Un Monde Fou    Développement durable: «L'Etat doit donner l'exemple»    Marrakech: Les bénévoles Jood dans la rue avec les sans-abri    Théâtre: Quand le couple se remet en question    Migration : L'Espagne demande à l'UE de débloquer les 140 millions d'euros promis au Maroc    Terminal 1 : 7 millions de passagers de plus pour l'aéroport Mohammed V    Le Roi félicite Nordine Oubaali pour avoir remporter le championnat du monde WBC    La Chambre des représentants annule les dettes des collectivités locales contractées avant 2000    Insolite : Pires que des cochons    Le Forum de Davos s'ouvre sous le signe du risque politique et économique    Theresa May compte retourner discuter du Brexit à Bruxelles    Le Royaume met en avant ses nombreux atouts touristiques à Madrid    Kalou : La réattribution de la CAN 2023 à la Côte d'Ivoire n'est pas une si mauvaise nouvelle    Liverpool : Klopp cherche des solutions en défense    Raja-ASFAR, un classique sous le signe de l'équilibre    Benslimane enregistre un total de 93 mille ha emblavés en céréales d'automne    L'ONMT présente son plan d'action digital pour 2019    Facebook annonce investir 300 millions de dollars dans le journalisme    Divers    WhatsApp limite le partage de messages pour lutter contre « l'infox »    Le dirham se déprécie par rapport à l'euro et vis-à-vis du dollar    Les péripéties d'une histoire sans issue    A Cuba, les tubes de Michael Jackson version salsa    "L'Afrique du rire" fait escale à Rabat et Casablanca    Oscars 2019 : les nominations dévoilées    L'International Crisis Group s'intéresse à l'Afrique    RC Lens : Achraf Bencharki, l'homme du match face à Nancy (sondage)    Times Higher Education 2019 : 3 universités marocaines dans le TOP 1000    C.Ronaldo condamné à une peine de prison ferme    Art et musique inaugurent 2019 à l'Institut Cervantès de Casablanca    Le 2ème Festival «Afrique du Rire» fait escale à Rabat et Casablanca    «Le stade de football, nouvelle arène politique…»    Nespresso inaugure son premier concept de boutique en Afrique    L'accord avec le fisc divise les commerçants    Peine de mort : La mobilisation continue    L'Europe ambitionne une mission lunaire avant 2025    Le Conseil de gouvernement discutera de la modalité d'application du service militaire    Le chaud et le froid pour le foot national    Le «Mono-dame» théâtral sur les planches de la ville ocre    Oxfam: Entre riches et pauvres, les inégalités s'emballent    Décès du prétendant au trône de France Henri d'Orléans    Macron et Merkel tentent de braver l'euroscepticisme ambiant    ONU: De nombreux risques pèsent sur l'économie mondiale    El Khalfi: 1.20 MMDH pour lutter contre les disparités territoriales    Rencontres africaines d'intelligence économique à Dakhla en juin prochain    Les dirigeants historiques de l'USFP et les causes nationales    Les défis du féminisme africain    L'ouverture de l'école sur son environnement en débat à Khouribga    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Gilets jaunes": Vers une baisse des taxes pour apaiser le mouvement?
Publié dans Les ECO le 10 - 12 - 2018

La majorité plaide lundi pour "accélérer" les baisses de taxes déjà engagées et associer davantage les Français à la conduite des affaires de l'Etat, à quelques heures d'une intervention cruciale d'Emmanuel Macron pour tenter d'apaiser les "gilets jaunes".
"Notre mandat, c'est la baisse des taxes", a insisté Stanislas Guerini, nouveau délégué général de La République en marche, jugeant que la majorité devait "peut-être accélérer" sur ce terrain face aux revendications des manifestants.
"Notre mandat, c'est la baisse des taxes. On s'est engagé là-dessus, et on est en train de le faire, mais peut-être trop lentement, donc oui peut-être il faut accélérer sur des suppressions de taxes, les rendre plus concrètes", a-t-il déclaré sur BFMTV: "un certain nombre de Français ont reçu leur taxe d'habitation, ils ont vu que ça a commencé à baisser; peut-être qu'il faut accélérer encore sur ce type de mesure".
Pour lui, Emmanuel Macron, qui doit annoncer à 20H00 de nouvelles mesures, devra "montrer qu'il a entendu ce cri de colère" des Français qui disent "on veut plus, plus vite, dans notre vie quotidienne", et qui souhaitent davantage de "reconnaissance et de participation citoyenne".
Le moment est "important pour le quinquennat, pas pour le président de la République ou la majorité", car la question est de savoir si l'"on continue à réussir à réformer le pays", a-t-il ajouté.
De son côté, le ministre des Finances Bruno Le Maire s'est déclaré favorable lundi à une "accélération" de la baisse des impôts en France, mais s'est opposé à la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités.
Gilles Le Gendre, le chef de file des députés LREM, a abondé en plaidant pour "des mesures d'apaisement immédiates", "pas forcément très nombreuses", mais qui permettent d'"accélérer un certain nombre de mesures déjà sur la table".
"On ne nous reproche pas tant les mesures que nous avons prises que le fait de les avoir saucissonnées", a-t-il expliqué: donc "peut-être que nous pouvons gagner du temps, que ce soit sur la baisse de taxes ou d'impôts ou sur les augmentations d'un certain nombre de subventions ou de minimas sociaux".
Il a en outre appelé à mettre en oeuvre le "nouveau contrat social pour la France" proposé par Emmanuel Macron début 2018 autour des objectifs d'un "accord collectif sur l'écologie", de l'"accès aux services publics", et d'une réforme fiscale qui concilie "compétitivité du pays et justice sociale": "on ne restaurera pas l'ISF car c'est anti-économique, mais tout le reste peut-être sur la table", a-t-il dit, citant l'impôt sur le capital ou le patrimoine via la succession, et l'impôt sur le revenu.
Quatrième objectif: introduire "dans le fonctionnement démocratique, et peut-être dans notre Constitution, puisque nous sommes à la veille d'une réforme constitutionnelle, des éléments qui permettent d'associer les citoyens à la conduite des affaires de l'Etat".
La députée LREM Aurore Bergé a elle aussi défendu sur Public Sénat une "accélération" des baisses de taxes, en critiquant "Bercy", "souvent très créatif pour inventer de nouvelles taxes ou expliquer qu'on peut pas faire suffisamment vite". "Il va falloir que l'administration travaille suffisamment vite parce que c'est le politique qui décide dans ce pays", a-t-elle lancé.
Faut-il augmenter le Smic ? Il a déjà augmenté de "58 euros par mois" entre l'élection d'Emmanuel Macron et le 1er janvier 2019, a répondu Mme Bergé.
Faut-il relever le minimum vieillesse ? Il est "en train d'être augmenté de façon très nette, de 800 à 900 euros", a noté Stanislas Guerini, concédant toutefois que "peut-être" là aussi "les choses ne vont pas suffisamment vite".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.