Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Températures min et max prévues - Samedi 20 Juillet 2019    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Grogne à la CGEM    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Khadija : Chronologie d'un drame « rocambolesque »
Publié dans Les ECO le 29 - 08 - 2018

Après une importante mobilisation sur les réseaux sociaux à propos de l'affaire de viol de la jeune Khadija àOulay Ayad, les parents des garçons accusés d'avoir participé au viol de la jeune fille, apportent un témoignage contradictoire aux faits qu'elle a cités dans ses interviews.
Sur la vidéo publiée le 21 août et qui fera le buzz depuis, Khadija Okkarou (17 ans), dit avoir été violée et martyrisée par un groupe de garçons connus pour appartenir à une «bande dangereuse». La jeune fille en veut pour preuve une série de tatouages graveleux et des traces de brûlures de cigarette sur son corps, qu'elle montre au cours de la même vidéo.
Version contradictoire
S'en suit une vague de mobilisation vigoureuse, certains citoyens se proposant même de participer à la prise en charge de la jeune fille après le drame qu'elle a décrit à l'opinion publique. Pour certains, l'histoire de Khadija prendra une nouvelle tournure lorsque la mère de deux des garçons arrêtés dans le cadre de cette affaire a accusé Khadija de fausse déclaration.
Dans une interview accordée aux médias, cette mère déclarera que la jeune fille est une fugueuse et que l'adolescente avait coutume de s'automutiler à l'aide d'un rasoir ou par des brûlures de cigarette.
«Si cette fille était une victime et a véritablement été kidnappée, je jure sur mon honneur que je la défendrais moi-même. J'aurais moi-même livré mon fils aux autorités. Elle boit, elle fume, elle s'automutile, tout le monde à Oulad Ayad le sait», a-t-elle annoncé. «C'est elle qui demandait à être tatouée. D'ailleurs, ses parents le savent», a ajouté la même source.
Le témoignage d'un autre proche des accusés abonde dans le même sens : «Elle connaît très bien la personne qui dispose de la machine à tatouer qui lui ainscrit son nom, et cela depuis fort longtemps».
«Si la fille a disparu depuis deux mois, pourquoi son père n'est jamais allé à la police pour déclarer sa disparition ?», s'est interrogé le père des accusés.
Youssef Bouchene, président d'une ONG locale à Oulad Ayad, dément ces accusations. «Contrairement à ce qu'ils [les parents des accusés] prétendent, tout Oulad Ayad soutient Khadija. Les 400 villageois ne seraient pas sortis manifester samedi dernier devant la municipalité pour défendre Khadija si elle était vraiment comme ces gens-là la décrivent. Ils se sont mis d'accord pour raconter la même histoire sur Khadija», a déclaré cet associatif à nos confrères de Huffpost Maroc.
Mohammed Okkarou, le père de Khadija, dément également les propos des parents des accusés. «Je comprends qu'ils réagissent ainsi. Ce sont leurs enfants, je ne veux blesser personne, mais il faut que la justice soit faite et je ne peux pas accuser quelqu'un à tort», a déclaré Okkarou à la même source.
Notons que la presse a également révélé que Khadija est une fugueuse a fugué, vers l'âge de 15 ans, avec l'un des accusés connu pour être trafiquant de drogue. Fugue qui n'a jamais été déclarée à la police par les parents. Les même sources confirment par ailleurs, que cette nouvelle « séquestration » dont parle Khadija, était une fugue réfléchie et consentie.
Un diagnostic qui pose question
Dans la foulée des élans de solidarité avec Khadija, une blogueuse marocains a même réussi à trouver un dermatologue qui a accepté de détatouer la jeune fille pour en quelques sortes « effacer quelques traces de cauchemar qu'a vécue la jeune fille ». Toutefois, ce spécialiste, après avoir vu les photos de la jeune fille, a diagnostiqué que les tatouages, que Khadija délclarent avoir subis lors de son enlèvement, «datent d'au moins un an ».
Ce diagnostic a pour sa part, apporté une nouvelle dose de suspens à cette affaire jusqu'à dépassionner les réactions de plusieurs internautes qui étaient prêts à soutenir psychiquement et financièrement Khadija. Le diagnostic de ce dermatologue fait-il foi ? ce spécialiste peut-il facilement distinguer un tatouage récent d'un ancien en ne se basant que sur des photos ? Contactée par leseco.ma, une spécialiste en dermartologie nous répond qu'il est impossible de savoir si les tatouages de Khadija sont récents en se basant uniquement sur des photos. «La seule solution pour savoir quand les tatouages ont été faits est de réaliser une biopsie».
Le procès
Le père de Khadija a affirmé que la première audience du procès aura lieu le 6 septembre. Le procureur général de la chambre criminelle de la Cour d'appel de Beni Mellal a décidé de poursuivre ceux qu'elle accuse et les a placés en détention préventive avant de confier l'enquête à un juge d'instruction. Douze jeunes, âgés entre 18 et 27 ans, sont suspectés d'avoir participé à ce méfait.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.