Le PAM présente une proposition pour la levée du GMT+1    Accords Maroc-UE, et de deux !    Espagne: Le Parti Populaire hausse le ton    Mohamed Bensaïd publie ses mémoires: Mes soixante-dix ans d'action politique    Aéroport Marrakech-Menara : Un trafic passagers record en 2018    Echanges extérieurs. Les mauvais chiffres du déficit commercial    HCP : Hausse de 1,9% de l'Indice des prix à la consommation en 2018    Nouveau Mercedes-Benz CLA: L'étoile filante    CRI. La réforme enfin actée    Démantèlement d'une cellule terroriste de 13 éléments actifs à Kelâa des Sraghna, Salé, Casablanca et Mohammedia    Personnalités de l'année de la MAP. Jettou, Akalay et les autres    Mise à jour en Botola: Raja – AS FAR aujourd'hui    Maroc-Inde. La mobilité des étudiants et professeurs bientôt facilitée    Certificat de virginité: Le mythe des femmes « pures » a la peau dure    La Botola Maroc Telecom D1 classée meilleur championnat arabe et africain en 2018    Audio. Emouvants, les derniers mots prononcés par Emiliano Sala    Tourisme : Plus de 12 millions de visiteurs et de grandes perspectives    Centres de contrôle technique : Examen pour la fonction d'agent visiteur le 24 mars    Ministère de la culture et de la communication : Mustapha Taimi nouveau secrétaire général du département de la communication    Migration : l'Espagne a demandé à la Commission européenne de débloquer de manière urgente l'aide promise au Maroc    BMCE Bank of Africa lance officiellement sa nouvelle filiale OGS    L'école publique entre le dogme et la civilité    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Session de formation sur la promotion de la pratique des sports nautiques à Laâyoune    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    Insolite : Pires que des cochons    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    Le chaud et le froid pour le foot national    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019
Publié dans Les ECO le 19 - 10 - 2018

Cette opération, qui passe par la conservation foncière, meilleur moyen pour sécuriser les terres, devra permettre l'immatriculation de cinq millions d'hectares de terres collectives en 2020.
Il semble que le chantier royal de l'ouverture à la «melkisation» d'1 million d'hectares supplémentaires de terres collectives, situées dans des zones bours (non irriguées) va s'accélérer. C'est ce qu'a déclaré à la MAP Abdelmajid El Henkari, gouverneur directeur des affaires rurales (photo). «L'année 2019 sera celle du début de la mise en œuvre effective du chantier royal de la mobilisation des terres agricoles appartenant aux communautés soulaliyate», a t-il affirmé.
Cette opération, qui passe par la conservation foncière, meilleur moyen pour sécuriser les terres, devra permettre l'immatriculation de cinq millions d'hectares de terres collectives en 2020. C'est une démarche qui fait partie, selon le gouverneur, d'un ambitieux programme initié conjointement par le ministère de l'Intérieur et l'Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).
Selon Al Hankari, le processus d'appropriation, qui intervient après l'identification de ceux qui détiennent le droit d'exploitation des terres soulaliyate, sera basé sur l'adoption d'un registre agricole élaboré par le ministère de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural, des eaux et forêts. Pour mémoire, dans son discours prononcé à l'ouverture de l'année législative, le roi Mohammed VI a souligné que la mobilisation des terres collectives pour la réalisation de projets d'investissement agricole constitue un levier fort pour améliorer le niveau de vie socio-économique, plus particulièrement celui des ayants droit. C'est dans ce sillage que la mobilisation des terres soulaliyate, un périmètre d'une grande ampleur à l'échelle nationale, sera accompagnée d'une série de mesures à caractère administratif, financier, technique et juridique, en coordination avec les ministères de l'Intérieur, des Finances et de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural, des eaux et forêts. En d'autres mots, cette procédure, qui requiert la modification du mécanisme légal régissant ce type de terres collectives, se trouve en phase de finalisation. Sur le plan administratif, l'accompagnement tend vers la mise à disposition de l'expérience du ministère de l'Agriculture dans le cadre du Plan Maroc vert (premier pilier) au profit des citoyens appartenant aux communautés soulaliyate. Côté financement, l'accent sera mis sur l'octroi de prêts aux investisseurs désireux de prendre en charge les terres en question, qu'ils soient des ayants droit ou d'autres personnes intéressées. Autre élément important, les parcelles de terrain concernées doivent s'étendre sur des superficies exploitables alors que les lots plus petits (un hectare ou moins) doivent être agrégés au sein d'une seule exploitation agricole.
D'ailleurs, Abdelmajid El Henkari a aussi évoqué l'appropriation des terres situées en dehors des périmètres irrigués en affirmant que les ayants droit en sont les premiers bénéficiaires, pour peu qu'ils en soient des exploitants effectifs et que leurs exploitations soient productives et utiles pour eux-mêmes et pour autrui. Le lot de terrain exploité devrait lui-même répondre au critère de rentabilité comme exploitation moyenne, en ce sens que l'objectif premier est de faire émerger une classe moyenne d'agriculteurs capables de générer des opportunités d'emploi en milieu rural, plus particulièrement parmi les jeunes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.