Le CNDH promeut la parité en politique à travers une série de rencontres régionales    Lancement d'un guide pour des espaces publics urbains plus accessibles aux femmes et aux filles    Paiement sans contact: Visa et CMI augmentent le plafond    France: plus de 320 mille emplois détruits dans le privé en 2020    Accord Maroc-Royaume-Uni: une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers de l'après Brexit    A 5 jours du coup d'envoi, la CAN U17 au Maroc annulée    FRMGolf lance sa 7ème académie    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 6 autres pays    Tétouan : saisie de 2 286 kg de chira    Action solidaire : Jumia assure gratuitement les livraisons du restaurant de l'ASF    derb ghallef: la bnpj démantèle un réseau de trafic d'objets électroniques provenant de la contrebande    Présidence de la CAF : Ahmad "destitué", Omari" intronisé "!    Conseil de la FIFA: le président du WAC réagit aux propos d'Ouaddou    Défense des femmes : les Etats-Unis comptent renforcer leur engagement à l'ONU    IFC, la Bourse de Casablanca et ONU-Femmes joignent leurs efforts pour la parité des genres    Parcs aquatiques: les professionnels créent un collectif et tirent la sonnette d'alarme    Eliminatoires de la CAN 2021: Vers le report des prochaines journées prévues fin mars    Enseignement : le distanciel, pierre angulaire du système éducatif    L'école belge au Maroc renforce son programme scolaire    Lois électorales : Le moment de vérité pour l'amendement patronat    Crise financière et crise sanitaire / Olympique Lyonnais : une partie des salaires transformée en actions de l'OL Groupe    Solutions de financement : OCP et GCAM misent sur le mobile    Train à hydrogène : Alstom en contact avec le Maroc ?    Première visite de Trump à New York depuis sa défaite aux élections    Officiel: la CAN U17 vient d'être annulée    Bounou de retour avec le FC Seville lors du déplacement face à Dortmund.    Carte intégrale du Royaume : La nouvelle cible de la diplomatie algérienne    8 mars: Hay Mohammadi rend hommage aux femmes méritantes (VIDEO)    Covid-19 au Maroc : 102 nouvelles infections et 120 735 injections administrées en 24 heures    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Accès aux soins-confinement : Un parcours du combattant pour les ménages dirigés par des femmes    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Le Maroc élu à la vice-présidence    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Weah grand favori des élections
Publié dans Les ECO le 26 - 12 - 2017

Les Libériens votent aujourd'hui pour élire leur nouveau président lors d'un second tour qui oppose la légende du football et le seul africain à avoir remporté le «ballon d'or», George Weah, au vice-président sortant, Joseph Boakai. L'ex-star du PSG et du Milan AC part avec une confortable avance, lui qui a raflé 38,4% des voix lors du premier tour et qui a rallié plusieurs candidats battus. Mais face à ce favori, Joseph Boakai (28,8%) n'a pas totalement rendu les armes, même si ces derniers jours, sa campagne a nettement marqué le pas.
Initialement prévu pour le 7 novembre, le second tour avait été suspendu par la Cour suprême après un recours du candidat arrivé à la troisième place. Les longues procédures juridiques ont accouché de quelques modifications du vote et de beaucoup d'inquiétude. Au Liberia, pays toujours marqué par les 15 années de guerre civile qui ont laissé 250 000 morts et un plus grand nombre encore traumatisés, les luttes pour le pouvoir réveillent toujours la peur du pire.
À 51 ans, Weah reste très populaire auprès des jeunes. L'ascension sociale de ce gamin de Gibraltar, un bidonville de Monrovia, fait rêver. Cette extraction modeste résonne aussi auprès des électeurs avec son sang libérien, d'ethnie Kru, un groupe local. Au Liberia, dirigé depuis toujours - ou presque - par des familles d'origine américaino-libérienne, une élite issue d'esclaves américains affranchis, l'émergence d'un «native» est une révolution en soi. Que Joseph Boakai soit, certes, lui aussi un «local» n'y change rien. Le vice-président souffre de devoir justifier de ses années au pouvoir et de l'économie du pays qui ne se remet pas depuis les années de guerre. Près de 15 ans après la fin des combats, le Liberia reste ainsi l'un des Etats les moins bien électrifiés de l'Afrique.
George Weah ne s'est cependant pas contenté de jouer sur ses origines ou sa carrière. Il affirme avoir appris de ses défaites précédentes aux présidentielles contre Ellen Johnson Sirleaf, la présidente sortante. Au fil des années, il a gonflé son CV, se faisant élire en 2014 sénateur de la province de Montserrado, la plus peuplée du pays. Même s'il brille surtout par ses absences dans l'hémicycle, ce mandat lui a offert une sorte de légitimité. Mais surtout, il a su nouer des alliances politiques pour renforcer son influence. Sa vice-présidente ne sera autre que Jewel Howard-Taylor, l'ex-femme de l'ancien chef de milice puis président Charles Taylor. Le dictateur sanglant, condamné à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité, reste curieusement populaire dans une partie de la population. Une union qui n'a rien de scandaleuse aux yeux de George Weah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.