Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Droits de l'enfant. Ouverture du 16e Congrès national aujourd'hui à Marrakech    Violences faites aux femmes. Lancement de la campagne nationale    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    BCP: Un résultat net part du groupe de 2,18 MMDH à fin septembre    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Présentation du bilan d'étape du Plan stratégique 2017-2019 de l'AMMC    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khadija : Chronologie d'un drame « rocambolesque »
Publié dans Les ECO le 29 - 08 - 2018

Après une importante mobilisation sur les réseaux sociaux à propos de l'affaire de viol de la jeune Khadija àOulay Ayad, les parents des garçons accusés d'avoir participé au viol de la jeune fille, apportent un témoignage contradictoire aux faits qu'elle a cités dans ses interviews.
Sur la vidéo publiée le 21 août et qui fera le buzz depuis, Khadija Okkarou (17 ans), dit avoir été violée et martyrisée par un groupe de garçons connus pour appartenir à une «bande dangereuse». La jeune fille en veut pour preuve une série de tatouages graveleux et des traces de brûlures de cigarette sur son corps, qu'elle montre au cours de la même vidéo.
Version contradictoire
S'en suit une vague de mobilisation vigoureuse, certains citoyens se proposant même de participer à la prise en charge de la jeune fille après le drame qu'elle a décrit à l'opinion publique. Pour certains, l'histoire de Khadija prendra une nouvelle tournure lorsque la mère de deux des garçons arrêtés dans le cadre de cette affaire a accusé Khadija de fausse déclaration.
Dans une interview accordée aux médias, cette mère déclarera que la jeune fille est une fugueuse et que l'adolescente avait coutume de s'automutiler à l'aide d'un rasoir ou par des brûlures de cigarette.
«Si cette fille était une victime et a véritablement été kidnappée, je jure sur mon honneur que je la défendrais moi-même. J'aurais moi-même livré mon fils aux autorités. Elle boit, elle fume, elle s'automutile, tout le monde à Oulad Ayad le sait», a-t-elle annoncé. «C'est elle qui demandait à être tatouée. D'ailleurs, ses parents le savent», a ajouté la même source.
Le témoignage d'un autre proche des accusés abonde dans le même sens : «Elle connaît très bien la personne qui dispose de la machine à tatouer qui lui ainscrit son nom, et cela depuis fort longtemps».
«Si la fille a disparu depuis deux mois, pourquoi son père n'est jamais allé à la police pour déclarer sa disparition ?», s'est interrogé le père des accusés.
Youssef Bouchene, président d'une ONG locale à Oulad Ayad, dément ces accusations. «Contrairement à ce qu'ils [les parents des accusés] prétendent, tout Oulad Ayad soutient Khadija. Les 400 villageois ne seraient pas sortis manifester samedi dernier devant la municipalité pour défendre Khadija si elle était vraiment comme ces gens-là la décrivent. Ils se sont mis d'accord pour raconter la même histoire sur Khadija», a déclaré cet associatif à nos confrères de Huffpost Maroc.
Mohammed Okkarou, le père de Khadija, dément également les propos des parents des accusés. «Je comprends qu'ils réagissent ainsi. Ce sont leurs enfants, je ne veux blesser personne, mais il faut que la justice soit faite et je ne peux pas accuser quelqu'un à tort», a déclaré Okkarou à la même source.
Notons que la presse a également révélé que Khadija est une fugueuse a fugué, vers l'âge de 15 ans, avec l'un des accusés connu pour être trafiquant de drogue. Fugue qui n'a jamais été déclarée à la police par les parents. Les même sources confirment par ailleurs, que cette nouvelle « séquestration » dont parle Khadija, était une fugue réfléchie et consentie.
Un diagnostic qui pose question
Dans la foulée des élans de solidarité avec Khadija, une blogueuse marocains a même réussi à trouver un dermatologue qui a accepté de détatouer la jeune fille pour en quelques sortes « effacer quelques traces de cauchemar qu'a vécue la jeune fille ». Toutefois, ce spécialiste, après avoir vu les photos de la jeune fille, a diagnostiqué que les tatouages, que Khadija délclarent avoir subis lors de son enlèvement, «datent d'au moins un an ».
Ce diagnostic a pour sa part, apporté une nouvelle dose de suspens à cette affaire jusqu'à dépassionner les réactions de plusieurs internautes qui étaient prêts à soutenir psychiquement et financièrement Khadija. Le diagnostic de ce dermatologue fait-il foi ? ce spécialiste peut-il facilement distinguer un tatouage récent d'un ancien en ne se basant que sur des photos ? Contactée par leseco.ma, une spécialiste en dermartologie nous répond qu'il est impossible de savoir si les tatouages de Khadija sont récents en se basant uniquement sur des photos. «La seule solution pour savoir quand les tatouages ont été faits est de réaliser une biopsie».
Le procès
Le père de Khadija a affirmé que la première audience du procès aura lieu le 6 septembre. Le procureur général de la chambre criminelle de la Cour d'appel de Beni Mellal a décidé de poursuivre ceux qu'elle accuse et les a placés en détention préventive avant de confier l'enquête à un juge d'instruction. Douze jeunes, âgés entre 18 et 27 ans, sont suspectés d'avoir participé à ce méfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.