Observations sur le dernier rapport annuel du Conseil national des droits de l'Homme    Nicolas Bay interroge Bruxelles sur les détournements de l'aide humanitaire européenne    Accusations d'espionnage: Le gouvernement hausse le ton face à Amnesty    Automobile: Acheter maintenant et payer en 2021!    Poursuite des opérations de rapatriement des Marocains bloqués à l'étranger    1.107 cas de triche au bac détectés    Covid19: 114 nouveaux cas ce lundi à 10h00    Malgré la flambée des infections le ministère rassure    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    Plaidoyer pour une culture intégrée dans l'offre touristique au Maroc    La série "H" débarque sur Netflix    En vidéo: Le Conseil des ministres présidé ce lundi par le roi    La CAF, la FIFA, l'OMS et la SGSA réunies pour discuter de lasécurité et dela sûreté en Afrique    Le cyclisme national reprend de plus belle après trois mois de suspension    UFC: le père de Khabib succombe au coronavirus    Reprise de plus belle après trois mois de suspension    Le PLF rectificative prévoit un recul de 5% du PIB et un déficit budgétaire de 7,5%    Contraction de l'économie nationale de 13,8% au deuxième trimestre sous l'effet de la Covid-19    La SFI, l'IFU et Proparco investissent dans la santé en Egypte et au Maroc    Echanges édifiants entre Driss Lachguar et les membres du Conseil national USFP-Europe    Feu ravageur : Les oasis à la merci des flammes    Fête de l'indépendance de l'Algérie : le Hirak veut une seconde révolution    France: Dupond-Moretti, nouveau ministre de la Justice    Le PPS, l'Istiqlal et le PJD ont rehaussé le niveau de la solidarité    Une belle contribution à la préservation du patrimoine immatériel riche et varié    Lions de l'Atlas: L'agent d'Achraf Hakimi accuse Zidane    Le Festival National des Arts Populaires revient pour sa 51ème édition    France: L'acquittator Eric Dupond-Moretti ministre de la Justice dans le nouveau gouvernement    Baisse de 32% des recettes non fiscales à fin mai    Wafasalaf lance une nouvelle solution digitale    Affaire Khashoggi: le Tribunal d'Istanbul ouvre le dossier    «Libraire, c'est un ouvreur de passerelles...»    La Belgique n'ouvrira pas ses frontières au Maroc    Comment se déroulent les examens du bac au Maroc (VIDEO)    Le Maroc reconfiné après Aid al-Adha ? Une source répond    Rapatriement de 278 Marocains bloqués à Oman, au Qatar et en Jordanie    Saraha marocain: la presse algérienne diffuse une fake news    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6%    Affaire Ramid-Amekraz CNSS : Des lecteurs de lobservateur.info s'indignent    Le drame du journaliste marocain. « Tu te crois à New York? »    Foot féminin: Les sélections nationales U17 et U20 débutent les entraînements    Quand le confinement fait son œuvre sur l'art de Yassine Guedira    France : le nouveau gouvernement dévoilé ce lundi    Abdelmajid Tebboun. Tout le monde doit s'excuser à l'Algérie    Kanye West. Un rappeur à l'assaut de la Maison Blanche    Registre social unifié : Nouveau calendrier    Vers un retour d'Ounajem au Wydad ?    Idiotorial : L'ovalie a son virus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Weah grand favori des élections
Publié dans Les ECO le 26 - 12 - 2017

Les Libériens votent aujourd'hui pour élire leur nouveau président lors d'un second tour qui oppose la légende du football et le seul africain à avoir remporté le «ballon d'or», George Weah, au vice-président sortant, Joseph Boakai. L'ex-star du PSG et du Milan AC part avec une confortable avance, lui qui a raflé 38,4% des voix lors du premier tour et qui a rallié plusieurs candidats battus. Mais face à ce favori, Joseph Boakai (28,8%) n'a pas totalement rendu les armes, même si ces derniers jours, sa campagne a nettement marqué le pas.
Initialement prévu pour le 7 novembre, le second tour avait été suspendu par la Cour suprême après un recours du candidat arrivé à la troisième place. Les longues procédures juridiques ont accouché de quelques modifications du vote et de beaucoup d'inquiétude. Au Liberia, pays toujours marqué par les 15 années de guerre civile qui ont laissé 250 000 morts et un plus grand nombre encore traumatisés, les luttes pour le pouvoir réveillent toujours la peur du pire.
À 51 ans, Weah reste très populaire auprès des jeunes. L'ascension sociale de ce gamin de Gibraltar, un bidonville de Monrovia, fait rêver. Cette extraction modeste résonne aussi auprès des électeurs avec son sang libérien, d'ethnie Kru, un groupe local. Au Liberia, dirigé depuis toujours - ou presque - par des familles d'origine américaino-libérienne, une élite issue d'esclaves américains affranchis, l'émergence d'un «native» est une révolution en soi. Que Joseph Boakai soit, certes, lui aussi un «local» n'y change rien. Le vice-président souffre de devoir justifier de ses années au pouvoir et de l'économie du pays qui ne se remet pas depuis les années de guerre. Près de 15 ans après la fin des combats, le Liberia reste ainsi l'un des Etats les moins bien électrifiés de l'Afrique.
George Weah ne s'est cependant pas contenté de jouer sur ses origines ou sa carrière. Il affirme avoir appris de ses défaites précédentes aux présidentielles contre Ellen Johnson Sirleaf, la présidente sortante. Au fil des années, il a gonflé son CV, se faisant élire en 2014 sénateur de la province de Montserrado, la plus peuplée du pays. Même s'il brille surtout par ses absences dans l'hémicycle, ce mandat lui a offert une sorte de légitimité. Mais surtout, il a su nouer des alliances politiques pour renforcer son influence. Sa vice-présidente ne sera autre que Jewel Howard-Taylor, l'ex-femme de l'ancien chef de milice puis président Charles Taylor. Le dictateur sanglant, condamné à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité, reste curieusement populaire dans une partie de la population. Une union qui n'a rien de scandaleuse aux yeux de George Weah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.