Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Loi sur l'avortement : Les Algériennes gagnent une partie du pari
Publié dans Les ECO le 16 - 08 - 2018

En Algérie, une nouvelle loi sur la santé entrée en vigueur, mardi 14 août, selon laquelle les femmes peuvent recourir à l'avortement en cas de complications au niveau de leur état de santé. «Bravo à la nouvelle loi», lit-on sur le site d'informations Lesalgériennes.
«Les Algériennes n'auront plus à le faire clandestinement chez des médecins ou aller dans un pays qui l'autorise», se réjouit-on en Algérie. En effet, la joie qui emplit le cœur des Algériennes, déjà ressentie dans d'autres pays maghrébins, n'est que celle du recours à l'avortement en ne suscitant aucune condition particulière aussi bien pour les mariées que les célibataires. La loi relative à l'avortement veut, selon l'article 77 du Code de la Famille algérien, que l'interruption thérapeutique de grossesse préserve la santé de la mère lorsque sa vie ou son équilibre psychologique et mental est gravement menacé par la grossesse. Les modalités d'application de cet article sont fixées par voie réglementaire. Après quoi, il est précisé selon l'article 78 cette fois-ci, que toute interruption thérapeutique de grossesse ne peut s'effectuer que dans les établissements publics hospitaliers.
Cela dit, sur le volet pénal, l'article 409 de cette loi stipule que « quiconque contrevient aux dispositions relatives à l'interruption thérapeutique de grossesse, est puni conformément aux dispositions de l'article 304 du Code pénal». Toujours dans le langage du pénal, un article 410 stipule que « quiconque contrevient aux dispositions de l'article 78 de la présente loi, relatives à l'obligation d'effectuer l'interruption thérapeutique de grossesse dans l'établissement public hospitalier, est puni d'un emprisonnement de 6 mois à un 1 an et d'une amende de 200.000 DA à 400.000 DA».
Il y a lieu de rappeler qu'en Argentine, la légalisation de l'avortement a été récemment rejetée au Parlement, mais une porte s'ouvre pour la dépénalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG), dans le cadre d'une prochaine réforme du code pénal. Cela ne résout pas la question de l'avortement, mais si elle est adoptée par le Congrès, la mesure éliminera le risque de prison pour les femmes qui décident d'avorter malgré l'interdiction en vigueur.
Alors que la déception est forte chez les partisans de l'IVG, le chef du gouvernement Marcos Peña a rappelé que l'exécutif allait envoyer au Parlement dans quelques jours une réforme du code pénal, l'actuel datant de 1921. «Le 21 août, on présentera la proposition de réforme du code pénal qui inclut cette thématique (...), ça va provoquer beaucoup de discussions», a déclaré le chef du gouvernement.
D'après le journal Clarin, le plus influent d'Argentine, «après le «non» du Sénat, le gouvernement inclura la dépénalisation dans la réforme du code pénal». Quant à l'Eglise, elle semble prête à lâcher du lest sur la question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.