Didier Six,l'entraîneur de la Guinée: C'est vrai que le plus gros morceau, c'est le Maroc    Coupe du Monde 2022/ Eliminatoire Zone Afrique : Le calendrier des Lions    Qatar 2022 : Les Lions de l'Atlas connaissent leurs adversaires du 1er tour    (Live) Les PJDistes s'interrogent: Quelle place pour la "famille" dans les politiques publiques?    La situation économique du pays n'est pas faite pour rassurer les Marocains    Lamia Tazi nommée PDG du laboratoire pharmaceutique Sothema    L'artisanat, un miroir ondoyant mais luisant d'espoir aux mains de l'artisan    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    Venezuela: Pompeo annonce plus d'actions contre la "tyrannie" de Maduro    Poutine dépose ses propositions d'amendements à la Constitution    Forte participation au sommet Royaume-Uni-Afrique    Colloque sur le financement de l'économie nationale à la Chambre des représentants    La Chambre des conseillers s'ouvre aux ONG    Victoire contestée du Wydad à Safi    Coupe arabe U 20 : Le Maroc dans le groupe B    Session de formation sur l'arbitrage en sports collectifs    Les drones pourraient bientôt voler comme des oiseaux    Insolite : Le chat fugueur    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Le caftan marocain brille de mille feux à Paris    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    Forum national des créations de l'enfant à Fès    Sébastien Desabre reprend les rênes du Wydad de Casablanca    Jouahri insiste sur la nécessité d'améliorer la production de données économiques au Maroc    La coordination des enseignants contractuels annonce un nouveau programme de protestations    Faut-il craindre le nouveau virus chinois?    UK-Morocco Business Dialogue: Turbo sur la coopération !    Abyaba et l'Union des écrivains accordent leurs violons    Botola Pro D1 : Le fauteuil du leader n'est plus immunisé    Le président du Forum Crans Montana voit en Dakhla un laboratoire de développement pour l'Afrique    Maroc-GB, l'après Brexit a déjà commencé !    Lilia Zakraoui, signe sa première publication    L'ex-patron chinois d'Interpol condamné à treize ans de prison    Tanger Med : Plus de 65 millions de tonnes de marchandises traitées en 2019    Suite à la fin de la convention de la concession «Assiaqa Card» : M2M anticipe une baisse de ses résultats 2020    Forum de Davos. Entrée fracassante de Donald Trump et Greta Thunberg    Najate Limet: «Nous voulons sensibiliser des donateurs marocains»    Pearl Jam de retour avec un nouvel album    Le nombre de chômeurs dans le monde devrait repartir à la hausse    Venezuela: Reconnaître Guaido comme président, mais payer ses impôts à Maduro    La Bolivie retire sa reconnaissance de la "rasd"    Escroquerie financière et piratage de cartes de paiement électroniques : Quatre individus devant le parquet à Rabat    China's Mysterious New Virus Spreads Beyond the Epicenter    Le procès historique de Donald Trump entre dans le vif du sujet    Boeing ukrainien: l'Iran confirme le tir de deux missiles    Le patrimoine amazigh à l'honneur à Imintanoute    L'Inspecteur Général des FAR reçoit le DG de l'Etat-Major Militaire International de l'OTAN    Nouveau système d'évaluation du handicap, les précisions d'El Moussali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khadija : Chronologie d'un drame « rocambolesque »
Publié dans Les ECO le 29 - 08 - 2018

Après une importante mobilisation sur les réseaux sociaux à propos de l'affaire de viol de la jeune Khadija àOulay Ayad, les parents des garçons accusés d'avoir participé au viol de la jeune fille, apportent un témoignage contradictoire aux faits qu'elle a cités dans ses interviews.
Sur la vidéo publiée le 21 août et qui fera le buzz depuis, Khadija Okkarou (17 ans), dit avoir été violée et martyrisée par un groupe de garçons connus pour appartenir à une «bande dangereuse». La jeune fille en veut pour preuve une série de tatouages graveleux et des traces de brûlures de cigarette sur son corps, qu'elle montre au cours de la même vidéo.
Version contradictoire
S'en suit une vague de mobilisation vigoureuse, certains citoyens se proposant même de participer à la prise en charge de la jeune fille après le drame qu'elle a décrit à l'opinion publique. Pour certains, l'histoire de Khadija prendra une nouvelle tournure lorsque la mère de deux des garçons arrêtés dans le cadre de cette affaire a accusé Khadija de fausse déclaration.
Dans une interview accordée aux médias, cette mère déclarera que la jeune fille est une fugueuse et que l'adolescente avait coutume de s'automutiler à l'aide d'un rasoir ou par des brûlures de cigarette.
«Si cette fille était une victime et a véritablement été kidnappée, je jure sur mon honneur que je la défendrais moi-même. J'aurais moi-même livré mon fils aux autorités. Elle boit, elle fume, elle s'automutile, tout le monde à Oulad Ayad le sait», a-t-elle annoncé. «C'est elle qui demandait à être tatouée. D'ailleurs, ses parents le savent», a ajouté la même source.
Le témoignage d'un autre proche des accusés abonde dans le même sens : «Elle connaît très bien la personne qui dispose de la machine à tatouer qui lui ainscrit son nom, et cela depuis fort longtemps».
«Si la fille a disparu depuis deux mois, pourquoi son père n'est jamais allé à la police pour déclarer sa disparition ?», s'est interrogé le père des accusés.
Youssef Bouchene, président d'une ONG locale à Oulad Ayad, dément ces accusations. «Contrairement à ce qu'ils [les parents des accusés] prétendent, tout Oulad Ayad soutient Khadija. Les 400 villageois ne seraient pas sortis manifester samedi dernier devant la municipalité pour défendre Khadija si elle était vraiment comme ces gens-là la décrivent. Ils se sont mis d'accord pour raconter la même histoire sur Khadija», a déclaré cet associatif à nos confrères de Huffpost Maroc.
Mohammed Okkarou, le père de Khadija, dément également les propos des parents des accusés. «Je comprends qu'ils réagissent ainsi. Ce sont leurs enfants, je ne veux blesser personne, mais il faut que la justice soit faite et je ne peux pas accuser quelqu'un à tort», a déclaré Okkarou à la même source.
Notons que la presse a également révélé que Khadija est une fugueuse a fugué, vers l'âge de 15 ans, avec l'un des accusés connu pour être trafiquant de drogue. Fugue qui n'a jamais été déclarée à la police par les parents. Les même sources confirment par ailleurs, que cette nouvelle « séquestration » dont parle Khadija, était une fugue réfléchie et consentie.
Un diagnostic qui pose question
Dans la foulée des élans de solidarité avec Khadija, une blogueuse marocains a même réussi à trouver un dermatologue qui a accepté de détatouer la jeune fille pour en quelques sortes « effacer quelques traces de cauchemar qu'a vécue la jeune fille ». Toutefois, ce spécialiste, après avoir vu les photos de la jeune fille, a diagnostiqué que les tatouages, que Khadija délclarent avoir subis lors de son enlèvement, «datent d'au moins un an ».
Ce diagnostic a pour sa part, apporté une nouvelle dose de suspens à cette affaire jusqu'à dépassionner les réactions de plusieurs internautes qui étaient prêts à soutenir psychiquement et financièrement Khadija. Le diagnostic de ce dermatologue fait-il foi ? ce spécialiste peut-il facilement distinguer un tatouage récent d'un ancien en ne se basant que sur des photos ? Contactée par leseco.ma, une spécialiste en dermartologie nous répond qu'il est impossible de savoir si les tatouages de Khadija sont récents en se basant uniquement sur des photos. «La seule solution pour savoir quand les tatouages ont été faits est de réaliser une biopsie».
Le procès
Le père de Khadija a affirmé que la première audience du procès aura lieu le 6 septembre. Le procureur général de la chambre criminelle de la Cour d'appel de Beni Mellal a décidé de poursuivre ceux qu'elle accuse et les a placés en détention préventive avant de confier l'enquête à un juge d'instruction. Douze jeunes, âgés entre 18 et 27 ans, sont suspectés d'avoir participé à ce méfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.