de l'Emploi, l'opposabilité au marché de l'emploi ne leur est plus exigée. Plus encore, le département de l'Emploi a lancé une réflexion sur la procédure d'octroi des contrats de travail des étrangers dans le but de l'actualiser et d'opérer des changements de fond. «Nous nous sommes ainsi engagés à simplifier et à réviser le cadre réglementaire régissant la gestion des flux migratoires économiques au regard des instruments internationaux ratifiés et des accords bilatéraux conclus par le royaume, et ce, afin de les rendre plus explicites et favorables à la préservation des droits des migrants réguliers», explique Seddiki.
Tags: Immigration Régularisation OIM Maroc


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.