Habib El Malki reçoit le directeur général de l'ISESCO    Tanger: des gérants de restos classés visés par des enquêtes (DGSN)    Règles de bonne gouvernance des émetteurs: L'AMMC livre son 1er bilan    BAM pessimiste sur la croissance    Tempête au sein du PJD    La Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    Secousse tellurique à Larache    Mineurs isolés en France: Darmanin se rendra au Maroc    Employabilité des jeunes: Lydec et TIBU s'allient    L'ONG Al Jisr crée un Fab Lab    COVID19: Retour progressif de la Omra    Centre d'immatriculation: suspension des services à Errachidia    Jilali Gharbaoui, hommage à un artiste consumé par sa passion    Derby Wydad-Raja : Le choc de la saison à ne surtout pas perdre    Le Serbe Zoran Manojlović nouvel entraîneur du MAT    Coronavirus au Maroc: mercredi 23 septembre, 2397 cas positifs…    Dakhla: des Subsahariens impliqués dans une sale affaire    Automobile : CDG Invest et le groupe Abdelmoumen signent un contrat d'investissement    La BERD octroie un prêt au Crédit Agricole du Maroc    El Guergarat: Mise en échec d'une tentative de trafic de 513 kilogrammes de chira    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    Retour progressif de la Omra : et le Maroc ?    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Le PPS élu à la présidence de la commune Ouled Aissa à Taroudant    Ismahane Elouafi nommée au poste de Scientifique en chef à la FAO    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    El Yamiq opte pour Valladolid !    Communiqué du bureau politique du PPS    La beauté de la langue et la richesse de la culture    Henri Konan Bédié appelle à la «désobéissance civile»    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Gabon: La deuxième ligne de production de la CIMAF    Le roi Mohammed VI adresse un message au roi Salmane    Cinq individus déférés devant le juge d'instruction    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Lutte contre le cash: ce que propose Jouahri    Vaccin anti-covid: un virologue marocain annonce une bonne nouvelle    Santé : Le ministre de la Santé tend la main au « secteur libéral »    Le complot planétaire. Nabila Mounib révèle tout    La sécurité en Afrique en débat    Un regard intelligent sur un monde désorienté!    L'Institut français de Meknès expose les graffiti de Reda Boudina    Malgré les critiques, Fati Jamali lance une nouvelle chanson (VIDEO)    «The Moderator» : Un film sur la violence à l'égard des femmes    «Artcurial» présente le bilan de sa première année de présence au Maroc    Cinéma. Nisrine Erraddi nominée à l'Académie de Sotigui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khadija : Chronologie d'un drame « rocambolesque »
Publié dans Les ECO le 29 - 08 - 2018

Après une importante mobilisation sur les réseaux sociaux à propos de l'affaire de viol de la jeune Khadija àOulay Ayad, les parents des garçons accusés d'avoir participé au viol de la jeune fille, apportent un témoignage contradictoire aux faits qu'elle a cités dans ses interviews.
Sur la vidéo publiée le 21 août et qui fera le buzz depuis, Khadija Okkarou (17 ans), dit avoir été violée et martyrisée par un groupe de garçons connus pour appartenir à une «bande dangereuse». La jeune fille en veut pour preuve une série de tatouages graveleux et des traces de brûlures de cigarette sur son corps, qu'elle montre au cours de la même vidéo.
Version contradictoire
S'en suit une vague de mobilisation vigoureuse, certains citoyens se proposant même de participer à la prise en charge de la jeune fille après le drame qu'elle a décrit à l'opinion publique. Pour certains, l'histoire de Khadija prendra une nouvelle tournure lorsque la mère de deux des garçons arrêtés dans le cadre de cette affaire a accusé Khadija de fausse déclaration.
Dans une interview accordée aux médias, cette mère déclarera que la jeune fille est une fugueuse et que l'adolescente avait coutume de s'automutiler à l'aide d'un rasoir ou par des brûlures de cigarette.
«Si cette fille était une victime et a véritablement été kidnappée, je jure sur mon honneur que je la défendrais moi-même. J'aurais moi-même livré mon fils aux autorités. Elle boit, elle fume, elle s'automutile, tout le monde à Oulad Ayad le sait», a-t-elle annoncé. «C'est elle qui demandait à être tatouée. D'ailleurs, ses parents le savent», a ajouté la même source.
Le témoignage d'un autre proche des accusés abonde dans le même sens : «Elle connaît très bien la personne qui dispose de la machine à tatouer qui lui ainscrit son nom, et cela depuis fort longtemps».
«Si la fille a disparu depuis deux mois, pourquoi son père n'est jamais allé à la police pour déclarer sa disparition ?», s'est interrogé le père des accusés.
Youssef Bouchene, président d'une ONG locale à Oulad Ayad, dément ces accusations. «Contrairement à ce qu'ils [les parents des accusés] prétendent, tout Oulad Ayad soutient Khadija. Les 400 villageois ne seraient pas sortis manifester samedi dernier devant la municipalité pour défendre Khadija si elle était vraiment comme ces gens-là la décrivent. Ils se sont mis d'accord pour raconter la même histoire sur Khadija», a déclaré cet associatif à nos confrères de Huffpost Maroc.
Mohammed Okkarou, le père de Khadija, dément également les propos des parents des accusés. «Je comprends qu'ils réagissent ainsi. Ce sont leurs enfants, je ne veux blesser personne, mais il faut que la justice soit faite et je ne peux pas accuser quelqu'un à tort», a déclaré Okkarou à la même source.
Notons que la presse a également révélé que Khadija est une fugueuse a fugué, vers l'âge de 15 ans, avec l'un des accusés connu pour être trafiquant de drogue. Fugue qui n'a jamais été déclarée à la police par les parents. Les même sources confirment par ailleurs, que cette nouvelle « séquestration » dont parle Khadija, était une fugue réfléchie et consentie.
Un diagnostic qui pose question
Dans la foulée des élans de solidarité avec Khadija, une blogueuse marocains a même réussi à trouver un dermatologue qui a accepté de détatouer la jeune fille pour en quelques sortes « effacer quelques traces de cauchemar qu'a vécue la jeune fille ». Toutefois, ce spécialiste, après avoir vu les photos de la jeune fille, a diagnostiqué que les tatouages, que Khadija délclarent avoir subis lors de son enlèvement, «datent d'au moins un an ».
Ce diagnostic a pour sa part, apporté une nouvelle dose de suspens à cette affaire jusqu'à dépassionner les réactions de plusieurs internautes qui étaient prêts à soutenir psychiquement et financièrement Khadija. Le diagnostic de ce dermatologue fait-il foi ? ce spécialiste peut-il facilement distinguer un tatouage récent d'un ancien en ne se basant que sur des photos ? Contactée par leseco.ma, une spécialiste en dermartologie nous répond qu'il est impossible de savoir si les tatouages de Khadija sont récents en se basant uniquement sur des photos. «La seule solution pour savoir quand les tatouages ont été faits est de réaliser une biopsie».
Le procès
Le père de Khadija a affirmé que la première audience du procès aura lieu le 6 septembre. Le procureur général de la chambre criminelle de la Cour d'appel de Beni Mellal a décidé de poursuivre ceux qu'elle accuse et les a placés en détention préventive avant de confier l'enquête à un juge d'instruction. Douze jeunes, âgés entre 18 et 27 ans, sont suspectés d'avoir participé à ce méfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.